Europlasma : 3,7 M€ d’investissement dans la centrale électrique Cho Morcenx

 |   |  767  mots
La centrale électrique à énergie renouvelable de la filiale d'Europlasma.
La centrale électrique à énergie renouvelable de la filiale d'Europlasma. (Crédits : Europlasma)
Désormais en phase avec les quotas de production requis pour sa qualification technique, Cho Morcenx, la centrale électrique à énergie renouvelable du groupe Europlasma, bénéficie de 3,75 M€ d’investissement. Ce que dévoile notamment la direction dans le bilan stratégique sur le groupe qu’elle vient de livrer.

L'annonce de la qualification technique le 14 juin dernier de la centrale Cho Morcenx, qui produit de l'électricité à partir de la gazéification de biomasse et déchets industriels banals, a permis la libération d'une partie des sommes bloquées sur un compte séquestre. Filiale du groupe Europlasma, Cho Morcenx a pu ainsi encaisser 3,75 M€. Cette somme va servir à optimiser le fonctionnement de la centrale pour en réduire les coûts d'exploitation et maximiser sa rentabilité, mais aussi à mettre à niveau certains de ses équipements.

La direction du groupe fait cette annonce dans le cadre d'un communiqué intitulé "Bilan sur la stratégie 2014-2017 et perspective de la croissance". Une séquence historique marquée par la qualification technique de la centrale Cho Morcenx début 2017, après quatre longues et très coûteuses années de travaux. Au point que cette qualification était devenue une question de vie ou de mort pour le groupe. Même si tout est loin d'être encore joué pour Cho Morcenx, cet épisode crucial marque aussi la réussite du nouveau patron opérationnel d'Europlasma : Jean-Eric Petit, arrivé en 2014 en tant que directeur général dans le groupe présidé par Pierre Catlin.

C'est chaud pour la série des Cho

Cho Morcenx doit être suivie par la construction à Thouars (Deux-Sèvres) de la centrale Cho Tiper, avec l'aide financière de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et de la Banque européenne d'investissement (BEI), qui pourrait prêter 20 M€ au groupe landais. Comme Cho Morcenx, Cho Tiper sera capable de transformer en énergie 45.000 tonnes de déchets industriels banals par an. Le projet suivant, Cho Locminé (Morbihan), doit encore trouver son financement avant d'être lancé.

L'installation récente d'une unité de traitement des cendres volantes et toxiques en Chine a redonné de la visibilité à cet usage fondateur de la torche à plasma pour le groupe, qui, en plus du seul site français de Cenon (Bordeaux Métropole), a pu équiper à l'étranger plusieurs incinérateurs de déchets banals pour neutraliser leurs cendres toxiques, en particulier au Japon et en Corée du sud. Europlasma annonce ainsi le lancement d'une étude de faisabilité en République Tchèque.

Une vitrine dans la rivière des Perles

"Le XIIIe plan quinquennal chinois publié en mars 2016 a mis l'accent sur un développement économique plus propre et plus durable, avec des mesures spécifiques visant à réduire la pollution des sols. La livraison en juillet 2017, au client Shanghai Kaineng New Technology Co Ltd (KNC) de l'unité de vitrification de cendres volantes de l'incinérateur de Houjie (Chine) répond à cette volonté politique" résume ainsi la direction d'Europlasma.

Jean-Eric Petit, DG d'Europlasma

Jean-Eric Petit (Agence Appa)

Cette unité d'inertage des cendres toxiques d'Houjie, quartier de la ville de Donguan, située non loin de l'embouchure de la rivière des Perles et de Hongkong, doit servir à Europlasma de vitrine pour le reste de la Chine. Avec l'évolution des législations sur la pollution de l'air, l'Union européenne est aussi un marché d'avenir, estime le groupe landais. Dans ce bilan le groupe pointe aussi les bons résultats enregistrés en Bulgarie dans le traitement des déchets très faiblement et faiblement radioactifs, avec la réception du système plasma et du four de fusion Europlasma à la centrale de Kozloduy (KNPP). Là aussi les perspectives sont porteuses puisque la technologie plasma est déjà capable de s'attaquer aux déchets moyennement radioactifs.

Une nouvelle émission de bons de souscription

Lors de la prochaine assemblée générale extraordinaire (AGE), qui a lieu le 10 octobre 2017, Europlasma annonce vouloir se donner les moyens d'assurer son développement commercial. Le groupe est coté en Bourse et son capital a déjà été si fortement dilué, après de nombreuses augmentations de capital, que la direction d'Europlasma veut obtenir l'autorisation, à l'issue de l'AGE, d'émettre à titre gratuit des bons de souscription remboursables (BSAR C).

"Cette émission sera effectuée au bénéfice des actionnaires de la société à raison d'un BSAR C pour une action ordinaire enregistrée comptablement à l'issue de la séance de bourse du 31 octobre 2017" précise le communiqué.

Les bons de souscription d'action remboursable (BSAR A) détenus par les actionnaires d'Europlasma arrivent à échéance le 6 novembre prochain et l'effritement continu des cours, à raison de 22 centimes par titre ce mardi en début d'après-midi, sont défavorables aux porteurs. D'où cette proposition d'émission de BSAR C. Europlasma a par ailleurs entièrement restructuré son site Internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :