La Région Nouvelle-Aquitaine veut booster l’export

 |   |  782  mots
La Nouvelle-Aquitaine est la 1re région exportatrice de boissons, principalement en vin et Cognac.
La Nouvelle-Aquitaine est la 1re région exportatrice de boissons, principalement en vin et Cognac. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
Des exportations à un bon niveau malgré des faiblesses. La Région Nouvelle-Aquitaine et la CCI Nouvelle-Aquitaine viennent de rendre public le bilan des échanges internationaux en 2016 et s’engagent à accompagner à l’export en particulier les TPE, PME et ETI.

Alors que le Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation a été l'occasion de partager les enjeux et les objectifs de l'internationalisation des entreprises et de l'attractivité du territoire, nouvelle étape désormais. Le Conseil régional a validé hier la mise en place de conventions-cadres de partenariat 2017/2021 avec deux acteurs clés : la CCI Nouvelle-Aquitaine et Business France.

"L'objectif premier est de faire progresser le nombre de PME/ETI exportatrices en région Nouvelle-Aquitaine et ainsi d'augmenter leur chiffre d'affaires de manière durable. Quand nous aurons fait grandir nos PME, nous aurons réussi notre Schéma régional", explique Jonathan, conseiller régional délégué au développement international.

Mais comme le souligne Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, "il est indispensable de partir de données chiffrées pour ensuite définir des objectifs". C'est justement ce qui vient d'être fait en présence de tous les partenaires. L'observatoire des échanges internationaux piloté par la Région et la CCI Nouvelle-Aquitaine pour un budget annuel de 180.000 euros a dévoilé les grandes tendances de l'internationalisation pour l'année 2016.

Une balance commerciale excédentaire

Ainsi, à l'inverse de la France, la Nouvelle-Aquitaine enregistre une balance commerciale excédentaire. En 2016, elle est la 4e région française pour l'excédent commercial avec 2,1 milliards d'euros d'excédent commercial (hausse de 3 Md€). La Nouvelle-Aquitaine est également la 3e région française pour la hausse des exportations (22 Md€, hausse de 1 %) mais elle est la 8e région exportatrice de France. Une position que tend à relativiser Jean-François Clédel :

"Les matériels d'armement ne sont pas comptabilisés. Par ailleurs, certains de nos produits sont exportés depuis d'autres régions et donc là aussi ne sont pas comptabilisés. Par exemple, Anvers est devenu exportateur de Cognac. En réalité nous devons être en 4e ou 5e position parmi les régions françaises."

1re région exportatrice de boissons

Première région agricole, la première filière exportatrice est naturellement constituée de l'agriculture, l'agroalimentaire, les vins et spiritueux. La Nouvelle-Aquitaine est d'ailleurs la 1re région exportatrice de boissons, principalement en vin et Cognac : 4,16 Md€ d'exportations soit près de 18 % des exportations régionales et 28 % des exportations françaises de ce secteur. A noter toutefois que les exportations de vins sont en recul (-3,5 % en valeur, -10 % en volume).

Deuxième produit exporté par la Nouvelle-Aquitaine en 2016, les produits de la construction aéronautique et spatiale (hors militaire) représentent 2,3 Md€ de marchandises exportées.

Enfin, la Nouvelle-Aquitaine est le 2e exportatrice de bois et articles en bois, pâte à papier, le papier et le carton, des produits qui représentent 7 % des exportations régionales et plus de 20 % des exportations nationales.

Export : des faiblesses structurelles

Malgré tout, l'observatoire note que la région enregistre une baisse du nombre d'exportateurs (9.250 exportateurs en 2016 soit -17 % par rapport à 2015). La Nouvelle-Aquitaine compte un nombre peu élevé d'exportateurs en comparaison avec le nombre d'entreprises. L'autre faiblesse structurelle régionale est la concentration des échanges sur 6 secteurs.

Selon une enquête réalisée auprès de 2.200 chefs d'entreprises exportatrices du 17 mai au 10 juin 2016, deux tiers ont déclaré avoir rencontré des freins pour développer leur activité à l'international. Parmi eux, le manque de moyens financiers, des démarches administratives trop lourdes et des coûts trop élevés. 44 % ont déclaré souhaiter un accompagnement à l'international.

"D'où l'importance d'accompagner les entreprises dans la durée", insiste Bernard Uthurry, vice-président du Conseil régional en charge du développement économique. Trois dispositifs d'aide ont été mis en place en Nouvelle-Aquitaine pour un budget de 7 M€ : une aide aux primo-exportateurs, une autre pour les exportateurs confirmés et une aide au recrutement de collaborateurs export visant notamment à encourager les entreprises à recruter un volontaire international en entreprise (VIE). La Région lancera également dans les prochains jours un appel à manifestation d'intérêt en vue d'accompagner les filières et les écosystèmes dans leur développement et leur rayonnement international. Le budget : 600.000 euros.

Investissements : une région attractive

Si l'export est à développer, "la Nouvelle-Aquitaine confirme son attractivité pour de nouveaux entrants", souligne Jean-François Clédel. Les investissements exogènes français et étrangers, ont généré 3.860 emplois dans la région. 982 emplois ont été créés ou maintenus (+4 % par rapport à 2015) par des sociétés étrangères au travers de 63 projets (+17 % par rapport à 2015) en majorité pour des projets de création de sites (57 %). Comme au niveau national, l'Allemagne est le premier pays investisseur en 2016 en Nouvelle-Aquitaine. Les deux départements les plus attractifs sont la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :