Spark Lasers tire plus vite que son ombre

 |   |  305  mots
Assemblage des sources laser dans leur boitier.
Assemblage des sources laser dans leur boitier. (Crédits : DR)
La startup girondine Spark Lasers lève 1 M€ pour développer ses sources laser ultra-rapides qu’elle a réussi à placer dans des petites boîtes faciles à utiliser.

La startup Spark Lasers, à Talence dans la métropole bordelaise, annonce la clôture d'une levée de fonds de 1 M€, avec le concours des fonds parisiens : Starquest Capital et Gravitation. Fondée en 2015 par Pascal Dupriez, cette jeune pousse est spécialisée le développement d'un laser compact et ultra-rapide, avec des impulsions de l'ordre de la femtoseconde, sous la marque Spark Lasers.

C'est bien la capacité de la startup girondine à présenter sur le marché des sources laser femtoseconde sous forme compacte qui est au cœur de l'innovation. La durée d'une femtoseconde est tellement courte que pendant ce laps de temps la lumière, qui se déplace à 300.000 km par seconde, n'a pas le temps de parcourir plus que l'épaisseur d'un cheveu ! Spark Lasers vise les industriels du micro-usinage mais aussi la recherche scientifique, notamment l'imagerie biomédicale et les neurosciences.

Spark Lasers ouvre un nouveau marché

"Cette levée de fonds va nous permettre de recruter en recherche et développement et de renforcer notre ligne de production. L'objectif est d'augmenter rapidement nos capacités de production et d'investir de nouvelles niches, avec de nouvelles gammes de lasers femtoseconde technologiquement très innovantes, très compactes et avec des performances inédites sur le marché" déroule Pascal Dupriez, le président.

Spark Lasers neurones

Grappe de neurones humains saisis par laser femtoseconde de Spark Lasers (DR)

Implantée dans le pôle photonique bordelais Alpha RLH, Spark Lasers a le soutien de Bpifrance. Spark Lasers réalise 80 % de son activité à l'étranger (Allemagne, Asie, Etats-Unis, Israël, Japon et Suisse). La startup a été lauréate en juillet 2017 du concours d'innovation i-Lab, de Bpifrance. Elle a pu réaliser cette levée de fonds grâce au soutien de  l'Agence (régionale) de développement et d'innovation (Adi) de Nouvelle-Aquitaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :