Ardia : le nouveau président veut “chasser en meute”

 |   |  505  mots
Laurent Dulau, nouveau président de l'Ardia, association pour de développement des industries alimentaires d'Aquitaine
Laurent Dulau, nouveau président de l'Ardia, association pour de développement des industries alimentaires d'Aquitaine (Crédits : DR)
En Aquitaine, les industries alimentaires (hors vin), comptent 700 entreprises qui emploient 23.000 personnes et réalisent 6,4 Md€ de CA annuel. L’association qui les regroupe, l’Ardia, a depuis ce matin un nouveau président : Laurent Dulau, porteur d’un programme offensif pour la filière, notamment à l’export.

Après trois années de mandat, Thierry Blandinières (ancien DG du groupe coopératif Maïsadour, aujourd'hui directeur général de l'union InVivo, premier groupe coopératif agricole de France) a quitté, ce matin, la présidence de l'association Ardia, association régionale pour le développement des industries alimentaires, qui regroupe les acteurs du secteur agroalimentaire de la région Aquitaine.

Son successeur, Laurent Dulau, 50 ans, titulaire d'un doctorat en génétique, est le directeur général de Sturgeon, société girondine (Saint-Sulpice et Cameyrac), 1er producteur français et 3e producteur mondial de caviar (marque Sturia) qui réalise entre 8 et 9 M€ de CA/an, dont 60% à l'export.

C'est précisément son expérience de l'export que le nouveau président, adhérent depuis deux ans seulement à l'Ardia, entend mettre au service de la filière pendant son mandat. "Cette candidature est un acte politique pour moi. J'étais fatigué de voir le pays se plaindre alors que nous sommes sur un terreau économique fertile qu'il suffit juste de valoriser pour s'en sortir. Je place mon mandat sous le signe de la valeur ajoutée. Nous devons, pour cela, nous positionner sur l'innovation et la coopération".

L'industrie alimentaire aquitaine  = 2 Md€ d'excédent commercial

Sur la coopération, celui qui a su rassembler les cinq producteurs de caviar aquitains (90% de la production nationale) au sein d'un organisme de gestion, en connaît un rayon.
"D'autres filières l'ont montré. Nous devons mettre en commun nos compétences complémentaires, nos réseaux, nos contacts commerciaux, principalement à l'export. Notre potentiel est énorme, mais nous serons plus forts hors de nos frontières, sur les marchés émergents notamment, si nous savons chasser en meute !" assure le nouveau président représentant d'une filière aquitaine qui réalise à ce jour tout de même 2 des 8,5 Md€ d'excédent commercial annuel des industries alimentaires.

"Chez Sturgeon, nous avons mis en place ce type de stratégie. Nous avons approché certains producteurs d'autres filières, comme ce producteur de foie gras de Midi-Pyrénées, Christophe Samaran, avec lequel nous avons mis sur le marché un foie gras au caviar. De la même manière, il ne faut plus hésiter à mettre nos contacts commerciaux en commun quand cela a du sens et peut profiter à nos entités respectives".

Porteur d'idées nouvelles, Laurent Dulau entend aussi s'inscrire dans la lignée du travail réalisé, ces dernières années, par Thierry Blandinières. "Je vais m'appuyer sur le travail de mon prédécesseur qui a su resserrer les liens des acteurs de la filière entre eux, mais aussi avec les politiques, notamment du Conseil régional, pour finaliser la mise en place d'une bannière Aquitaine qui permettra aux produits locaux d'être identifiés dans les magasins. Les consommateurs sauront, au premier coup d'œil, qu'en achetant nos produits ils défendent l'emploi et l'économie en Aquitaine," promettait-il ce matin après son élection.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :