La BEI débloque 100 M€ pour les campus universitaires bordelais

 |   |  558  mots
L'Université de Bordeaux sera bientôt propriétaire de son patrimoine immobilier.
L'Université de Bordeaux sera bientôt propriétaire de son patrimoine immobilier. (Crédits : Hélène Lerivrain)
La Banque européenne d’investissement ouvre pour 100 M€ de crédit pour les campus universitaires situés à Bordeaux Métropole. C’est l’une des plus grosses opérations financières conclues par la BEI avec une structure universitaire française.

Manuel Tunon de Lara, président de l'Université de Bordeaux - chef de file de cette opération qui concerne plusieurs autres unités publiques d'enseignement supérieur et de recherche - et Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d'investissement (BEI) ont signé hier lundi dans les locaux de l'Université de Bordeaux, en présence de Pierre Dartout, préfet de la Gironde et de la région Nouvelle-Aquitaine, un contrat de financement de 100 M€. La BEI a débloqué ce prêt à long terme dans le cadre de l'Opération campus, lancée par l'Etat en 2008.

Cette importante ligne de crédit va permettre le financement de la reconstruction, de la rénovation et de l'extension des bâtiments universitaires dédiés à l'enseignement et à la recherche. Autre objectif : améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants, professeurs et chercheurs, ce qui ne sera pas du luxe dans certains bâtiments sérieusement dégradés.

"C'est un projet prioritaire pour la Banque de l'Union européenne car il concerne avant tout la formation et la réussite future des jeunes. En donnant à l'université de Bordeaux la possibilité d'emprunter à moindre coût, nous faisons avec elle le choix de l'excellence pour un campus modernisé, résolument tourné vers l'international et le monde de l'entreprise. Ce nouveau financement en faveur des universités françaises reflète la forte mobilisation de la BEI pour l'enseignement supérieur et la recherche, suivant en cela les priorités du grand plan d'investissement du gouvernement français" a notamment déclaré Ambroise Fayolle lors de la cérémonie de signature.

Une dotation de 475 M€ sur 25 ans

Il s'agit selon la direction de la banque d'un des plus importants financements qu'elle ait signé avec une université : l'Université de Bordeaux jouant le rôle de chef de file d'une opération qui dépasse son périmètre. Une partie des 100 M€ sera consacrée à l'isolation thermique de 23 bâtiments universitaires pour améliorer l'efficacité énergétique des infrastructures et réduire de 29 % les coûts d'exploitation.

"La tranche 1 de l'Opération campus, consacrée à Talence est terminée. Nous allons attaquer la tranche 2, qui concerne le campus de Carrère (médecine, pharmacie, biologie... -NDLR). La tranche 3 sera consacrée à Pessac" résume-t-on à l'Université de Bordeaux.

C'est grâce aux intérêts produits par les 475 M€ de la dotation d'Etat, sur 25 ans, que ces investissements sont possibles. En plus de la BEI le groupe Caisse des dépôts va bientôt investir dans l'université, à hauteur de 67 M€, tandis que la Région, qui est déjà politiquement et financièrement très impliquée dans le développement du campus, va apporter 112 M€ de subvention, de concert avec Bordeaux Métropole (54,6 M€). Ce qui devrait accélérer la rénovation du campus bordelais entre 2018 et 2022.

Cette opération concerne non seulement l'Université de Bordeaux, qui résulte de la fusion des universités de Bordeaux 1 (sciences et technologies), Bordeaux 2 (sciences de la vie, de la santé, de l'Homme) et Bordeaux 4 (sciences économiques, droit), mais aussi l'université Bordeaux 3 Montaigne (lettres, philosophie, sciences humaines...), qui a refusé de fusionner, Sciences Po Bordeaux, Bordeaux INP (Institut national Polytechnique) et Bordeaux Sciences Agro. L'Université de Bordeaux sera très bientôt propriétaire de son patrimoine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :