Tramway : les maires du Médoc militent pour la ligne D

 |   |  544  mots
De gauche à droite: Jean-Marie Castagneau, maire de Salaunes ; Eric Arrigoni, maire de Castelnau ; Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles ; Allain Camedescasse, maire de Sainte-Hélène ; Jacques Lassalle, adjoint au maire de Brach ; Prune Marzat, conseillère municipale déléguée (Lacanau)
De gauche à droite: Jean-Marie Castagneau, maire de Salaunes ; Eric Arrigoni, maire de Castelnau ; Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles ; Allain Camedescasse, maire de Sainte-Hélène ; Jacques Lassalle, adjoint au maire de Brach ; Prune Marzat, conseillère municipale déléguée (Lacanau) (Crédits : DR)
Les maires du Médoc qui soutiennent le projet d'extension de la ligne D jusqu'à Saint-Médard-en Jalles, se sont réunis hier pour faire le point sur les avancées du projet et présenter leurs arguments. La pétition lancée par le collectif "Urgence grande ligne D" a recueilli 4.500 signatures.

Le maire de Saint-Médard-en-Jalles Jacques Mangon ne désarme pas, après avoir lancé en septembre dernier une campagne pour que le tramway rejoigne sa ville. Hier, celui qui est aussi vice-président de Bordeaux Métropole en charge de l'urbanisme réglementaire et de la stratégie foncière a réuni autour de lui pour une conférence de presse les maires du Médoc (Castelnau, Salaunes, Sainte-Hélène, Lacanau, Saint Laurent du Médoc) qui militent pour le prolongement de la ligne D du tramway jusqu'à Saint-Médard-en-Jalles.
La pétition lancée par le collectif "Urgence grande ligne D" en faveur du prolongement du tram jusqu'à Saint-Médard-en-Jalles à l'horizon 2020 a permis de récolter 4.500 signatures. Bordeaux Métropole a déjà acté la réalisation des travaux de la ligne D, de la place des Quinconces de Bordeaux jusqu'au quartier Cantinolle à Eysines, à la limite du Taillan-Médoc. Les travaux débuteront en janvier 2016, pour une durée de trois ans. Mais rien n'est fixé concernant le prolongement jusqu'à Saint-Médard-en-Jalles. La question doit être abordée demain jeudi 17 décembre dans le cadre du SDODM, Schéma directeur opérationnel des déplacements métropolitains, et plus particulièrement du réseau de transports après la 3e phase du tramway..

4.000 voyageurs par jour

Les élus réunis hier à Sainte-Hélène qui considèrent que ce projet représente "une porte d'entrée pour les Médocains souhaitant rejoindre le centre de Bordeaux en transports en commun", ont avancé leurs arguments. Ils rappellent que cette extension de 4,1 km ne demande qu'un coût d'investissement modéré de 40M€ (à comparer au coût d'investissement de 250 M€ pour les 10 km du tracé initial de la ligne D, annoncé hier soir  à Bordeaux, lors de la dernière réunion publique de présentation des travaux) grâce à un tracé sur voie unique, en milieu à faible densité urbaine, en précisant que les coûts d'exploitation sont couverts par les recettes tarifaires à raison de 4.000 voyageurs/jour. L'efficacité du projet est également mise en avant, le nombre limité d'arrêts sur ce tronçon permettant d'augmenter sensiblement la vitesse commerciale de la ligne : 6 mn de Saint-Médard à Eysines-Cantinolle, et 35 mn jusqu'aux Quinconces. Cette extension concernerait les 30.000 habitants de Saint-Médard ainsi que les 30.000 des alentours, dont au moins 20.000 Médocains.

Le collectif "Urgence grande ligne D" assure se faire le porte-voix d'une majorité silencieuse, dépendante de la voiture individuelle faute de transports collectifs performants. "Mener à bien la grande ligne D, c'est ainsi développer un service public indispensable à la population et approuvé par 96 % des habitants de Bordeaux Métropole", insistent-ils en citant le sondage "Baromètre de climat intercommunal - vague 11" réalisé en février 2015 pour le compte de Bordeaux Métropole par LH2-BVA (les résultats de la vague 12 de ce baromètre seront présentés vendredi par Bordeaux Métropole).

"La volonté affichée de faire de Bordeaux une "Métropole millionnaire" à l'horizon 2030 doit se concrétiser par un projet de transport d'envergure : la grande ligne D. Plus de 40 ans après la tentation "d'adapter la ville à l'automobile", ayons la lucidité et l'ambition de faire du tramway le mode de transport métropolitain", interpelle le collectif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2016 à 1:24 :
Les locaux ne supportent plus cette épouvantable circulation transitaire du soir et matin sur la commune du Haillan, les Maires du Haillan et de Saint Médard en Jalles ne sont pas d'accord sur le projet de parcours de la ligne D, mais le tramway ne sera pas la solution au problème. Il faut des parkings sur les communes limitrophes de Bordeaux Métropole en correspondance avec des lignes de bus en sites propres et surtout ne pas changer les zonages des terrains constructibles en terrains agricoles car nous devons pouvoir loger les habitants du lointain qui s'agglutinent soir et matin sur nos routes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :