Nouvelle-Aquitaine : "Faut faire briller les chromes" annonce Alain Rousset

 |   |  744  mots
La campagne de communication se fait aussi au format web.
La campagne de communication se fait aussi au format web. (Crédits : Région Nouvelle-Aquitaine)
Le président (PS) du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, entend faire connaître les savoir-faire de la nouvelle région qu’il préside et qui n’existait pas il y a deux ans. 400.000 € sont mobilisés pour une première campagne de communication.

La Région vient de lancer la campagne de communication dédiée à la Nouvelle-Aquitaine, dévoilée ce mercredi à la Maison de la Nouvelle-Aquitaine, à Paris. Une occasion pour l'exécutif régional de mettre en avant des entreprises néo-aquitaines : avec beaucoup de startups, comme FieldBox, à Bordeaux, et quelques poids lourds, à l'instar du Futuroscope, à Poitiers, et d'Aérocampus, à Latresne (Gironde), qui ont été choisies pour illustrer le dynamisme économique régional.

Cette campagne de communication 2017, titrée "L'esprit nouvelle-vague", a été présentée par Alain Rousset et Matthias Fekl, ancien ministre (PS) de l'Intérieur et conseiller régional en charge de l'attractivité de la région. Jérôme Verschave, qui dirige l'Aérocampus, site relancé par la Région Aquitaine et devenu une référence internationale pour la formation à la maintenance aéronautique, était également présent.

"La région la plus dynamique dans l'innovation"

"La Région a la compétence économique et il faut faire en sorte que la créativité industrielle et économique soient mises en lumière. Nous avons plein de leçons à prendre de l'Allemagne et de l'Italie. Nous voulons atteindre une forme de coproduction de la politique économique régionale. Après l'Ile-de-France, la Nouvelle-Aquitaine est la région la plus dynamique dans l'innovation et la création de startups" a éclairé Alain Rousset.

Il a ensuite résumé cette démarche de communication.

"A un moment donné il faut faire briller les chromes et, croyez-moi, ces chromes ils brillent" a-t-il ainsi observé. Avant de focaliser la lumière sur quelques-uns des points forts de l'économie dans laquelle le Conseil régional est directement impliqué, en particulier l'e-santé, la recherche sur le cerveau et les addictions, avec le Neurocampus ou encore le succès international de l'Aérocampus.

Un investissement de 400.000 euros

"Nous portons un modèle économique car nous portons un modèle social. Le cœur de la compétitivité de l'entreprise ce n'est pas une question de coût mais de qualité de vie au travail. Nous travaillons sur la formation car le problème des entreprises aujourd'hui c'est comment je recrute, et pas comment je licencie. La fonderie d'Ussel (Corrèze) recherche, avec difficulté, à recruter 30 salariés à durée indéterminée : c'est à ce genre de problème qu'il faut s'attaquer" a déroulé Alain Rousset.

La Région investit 400.000 € dans cette campagne, qui a commencé le 16 octobre par des panneaux d'affichage dans le métro parisien et en gare Montparnasse. Dispositif renforcé par l'édition des livrets de témoignages de 16 pages, tirés à 25.000 exemplaires, distribués dans des sites "business" sélectionnés à Paris, mais aussi en tête de quai gare Montparnasse. Sans oublier l'intervention des sociétés ambassadrices. Grippé mais présent, le chef de l'attractivité de la Nouvelle-Aquitaine, Matthias Fekl, a de son côté précisé qu'il s'agissait à la fois de communiquer sur les savoir-faire de la région, par le biais d'une campagne d'affichage et de communication dans la presse, et de mener aussi une approche plus fine.

Première campagne d'une jeune région

"L'attractivité régionale ne se décrète pas depuis Paris, elle passe par un travail constant avec les acteurs sur le terrain. C'est le terrain qui va faire le succès de cette campagne au long cours" a jugé Matthias Fekl.

Nouvelle-Aquitaine

A peu près aussi grande que l'Autriche, la région Nouvelle-Aquitaine compte de nombreux territoires attractifs, à commencer par les quatre départements côtiers (Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques), tandis que d'autres, en particulier dans le Limousin, connaissent des situations démographiques défavorables. La région Nouvelle-Aquitaine, née de la fusion de l'Aquitaine, du Limousin et de Poitou-Charentes, est encore très jeune - elle n'a qu'un an et demi - et le Conseil régional a ciblé sa communication sur des accroches qui parlent d'entreprise et de vie au travail ("Jeunes pousses", "Pépinière", "Débriefing", "Heure de pointe", "Pause déj"...), qui ont été articulées à des photos touristiques (mer, montagne, campagne...).

Au final les affiches de la campagne sont plus ou moins décalées. L'accroche "Heure de pointe" va ainsi de pair avec l'image d'un skieur solitaire descendant une pente enneigée. La Région parle "d'un dépaysement assuré certes, mais pas déconnecté des réalités économiques.... Car en Nouvelle-Aquitaine, on marie avec efficacité et talent, business et qualité de vie !"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :