Bordeaux : vers une structuration des espaces de coworking

 |   |  710  mots
Le collectif européen The Origin of Spaces est porté par l'association des Darwiniens.
Le collectif européen The Origin of Spaces est porté par l'association des Darwiniens. (Crédits : Hélène Lerivrain)
Après avoir travaillé pendant 3 ans sur les espaces de coworking, 5 tiers-lieux de 5 pays européens dévoileront le 9 juin à Bordeaux une boîte à outils à destination des porteurs de projets potentiels et des collectivités. L’équipe bordelaise, très investie, envisage pour la suite une mutualisation des bonnes pratiques à l’échelle locale.

C'est la concrétisation d'un projet qui aura duré 3 ans. Le collectif européen The Origin of Spaces présentera le 9 juin à Bordeaux le résultat de son travail mené sur les espaces de coworking, un projet financé par la Commission européenne (Erasmus +).

"Aujourd'hui, ce sont plus de 40 espaces qui coexistent sur le territoire de la métropole bordelaise et s'inscrivent dans un mouvement d'accroissement national, européen, international des tiers-lieux. Mais, si le coworking est un mouvement bien engagé, il semble être encore en phase exploratoire. D'où le besoin d'interroger ce que l'on entend par coworking et d'identifier les opportunités de ce mouvement au cours d'une journée dédiée autour, par exemple, des questions suivantes. Quelles sont les opportunités créées par le partage d'un espace de travail ? Au-delà de l'espace physique partagé, quelle vision de la société et du travail y est nourrie ? Quelles sont les valeurs défendues ? Quels modèles de gouvernance pour faire vivre un tel espace ? A qui s'adressent ces espaces ?" relaient les organisateurs de l'événement.

C'est précisément ce type de questions que s'est posé le collectif européen The Origin of Spaces, représenté en France par l'association bordelaise Les Darwiniens, initiatrice du projet.

"'Ces lieux sont des laboratoires des transitions", détaille Jean-Pierre Brossard, consultant européen et membre du conseil d'administration de l'association des Darwiniens. "C'est à la fois très excitant et déstabilisant car tout est à inventer. Nous avons voulu mener une réflexion sur notre aventure, garder une trace de cette histoire et se mettre en résonnance avec d'autres lieux du même type en Europe."

Etat des lieux et boîte à outils

Ainsi, 5 tiers-lieux de 5 pays européens - Darwin à Bordeaux en France, ZAWP à Bilbao en Espagne, Capture Projects et Lewisham council à Londres en Grande-Bretagne, Rojc Alliance à Pula en Croatie, LX Factory à Lisbonne au Portugal - ont partagé leurs savoir-faire et échangé les bonnes pratiques en matière de gouvernance participative, de management, de transition écologique, d'entreprenariat social et de partenariat privé/public. Le but : mieux appréhender les méthodes, les pratiques, les applications et les utilisations de ces tiers-lieux. Cette collaboration européenne a été rythmée par des visites d'études entre les pays et des temps de formation.

"La deuxième étape a consisté à constituer une boîte à outils en ligne destinée à aider de potentiels porteurs de projet de tiers-lieux mais aussi les managers de tiers-lieux déjà existants ou encore d'éclaircir nos institutionnels sur cette thématique par la grande variété du montage et des finalités des projets étudiés", explique Adrien Montiel, consultant et membre de l'association des Darwniens, qui a activement participé au projet.

LX factory

LX Factory à Lisbonne © Fernando Mendes

L'idée : constituer un réseau infra-métropolitain

L'événement bordelais du 9 juin sera l'occasion de présenter cette plateforme avec pour intention de constituer un réseau infra-métropolitain d'espaces de coworking ou de tout autre lieu prônant la collaboration et la mise en commun de services, d'outils.

"Pourquoi ne pas envisager une mutuelle professionnelle commune, des outils juridiques ou encore un agenda commun à tous les tiers-lieux de la métropole ?Ce ne sont là que des pistes à explorer. L'idée serait de créer une sorte de réseau ou de fédération avec peut-être un porte-parole. Après cette expérience de coopération internationale de longue haleine, on se sent plus compétents encore pour transmettre des méthodologies et outils de collaboration. Nous avons envie de mutualiser et capitaliser à l'échelle locale", développe Jean-Pierre Brossard.

Conscient de l'impact et du poids économique que représentent de tels espaces sur la métropole, un groupe informel composé de gérants d'espace, entrepreneurs et indépendants se s'est depuis mis en relation en vue de déposer un dossier à la Région Nouvelle-Aquitaine en juillet prochain. Ce groupe prévoit d'ores et déjà de répondre à l'appel d'offre spécifiquement sur la mise en réseau. Le projet européen, The Origin of Spaces, ne restera donc pas sans suite.

L'inscription à la journée du 9 juin est obligatoire (payant). Le programme complet est à découvrir sur le site.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :