La Singularity university arrive à Bordeaux

 |   |  487  mots
(Crédits : DR)
La Singularity university, vaste réseau né en Californie et focalisé sur l'impact des technologies exponentielles, n'avait jusqu'à présent pas de chapitre en France. Le premier sera à Bordeaux ! Une licence a été accordée à trois Bordelais, Aidan O'Brien, Bertrand Bussac et Sébastien Bruhat. Le chapitre bordelais de la Singularity university aura pour mission de contribuer à l'émergence d'une communauté d'innovateurs tournés vers les grands challenges mondiaux.

Se définissant comme étant "à l'intersection de la technologie, de l'impact et du business", la Singularity university a été fondée en 2008 par Ray Kurzweil, "futuriste" en chef de Google, et Peter Diamandis, physicien fondateur de l'X Prize Foundation. Le quartier général de cette organisation, hébergée par la Nasa au cœur de son parc de recherches dans la Sillicon Valley, revendique de s'appuyer sur les technologies pour tenter de combattre ce qu'elle nomme les "grands challenges globaux" (énergie, environnement, alimentation, gouvernance, santé, éducation...). La Singularity university compte parmi ses principaux partenaires Google, Deloitte, Genentech, l'Unicef... Elle s'appuie notamment sur un réseau de 73 chapitres, groupes locaux répartis dans 44 pays chargés de contribuer à l'émergence de communautés cherchant à résoudre les mêmes défis, et plus de 21.000 participants à ses programmes et alumni.

L'annonce officielle est tombée mercredi 26 juillet : Bordeaux fait partie des 8 villes retenues pour accueillir un nouveau chapitre.

La demande de licence a été portée par Aidan O'Brien, senior partner chez Dell Technologies, établi à Bordeaux depuis deux ans et porteur d'un projet de Silicon vignoble, avec Bertrand Bussac, fondateur du Wagon à Bordeaux (programme innovant formant des débutants au développement web en 9 semaines) et nouveau membre du comité de pilotage de French Tech Bordeaux, ainsi que Sébastien Bruhat (cofondateur d'In Fusio et de Mobiles Republic), aujourd'hui impliqué dans la startup Brainify. Le chapitre bordelais de la Singularity university aura pour mission de contribuer à faire émerger une communauté d'innovateurs et d'organisations impliqués dans les problématiques globales, à travers des événements notamment.

"La communauté technologique et business de Bordeaux est désireuse de connaître l'impact des technologies, de la pensée et des organisations exponentielles, résolvant les défis locaux et mondiaux et développant les entreprises. Les programmes SingularityU peuvent être un facteur de différenciation pour aider la région à se développer", explique Aidan O'Brien.

Loin d'être une université classique, la Singularity university ne délivre aucun diplôme. Elle dérive du livre "The Singularity is near" de son cofondateur Ray Kurzweil, dans lequel ce chef de file du courant transhumaniste aborde la singularité comme une période, future, où les technologies se développeront de manière tellement exponentielle qu'elles transformeront la vie humaine de manière irréversible. L'organisation s'intéresse à toutes les branches (intelligence artificielle, environnement, neurosciences, biotechnologies...) qui peuvent œuvrer à la singularité et dit s'attacher à comprendre quelles seront leurs conséquences et les opportunités qu'elles pourraient générer. La Singularity université dispense ses enseignements à un très petit nombre d'étudiants choisis chaque année, ainsi que des formations et séminaires auprès de dirigeants économiques et politiques. Elle se veut plutôt comme un lieu de transmission du savoir, un think tank, un incubateur de startups et une communauté de chercheurs et d'innovateurs tournés vers une orientation philanthropique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :