Europlasma relance en Chine la vitrification des cendres toxiques

 |   |  478  mots
En plus des Refiom, Europlasma traite au plasma les déchets d'amiante, avec une neutralisation définitive.
En plus des Refiom, Europlasma traite au plasma les déchets d'amiante, avec une neutralisation définitive. (Crédits : Agence Appa)
La torche à plasma d’Europlasma va permettre aux Chinois de vitrifier et de neutraliser définitivement des milliers, voire des millions, de tonnes de cendres lourdement toxiques issues de l’incinération des déchets ménagers. C’est la relance d’une technologie déjà implantée au Japon.

Le groupe Europlasma (plus de 70 salariés), à Morcenx (Landes), dont la direction administrative se trouve à Pessac (Bordeaux Métropole), coté en Bourse, annonce la réception par la Shanghai Kaineng New Technology Co (KNC) de l'unité de vitrification des cendres volantes de l'incinérateur de Houjie (au sud de la Chine). Techniquement ces cendres volantes sont des Refiom (résidus d'épuration des fumées d'incinérations des ordures ménagères).

Des résidus hautement toxiques qu'Europlasma a appris à neutraliser de façon définitive grâce au plasma, transformant ces déchets parfois considérés comme ultimes, c'est-à-dire non valorisables, en cailloux de verre inoffensifs réutilisables dans la fabrication du bitume. Le contrat signé avec KNC en 2015, sans que l'identité de ce commanditaire n'ait été alors dévoilée, prévoit la fourniture par Europlasma d'ingénierie et d'équipements permettant la neutralisation des cendres volantes issues de l'incinération des ordures ménagères. La réception définitive et sans réserve de cette unité de traitement a été prononcée à l'issue d'essais de performance.

3,2 millions de tonnes de cendres super toxiques

Cette toute nouvelle unité chinoise d'Europlasma a ainsi atteint sa capacité maximale en traitant 1.450 kilos de cendres à l'heure pendant 24 heures, soit l'équivalent de 35 tonnes par jour. La direction d'Europlasma, dont Jean-Eric Petit est le directeur général, rappelle qu'en Chine populaire les cendres toxiques sont présentes de façon massive dans l'atmosphère et qu'en 2015 le pays en a produit 3,2 millions de tonnes, dont 300.000 tonnes dans la seule région de Pékin-T'ien-Tsin (Tianjin) et Hebei, au nord du pays.

"L'objectif est ambitieux, puisque le traitement de 3,2 millions de tonnes de cendres volantes nécessiterait plus de 300 unités de la taille de celle de KNC", souligne le communiqué du groupe. Ces perspectives souriantes ne doivent pas faire oublier les difficultés commerciales rencontrées par Europlasma dans ce domaine. Au début des années 2000 Europlasma a ainsi doté de cette technologie plasma anti Refiom sept centres d'incinération d'ordures ménagères au Japon, dont quatre dans le cadre de contrats signés avec les groupes Kobe Steel et Hitashi Zosen.

En 2008 le groupe landais a équipé une station d'épuration pour le traitement des boues par plasma en Corée du sud. Le contrat chinois marque ainsi une relance de la stratégie de neutralisation des Refiom par torche à plasma. Une technologie qui aurait pu se développer beaucoup plus vite si l'on se rappelle les annonces de négociations lancées à ce propos à la fin des années 2000 au Canada ou au Royaume-Uni. Il n'en reste pas moins que l'annonce de la qualification définitive de l'unité de vitrification des Refiom par torche à plasma de KNC est une excellente nouvelle pour Europlasma, dont la solidité financière reste des plus précaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2017 à 9:49 :
Merci beaucoup pour cette information.

Notre économie est désespérante, croulant sous l'avidité incompétente généralisée, au secours. Tandis que notre planète est directement menacée par des catastrophes écologiques de plus en plus marquées nos milliardaires continuent de ne pas redistribuer les immenses richesses qu'ils se font sur notre dos en paupérisant un peu plus les états qui de ce fait ne peuvent plus investir dans ces innovations majeurs que le privé a immédiatement déserté.

Nous payons très cher la compromission généralisée entre nos politiciens et nos hommes d'affaires car dorénavant, ces derniers étant habitués à se faire torcher les fesses par maman état, aucun de ces deux acteurs n'est dans la possibilité d'investir dans ce domaine vitale, l'état car il est dépouillé et les actionnaires milliardaires car trop radins, trop possédés.

Aussi alors que ce type d'usines innovantes, d'autant que l'activité liée au plasma est quand même une très haute technologie, devraient se monter par centaine dans le monde, elles sont en difficultés financières et ce n'est pas la seule dans cette situation, c'est générale puisque les investisseurs privés préfèrent investir dans la destruction de la planète qui leur fait gagner 20% par an plutôt que dans la protection de l’environnement qui jamais ne leur fera gagner autant.

L'avantage par contre de ces pays du sud est c'est qu'ils sont tellement touchés par la pollution que celle ci est incontournable,tout le monde y est confronté dans son quotidien, pas étonnant du coup qu'ils fassent plus d'efforts, non pas par humanisme, les gens avides sont dénués d'humanisme et les propriétaires des outils de production sont bouffés par leur avidité mais surtout parce que l'année dernière par exemple en chine c'est plus de trente mille manifestations qui ont eu lieu de la part des populations locales contre la pollution, du coup les pouvoirs politiques qui couvrent les exactions des milliardaires commencent à être un tantinet inquiets.

"En Chine, la ligne rouge du virage vert" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/07/PITRON/57676

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :