Voici le portrait-robot du startupper bordelais

 |   |  490  mots
La biotech Fineheart a réussi la plus belle levée de fonds de 2016 dans la métropole bordelaise (6,4 M€).
La biotech Fineheart a réussi la plus belle levée de fonds de 2016 dans la métropole bordelaise (6,4 M€). (Crédits : FineHeart)
Il est plutôt masculin, approche de la quarantaine, a su s'entourer de cofondateurs. Celui qui a levé des fonds en 2016 a récolté 1,4 M€ en moyenne... Découvrez le portrait-robot du dirigeant de startup installé dans la métropole bordelaise.

L'enquête menée par la CCI de Bordeaux Gironde en partenariat avec French Tech Bordeaux dans le cadre de l'Observatoire aquitain de l'économie numérique a permis de récolter les réponses de 122 startups, PME innovantes et porteurs de projets numériques répondant aux critères requis, classiques (potentiel de croissance, besoins massifs de financement, nouveau marché...). D'autres types de données ont été mobilisés (Système d'information économique par exemple).

Lire aussi : Le numérique en Nouvelle-Aquitaine : 5 chiffres à retenir

> 87 % d'hommes, 13 % de femmes
Les femmes ne représentent que 13 % des fondateurs de startups et de PME innovantes de la métropole bordelaise. Un ratio terriblement déséquilibré, mais le territoire semble faire mieux que la moyenne nationale, qui se situerait à 9 % selon EY et France Digitale.

> Moyenne d'âge : 37 ans
La moyenne d'âge des startuppers de la métropole bordelaise se situe à 37 ans. Beaucoup se lancent à la sortie de leurs études mais la tranche d'âge 32 - 37 ans est la plus nombreuse, après un premier parcours professionnel. 75 % de ces fondateurs ont un niveau Bac + 5 ou supérieur.

> A plusieurs plus qu'en solo
Seul un quart des fondateurs se lance en solo dans l'aventure entrepreneuriale. Les binômes sont 37 %, les trios 20 % et les quatuors de fondateurs 17 %.

> A l'étroit
44 % des répondants de l'enquête disent avoir besoin d'un nouvel espace de travail dans les 6 prochains mois. Le local professionnel reste le plus utilisé (34 %), principalement par les PME innovantes, devant les pépinières (20 %), les espaces de coworking (17 %), les incubateurs (12 %)... Les hôtels d'entreprises (2 %) sont bons derniers.

> Accompagné
71 % des entrepreneurs ont été accompagnés par une structure au moins (essentiellement par des incubateurs). Parmi eux, 56 % cumulent le soutien de plusieurs structures d'accompagnement.

> Aidé financièrement
58 % des sondés ont reçu au moins une aide financière pour créer ou développer leur projet. Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine totalise le quart de ces aides à lui seul, loin devant les prêts d'honneur, le CIR...

> Créateur d'emplois et optimiste
67 % des salariés des startups et PME innovantes sont en CDI, auxquels il faut ajouter 13 % de CDD et 20 % de stagiaires. 97 % des entreprises interrogées prévoient d'embaucher (464 intentions de recrutement) dans les 12 prochains mois. Plus largement, 82 % des dirigeants ont optimistes et très optimistes pour leur prochaine année d'activité.

> Pas adepte de la levée de fonds
26 % des dirigeants sondés ont levé des fonds, essentiellement auprès de business angels (26 %), via la love money (argent des amis, de la famille, des proches, 21 %), grâce aux aides publiques (13 %) et aux fonds d'amorçage (13 % également), les fonds de capital-risque (9 %) , le crowdfunding (9 %)... En se basant sur les données, forcément incomplètes, du site pure player Maddyness, l'enquête estime que les startups de Nouvelle-Aquitaine ont levé en moyenne 1,4 M€ (8e région française) et qu'elles ont capté au total 37 M€ (5e région française).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :