La startup Self&Consult lève 105.000 € pour ubériser le conseil

 |   |  346  mots
Pour le moment Self&Consult se concentre sur les demandes d'aides à l'innovation.
Pour le moment Self&Consult se concentre sur les demandes d'aides à l'innovation. (Crédits : Décideurs en région)
Self&Consult annonce la levée de 105.000 € pour développer sa gamme de logiciels qui permet aux dirigeants d’entreprises de réaliser eux-mêmes leurs dossiers de demandes d’aides à l’innovation.

La startup bordelaise Self&Consult, qui veut démocratiser l'accès des entreprises au conseil, annonce la levée de 105.000 €, dont 80.000 € sous forme de "love money", ou soutien des proches et de la famille, et 25.000 € de la part de BPIfrance, avec une bourse French Tech. Matthieu Bacquin, président et cofondateur de Self&Consult, créée en novembre dernier, s'est polarisé jusqu'ici sur la démocratisation du conseil à destination des entreprises innovantes, qu'il s'agisse de startups, de très petites, petites ou moyennes entreprises.

Lui-même consultant, Matthieu Bacquin a transféré son savoir-faire dans des logiciels baptisés "Selforiels" (une marque déposée), disponibles, moyennant 250 €, sur la plateforme Self&Innov. En plus de ces logiciels, Self&Consult peut également proposer aux candidats à l'innovation des conseils d'experts. Faire appel à un conseil classique pour bénéficier du crédit d'impôt recherche (CIR), du statut de jeune entreprise innovante (JEI) ou du crédit d'impôt innovation (CII), niches fiscales très recherchées, coûte, selon Matthieu Bacquin, entre 3.000 et 10.000 €.

1 M€ à lever début 2018

Inutile de souligner qu'avec sa startup il entend casser le marché. Interviewé en novembre dernier par La Tribune Bordeaux, le patron de la startup s'était fixé comme objectif d'arriver à 300.000 € de chiffre d'affaires en mars 2017. "En moins de cinq mois, le cap des 1.000 selforiels réalisés sur la plateforme Self&Innov a été largement dépassé" rendique-t-on dans l'entreprise.

En plus de ces logiciels, Self&Innov devait proposer à compter d'avril un module de formation à distance (Mooc),"combiné à un outil de prise de notes guidée, pour rédiger soi-même efficacement le dossier technique justificatif des demandes de CIR et CII. Comme pour les offres existantes, nous proposons ce selforiel suivant deux formules : 100 % self et Self&Secure, comprenant une revue d'expert et du support illimité pour moins de 1.000 €", surligne la direction de la jeune entreprise.

Matthieu Bacquin compte lancer une levée de fonds de 1 M€ début 2018, pour déployer son modèle dans d'autres domaines du conseil et d'autres pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2017 à 17:46 :
S'il est vrai qu'une part non négligeable des prestations de conseil peut facilement trouver une réponse selon ce mode, de maniere très compétitive, qui plus est, toutes n'y sont pas admissibles pour autant.

Si cette offre arrive à attirer 1% du marché du conseil, ce qui ne devrait pas être très difficile, le succès sera déjà très grand.
Mieux encore, certains acteurs de l'économie, qui n'ont qu'un recours parcimonieux aux prestataires de conseil, pour diverses raisons, pourraient être encouragés à envisager une solution plus souple, et plus compétitive, telle que celle de cette startüp.
Par ailleurs, l'achat public viendra assez rapidement sur des typologies de prestations assez adaptées à cette offre.

De façon générale, c'est un marché qui est appelé à se développer, non pas en vampirisant totalement le secteur, mais en permettant sa rationalisation et son assainissement.
Il ne serait, d'ailleurs, pas si étonnant que les grands, et les moins grands, du secteur du conseil ne s'intéressent à ce segment pour étoffer leurs portfolios d'offres ! L'exemple des biotechs et des fintechs qui se font rachetées par des acteurs historiques n'est pas loin. D'autres exemples existent aussi.

Rendez-vous dans quelques trimestres pour voir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :