Tourisme : la Gironde mise sur le numérique et le durable

 |   |  1005  mots
Le tourisme représente 7 % du PIB départemental, 22.300 emplois en moyenne pour 1,8 milliard d'euros de dépenses des visiteurs.
Le tourisme représente 7 % du PIB départemental, 22.300 emplois en moyenne pour 1,8 milliard d'euros de dépenses des visiteurs. (Crédits : Line Boute - CRTA)
La Gironde a présenté ses nouvelles orientations stratégiques touristiques pour la période 2017-2021. Tourisme durable, slow-tourisme, économie numérique, éco-mobilité, itinérance douce, qualité de l'offre, accessibilité... Autant d'enjeux pour le prochain Schéma départemental du tourisme.

Avec 5,6 millions de séjours et 32,6 millions de nuitées, la fréquentation des hôtels et campings en Gironde a atteint en 2016 son plus haut niveau depuis 2010. Le tourisme représente 7 % du PIB départemental, avec 1,8 milliard d'euros de dépenses des visiteurs et une richesse touristique estimée à 747 millions d'euros soit 44 % de la richesse touristique d'Aquitaine. "Notre ambition est de doper l'activité économique à travers un emploi de proximité durable et non délocalisable", annonce Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde, en présentant les nouvelles orientations stratégiques touristique pour la période 2017-2021. Le fruit de nombreuses concertations ayant mobilisé plus de 360 participants entre mars et mai 2017.

En Nouvelle-Aquitaine, le secteur du tourisme représente près de 22.300 emplois en moyenne annuelle et jusqu'à 31.500 en haute saison. Un chiffre en constante progression puisque le nombre d'emplois touristiques a augmenté de 6,8 % en Gironde entre 2009 et 2011 soit 5 fois plus que l'emploi total.

Bordeaux (2e destination incontournable du monde en 2016 selon le New-York Times), le Bassin d'Arcachon, La Rochelle ou Saint-Emilion, qui captive plus d'un million de visiteurs chaque année, font partie des mastodontes du tourisme girondin.

"Au delà de ces lieux majeurs, certains trésors cachés gagnent à être connus du grand public", souligne Jean Luc Gleyze.

L'accent mis sur l'innovation et le numérique

Accroître la part du numérique dans l'économie est plus que jamais la priorité. Parmi les promesses annoncées : le développement de l'internet de séjour avec la poursuite du déploiement du plan Gironde Haut Mega et la création d'un cloud touristique départemental accessible à tous (professionnels et institutionnels). Le Conseil départemental souhaite également favoriser la création de nouveaux services (open data), accompagner les startups du numérique et favoriser le développement des applications mobiles.

Le tourisme durable : la voie à suivre

"L'attente en matière de tourisme a changé, elle n'est plus un simple bien de consommation touristique facile, mais elle est la conjugaison d'une exigence de qualité, d'une curiosité active et, très souvent, d'un engagement dans la protection de l'environnement", affirme Jean-Luc Gleyze.

88 % des voyageurs Français se disent prêt à agir en faveur de l'environnement et 56 % de ces voyageurs sont prêt à payer plus cher pour une destination écologique. Ainsi, tous les acteurs de Gironde Tourisme sont unanimes: le tourisme durable est la voie à suivre. Le slow tourisme qui consacre le temps lent comme étalon du séjour hédoniste et permet de découvrir à son rythme les richesses des lieux où l'on séjourne sera valorisé.

"La Gironde est parfaite pour cela, un pays de Cocagne comme je le revendique souvent, où les plaisirs de la nature et du paysage s'associent au plaisir de la table, du vin, de la gastronomie, du patrimoine et des loisirs".

Gironde Tourisme annonce dans ce sens le renforcement du maillage du réseau d'itinérance douce (vélo, fluvial et covoiturage) et de l'intermodalité (train, bus, bateau) mais également la valorisation des sites naturels existants.

"La Gironde est belle toute l'année !"

"Patrimoine, événementiel, séminaire, culture devront permettre d'avoir un tourisme 365 jours", affirme Sandrine Derville, vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Alors qu'aujourd'hui les courts séjours (1 à 3 nuits) représentent près de 53 % des séjours sur le territoire, l'allongement de la durée des séjours des visiteurs et de la saison touristique sont des axes stratégiques majeurs du Schéma touristique départemental et devraient inciter les touristes à s'aventurer sur "des zones que les guides ne placent pas toujours dans le top 5" d'après Jean Luc Gleyze. Gironde Tourisme maintiendra les actions engagées concernant l'œnotourisme comme les 6 routes des vins de Bordeaux ou encore les circuits des bastides et développera davantage d'animations le long des circuits. En matière d'agritourisme, toute une offre reste à bâtir : il s'agira de favoriser l'économie locale, les producteurs et les offres de circuits courts.

Complémentarité territoriale et gouvernance partagée

"Nous ne voulons pas faire du saupoudrage de subvention mais aller vers des actions concertées fortes en termes de partenaires et de distribution territoriale. Cette forme collaborative sera fortement développée dans nos propositions", annonce Sandrine Derville, vice-présidente du Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine.

Après le découpage des communautés de communes, La Gironde a dû bâtir une nouvelle gouvernance et définir un fil conducteur entre région, département et territoire. Pour fédérer les acteurs du tourisme publics ou privés autour des destinations présentant une marque connue et attirer et développer une clientèle internationale, le contrat "Destination Bordeaux" s'appuie sur trois axes stratégiques : l'œnotourisme, l'itinérance fluviale et le patrimoine. Gironde Tourisme réaffirme son soutien aux clusters - lieux de coopération thématiques et de mutualisation promotionnelle et commerciales coordonnées - qui privilégient une forme collaborative et mutualiste de l'offre. Pour répondre à la forte concurrence qui subsiste entre destinations, la région multipliera les actions de promotion tous secteurs confondus. Outre une conférence annuelle du tourisme, le Conseil départemental compte maintenir son rôle d'accompagnateur des territoires dans leur restructuration. Il affirme son désir d'aller au-delà des limites administratives et du territoire, en témoigne la récente convention passée avec le Lot-et-Garonne pour valoriser le Canal des Deux-Mers.

Labelliser un certain nombre d'offres Tourisme & Handicap, ouvrir l'accès aux offres à un public large à travers des aménagements spécifiques, notamment auprès des seniors, des jeunes et des familles en difficultés, font également partie des axes stratégiques.

Après l'annonce des nouveaux axes touristiques de la Gironde pour la période 2017-2021, un flou subsiste : Quels leviers financiers le Département devra-t-il lever pour passer à la mise en œuvre de ce plan d'action ? Le schéma départemental sera voté début d'année 2018 et les arbitrages budgétaires ne seront précisés qu'en décembre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2017 à 16:10 :
EST CE QUE LES PROPRIOS DE FORETS , NE POURRAIS , PAS FORMÉS ,
UN ENCHLE CHEVETREMENT , AINSI QUE LES ÉCOLES , LE SPORT ,
L 'ENCADREMENTS D' ORGANISMES DIVERS , POMPIERS POLICES , ARMÉES .
AINSI V @ LES MONDES , DANS LE VIRTUEL , LES CODES SE RE joindre ,
assembleur du code bordelais , parées PAR DES BORDS DE LAITS .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :