En Aquitaine l'Arosha investit 1,5 Md€ dans l'habitat à loyer modéré

 |   |  387  mots
Muriel Boulmier lors du Forum Climat Cop 21 organisé par La Tribune à Bordeaux
Muriel Boulmier lors du Forum Climat Cop 21 organisé par La Tribune à Bordeaux (Crédits : Appa)
La Semaine des HLM, qui s'achève le 2 juillet, est un important moment de communication pour le mouvement de l’habitat à loyer modéré, qui emploie 4.200 personnes en Aquitaine. Cette 5e édition de la Semaine des HLM est consacrée à la transition énergétique.

L'Association régionale des organismes sociaux pour l'habitat en Aquitaine (Arosha), dont la nouvelle présidente est depuis le 2 juin Muriel Boulmier, directrice générale du groupe Ciliopée, à Agen, ex-comité interprofessionnel du logement Lot-et-Garonne (CIL47), qui a succédé à Martine Jardiné, joue un rôle moteur dans l'organisation de cette manifestation.

"L'Arosha, qui couvre les départements de Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, a commencé sa mue pour s'étendre à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine. Ce qui sera fait d'ici 12 à 18 mois. L'Arosha regroupe 31 structures, parmi lesquelles des offices HLM, des entreprises sociales de l'habitat et des coopératives... Ces structures membres de l'Arosha emploient 4.200 personnes en Aquitaine, ce qui est important pour ce que cela implique de proximité du personnel. L'Arosha c'est 162.000 logements pour 350.000 habitants", souligne la présidente.

Cette dernière rappelle également que chaque année les entreprises membres de cette association régionale investissent 1,5 Md€ dans la construction et l'entretien du parc HLM aquitain, dont le quart est constitué de logements individuels.

Logements : abordables plutôt que sociaux

L'an dernier les membres de l'Arosha ont fait construire 8.200 nouveaux logements en Aquitaine.

"Ces chiffres sont importants car ils montrent l'apport économique considérable pour la région des 31 structures constituant l'Arosha. Il vaut mieux parler de logement abordable plutôt que social. Logement social c'est l'appellation du siècle dernier, tranche Muriel Boulmier. Depuis, beaucoup de progrès a été fait. Ces logements abordables, poursuit la présidente, s'adressent à des personnes modestes sous condition de ressources et qui sans ce type d'offre ne pourraient pas se loger. Le vocabulaire social a désormais été préempté par les aides de solidarité pour les publics les plus fragiles, qu'il faut prendre en charge. C'est pourquoi on ne peut pas cantonner le logement abordable, qui est plus divers, plus élargi, au seul logement social", décrypte la présidente de l'Arosha.

Cette 5e édition de la Semaine des HLM est placée sous le thème de la transition énergétique et environnementale, et de nombreux rendez-vous sont programmés dans ce cadre dans les départements aquitains. "La question de l'efficacité énergétique est essentielle pour des raisons environnementales mais aussi parce qu'elle permet aux locataires de voir leurs quittances baisser et donc de gagner du pouvoir d'achat", éclaire Muriel Boulmier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :