Pour ses 40 ans Sea Shepherd envoie son navire amiral à Bordeaux

 |   |  722  mots
Lamya Essemlali et Peter Hammarstedt
Lamya Essemlali et Peter Hammarstedt (Crédits : Agence Appa)
Arrivé à Bordeaux vendredi 13 octobre, le Bob Barker a pour la première fois fait relâche dans un port de France métropolitaine à l’occasion du 40e anniversaire de l’organisation Sea Shepherd (le berger de la mer), avec à son bord Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France.

Organisation non gouvernementale (ONG), la Sea Shepherd Conservation Society a été fondée par Paul Watson, figure emblématique du combat pour la protection de la faune marine. Le 40e anniversaire a été fêté le lendemain de l'arrivée du Bob Barker, samedi 14 octobre. A Bordeaux c'est l'Ecosystème Darwin qui a été choisi pour l'occasion. Ecosystème où Pamela Anderson, l'actrice marquante de la série "Alerte à Malibu", soutien actif de Sea Shepherd depuis la création de l'ONG, est venue souffler les 40 bougies, en compagnie de Jacques Perrin : acteur, réalisateur et notamment producteur de "Microcosmos : le peuple de l'herbe".

Pamela Anderson Sea Shepherd France

Pamela Anderson à l'Ecosystème Darwin samedi soir (Agence Appa)

A cette occasion Paul Watson s'est exprimé depuis les Etats-Unis par vidéo. Le Bob Barker, ancien vaisseau baleinier devenu anti-baleinier et "traqueur brise-glace", comme le présente l'ONG, est arrivé à Bordeaux en provenance des côtes d'Afrique de l'Ouest où son équipage a mené l'opération "Albacore" : une campagne de contrôle de la pêche au thon (Albacore étant le nom donné au thon blanc).

Les requins, victimes collatérales

Pendant deux campagnes de deux mois le Bob Barker a prêté assistance à plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, qui ne possèdent pas suffisamment de bateaux pour contrôler la pêche dans leurs eaux territoriales, et parmi eux le Gabon.

"Nous n'avons pu mener ces contrôles sur la pêche au thon que grâce à la présence à bord du Bob Barker d'officiers de la marine du Gabon. Sur un équipage de trente personnes, nous avions sept officiers et trois sous-officiers gabonais. Au cours des deux campagnes de deux mois nous avons contrôlé 70 bateaux de pêche au thon, ce qui nous a permis d'identifier 6 thoniers braconniers, d'en faire arrêter un immatriculé en Espagne. Ainsi qu'un bateau chinois. Dans les cales d'un des thoniers qui déclarait avoir attrapé 5 requins dans ses filets par accident, nous avons trouvé 114 squales !" s'étonne encore Peter Hammarstedt, en charge de la mission "Albacore", dont les propos étaient traduits par la présidente de Sea Shepherd France.

Lamya Essemlali a d'ailleurs précisé qu'à cause du stress 90% des requins pêchés par erreur meurent quand on les remet à l'eau. Sans oublier de préciser que les cales de certains bateaux de pêche étaient bourrées d'ailerons de requin.

40% de pêche illégale ou non déclarée

La protection de la faune marine contre les braconniers ressemble plus à un combat de rue avec tirs à balles réelles qu'à un gala de charité. Il est ainsi arrivé à Sea Shepherd d'éperonner et de couler en particulier des baleiniers braconniers, et d'être parfois condamné par la justice. De leur côté les bateaux de l'ONG ont eux aussi été éperonnés, voire coulés par des baleiniers, et Paul Watson a bien failli se faire tuer d'un coup de fusil aux îles Féroé lors de la fête annuelle traditionnelle où les îliens tuent des centaines de baleines et de dauphins. Ce qui explique sans doute que le Bob Barker ait été appuyé par la Marine nationale pendant sa campagne de contrôle de la pêche au thon au large de l'Afrique de l'Ouest.

Bob Barker Sea Shepherd

Le Bob Barker amarré quai Richelieu à son arrivée à Bordeaux (Agence Appa)

"Nous nous sommes aperçus que jusqu'à 40% des volumes de pêche contrôlés étaient non déclarés ou illégaux, ce qui est énorme ! Sans compter les thoniers braconniers qui pêchent sans licence ou sans rien déclarer du tout..." expose Peter Hammarstedt. C'est d'autant plus dommageable que plusieurs des thoniers contrôlés en infraction fournissent la filière thonière française.

Concernant l'arrivée du vaisseau amiral de Sea Shepherd à Bordeaux, elle est apparemment le fruit du hasard.

"C'est dû à un concours de circonstances, mais la mairie de Bordeaux nous a réservé un excellent accueil : le pont Chaban-Delmas a été levé gratuitement pour nous laisser passer et nous avons eu droit au ponton d'honneur" résume en souriant Peter Hammarsted.

Le Bob Barker est reparti ce lundi et la présidente de Sea Shepherd France ne désespère pas de créer une base de soutien de l'ONG à Bordeaux, étant donné l'engouement populaire suscité par les visites de l'anti-baleinier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :