Didier Roux (Saint-Gobain) prend la présidence d'Unitec

 |   |  893  mots
Didier Roux, nouveau président d'Unitec
Didier Roux, nouveau président d'Unitec (Crédits : DR)
Actuel directeur de la R&D et de l'innovation de Saint-Gobain, Didier Roux est le futur président de la technopole Bordeaux Unitec, rebaptisée Unitec. Pour La Tribune, il précise ses ambitions.

Technopole Bordeaux Unitec a vécu. Cette dénomination sera désormais remplacée par le tout simple Unitec. "La raison est double", indique Stéphane Rochon, directeur général de la technopole qui accompagne actuellement 90 jeunes entreprises en création et en amorçage.

"Historiquement, l'association qui pilote la technopole devait s'appeler ainsi mais le nom était déjà pris par une entreprise française. Mais dans l'usage, depuis longtemps on parle d'Unitec. La zone s'appelle ainsi, l'arrêt de tramway aussi. D'autre part, nous avons la volonté de proposer notre savoir-faire à qui est intéressé. Si d'autres technopoles voient le jour dans la région, elles pourront s'appuyer dessus. Nous n'avons pas vocation à être un lieu uniquement lié à la ville de Bordeaux. Ce changement de nom n'est donc pas une pirouette : ce sont l'histoire, l'usage et les objectifs qui le dictent. »

Cette dénomination a été officiellement actée lors du Forum annuel d'Unitec et de l'assemblée générale de l'association, ce mardi 27 juin en fin de journée. A cette occasion a aussi été présenté le futur président de l'association, appelé à prendre la suite de l'actuel, Alain Rousset, également président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et cofondateur de la technopole il y a 27 ans. Ce nouveau venu n'est pas un inconnu pour Unitec et dispose d'un long CV. Didier Roux est actuellement directeur de la R&D et de l'innovation du groupe Saint-Gobain, membre de l'Académie des sciences, de l'Académie des technologies, professeur au collège de France.

Didier Roux, pourquoi prendre la présidence d'Unitec ?

"Il y a 25 ans j'ai créé Capsulis, une des premières sociétés incubées par Unitec, au centre Condorcet de Pessac. Je reviens donc redonner l'aide reçue, en quelque sorte ! J'ai toujours suivi Unitec et son activité, nous sommes toujours restés en contact. Je prendrai ma retraite en juillet, j'aurai donc du temps à consacrer à l'association."

Qu'est-ce qui a changé pour les jeunes entreprises innovantes depuis l'époque de Capsulis ?

"En 25 ans le panorama a totalement changé en matière de création d'entreprise. A l'époque lancer une entreprise technologique, c'était un accident réservé aux visionnaires ! Aujourd'hui la donne a complètement changé. Avec le Crédit impôt recherche, le statut de jeune entreprise innovante, les différentes aides publiques, la France est devenue une sorte de paradis pour startups. Nous avons rattrapé notre retard, voire pris de l'avance sur certains pays, sur la création d'entreprise. On peut démarrer son activité assez facilement et soutenir les 2 ou 3 premières années. Nous sommes capables d'aider à créer des petites graines. Il faut maintenant que des arbres poussent, que ces graines partent sur les marchés internationaux et deviennent des PME et PMI innovantes. C'est là notre principal défi."

Comment aider ces graines à se transformer en arbres robustes ?

"Le premier levier est l'identification du marché. Nous devons sélectionner de vrais projets solides avec des marchés internationaux. Je suis toujours surpris par la difficulté des startups françaises à se projeter à l'international. Dès qu'on parle de technologie, le marché français est trop étroit et ne suffit pas. Le 2e levier, c'est de les aider à trouver les bons acteurs privés destinés à entrer au capital. Unitec peut être utile en ce sens et travaillera en cohérence avec l'écosystème existant. Nous avons vocation à rester comme aujourd'hui un catalyseur, un facilitateur, plutôt que de devenir un acteur isolé."

-------

La bio de Didier Roux
Né en 1955, Didier Roux suit des études de chimie et de physique à l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, entre au CNRS en 1980 (docteur d'Etat en 1984, directeur de recherche au CNRS entre 1990 et 2005). Il dirigea le centre de recherche Paul-Pascal de 1997 à 2001. Lauréat de nombreux prix et distinctions dont le grand prix IBM matériaux, le grand prix de l'Académie des Sciences Mergier-Bourdeix, il est également titulaire de la médaille d'argent du CNRS. Intéressé par les applications de la recherche, il participe à la création de deux startups en 1994 et 1998 ; est directeur scientifique adjoint de Rhône-Poulenc puis participe au conseil scientifique et technologique de Rhodia entre 1997 et 2005. Directeur de la recherche et du développement de Saint-Gobain depuis 2005, puis de l'innovation du groupe Saint-Gobain depuis 2009, il est membre de l'Académie des sciences et de l'Académie des technologies. En 2016, il a été élu à la chaire annuelle d'innovation technologique du Collège de France.

-------

Disposant actuellement d'un budget annuel de 1 M€, Unitec a accompagné depuis ses débuts 362 projets dont 324 en création. Il y a quelques semaines son directeur général Stéphane Rochon dressait le bilan 2016 de la technopole et ses projets, à relire ici :

Lire aussi : Stéphane Rochon, Bordeaux Unitec : "Nous avons de très belles années devant nous"

Unitec a engagé un processus de fusion avec AEC, l'agence aquitaine du numérique, et vient de reprendre la gestion de la pépinière d'entreprises de Pessac. Elle travaille par ailleurs sur le projet de programme accélérateur de startups porté par le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et sur la future Cité numérique installée à Bègles, "lieu-totem de l'économie numérique", où elle ouvrira un incubateur, une pépinière, un espace de coworking.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :