Bordeaux : Linguali, l’appli qui révolutionne le travail des interprètes

 |   |  1066  mots
James Anderson et François-Xavier Bodin, cofondateurs de Linguali.
James Anderson et François-Xavier Bodin, cofondateurs de Linguali. (Crédits : Appa)
Interprète depuis plus de vingt ans, James Anderson a imaginé, avec François-Xavier Bodin, une application qui simplifie le recours aux services d’un interprète pour les organisateurs d’événements et en allège considérablement le coût en s’affranchissant de tout le matériel loué à prix d’or. Ce qui ouvre des perspectives pour les petits budgets, en disruptant certes le métier des techniciens, mais sans mettre en péril celui d’interprète.

Interprète de conférence, James Anderson faisait face depuis des années à la dégradation de ses conditions de travail. Un cap est franchi en 2008, crise oblige, et restrictions budgétaires qui vont avec.

"Avant, 80 % de nos missions se passaient en cabine, avec de bons équipements, raconte James Anderson. Puis on nous a demandé de plus en plus de travailler sur ordinateur, en étant assis dans la salle de conférence, à côté des participants, avec tous les bruits que cela suppose, ce qui nous obligeait par ailleurs à parler discrètement dans le micro pour ne pas gêner les intervenants."

Devant les moyens que nécessite un service complet, nombre d'organisateurs renoncent. Après une conférence qui a été "une torture, se souvient-il, l'idée de Linguali a trotté dans ma tête, parce qu'aujourd'hui tout le monde a un portable". Il en parle à François-Xavier Bodin, spécialiste du numérique qui a travaillé sur des projets comme le TEDx ou le Google Launchpad Bordeaux. Linguali SAS est créée en 2014. S'en suivent deux ans de R&D pour mettre au point leur appli et concilier qualité du son et instantanéité de la traduction. Linguali lance en test en octobre 2015 ses solutions pour les organisateurs de conférences, fournisseurs de moyens en événementiel, agences et interprètes, en proposant de réduire radicalement les coûts d'organisation et de logistique. L'appli sera ainsi testée sur la dernière édition de Vinexpo dans le cadre du CEB Lab.

Lire aussi : Innovations en test : le CEB Lab dresse un bilan positif

La force du produit est de remplacer les équipements et matériels en permettant aux intervenants et aux participants de communiquer avec l'interprète, sur site, depuis leur smartphone via le wifi de la salle. L'application de l'interprète fonctionne sur PC portable ou Surface pro Windows. L'appli mobile gratuite pour participants et intervenants est disponible sous iOS et Android. La prestation est facturée 2 € pour chaque utilisateur effectif à l'interprète.

Premiers résultats

"On pensait disrupter le marché mais en fait on voit qu'on ouvre le marché où l'interprétariat n'existait pas ou n'existait plus parce que cela coûtait trop cher. Avec nous il n'y a que l'interprète à payer, en fait c'est l'alternative entre pas d'interprète ou interprète avec Linguali."

Ce qui n'empêche pas les agence spécialisées de s'inquiéter du matériel qu'elles ont acheté, qu'elles doivent immobiliser, et ne pourront plus louer. Sans parler des techniciens qui font fonctionner tout ce système et ne voient pas d'un bon œil l'arrivée de ce service.

La version bêta a été lancée en janvier. "Et les clients sont déjà là. Les agences d'interprétation, frileuses de devoir abandonner et donc de ne plus louer des équipements chèrement acquis qui ne sont plus nécessaires avec Linguali, réalisent qu'elles peuvent désormais adresser des évènements qui leur échappaient jusqu'à présent à cause du prix de leur prestation équipements compris", explique James Anderson. Seul équipement nécessaire avec Linguali pour l'interprète : ordinateur, casque micro, routeur wifi.

"Le métier des langues est très perturbé par le  numérique, notamment la traduction écrite. Le secteur est très sensibilisé négativement à cela, ils le voient comme une menace donc a priori c'est négatif pour Linguali, poursuit François-Xavier. Mais on a créé quelque chose de différent car on ne cherche pas à remplacer l'interprète mais seulement l'équipement. Dès qu'on explique ce que l'on fait, les interprètes nous soutiennent."

Les premiers résultats sont là. Le comité international olympique a lancé un appel d'offres international pour les réunions de préparation des JO de Tokyo 2020 partout dans le monde. Leur solution est utilisée par l'équipementier qui a adopté Linguali. Pro Son, équipementier pour l'interprétariat, qui assure 30 à 40 événements par jour à Paris, va être fournisseur de leur solution.

Linguali a récemment été utilisée à Singapour pour la Convention mondiale sur la noix de cajou ou lors du Nordic Business Forum à Stockholm. Des sociétés comme Total, Arpinum ou Ubiqus se sont laissé convaincre.

Linguali va démarrer un projet pilote avec les institutions européennes : l'interprète de la Commission ou du Parlement va se rendre sur le terrain de tables rondes ou conférences équipé d'une simple mallette sans qu'il soit nécessaire de déplacer la logistique technique traditionnelle.

Des possibilités infinies

"Nous espérons être rentables à la fin de l'année, soit 20.000 € de chiffre d'affaires par mois, c'est ambitieux mais réaliste. On facture au nombre de gens connectés à Linguali. On monte en puissance depuis le début de l'année, même si les revenus sont pour l'instant anecdotiques, mais au niveau de la traction on y est, il n'y a plus aucun doute sur la pertinence de notre produit."

L'entreprise qui a démarré avec l'aide d'ADI (Agence de développement et d'innovation), de la Région, d'Aquiti et de Bpifrance, ainsi qu'un prêt bancaire, soit 260.000 €, cherche désormais à lever 500.000 € d'ici à l'été. Car le développement commercial coûte cher et l'adoption est lente - "l'événement est ruiné si cela ne marche pas", rappelle James Anderson. D'où une certaine frilosité au départ chez les clients potentiels. Pour convaincre, Linguali multiplie les roadshows, comme la semaine prochaine à Barcelone.
Les fonds serviront également à développer les nombreux projets de la société.

"Aujourd'hui nous sommes limités à 60 utilisateurs, donc nous devons augmenter les capacités de Linguali pour pouvoir prétendre aux énormes événements. Cela dit il y a un marché pour générer 20.000 utilisateurs par jour dans le monde en cumulant de très petits besoins. Nous ne sommes pas inquiets par rapport à la taille, puisque nous n'avons pas besoin de ça pour exister."

La société va également travailler sur les nombreuses fonctionnalités demandées par les clients, comme l'enregistrement pour la transcription multilingue ou la possibilité d'avoir un intervenant à distance avec Linguali.

"Moi je voudrais une cabine gonflable, isolante, rajoute sans rire James Anderson, insistant sur le nécessité pour l'interprète professionnel qu'il est de pouvoir travailler dans un silence absolu. Quand on commence à réfléchir à la façon d'améliorer le marché, les possibilités sont infinies."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :