Musique : BlitzR entre dans l'ère de la monétisation

 |   |  620  mots
Le trio fondateur de BlitzR passe à la monétisation de son savoir-faire auprès des professionnels de la musique et des médias connectés
Le trio fondateur de BlitzR passe à la monétisation de son savoir-faire auprès des professionnels de la musique et des médias connectés (Crédits : Agence Appa)
"Si le contenu est Roi (retour sur investissement, NDLR), les données sont les empereurs", dit BlitzR. Et si la voix est d'or, les métadonnées sont d'argent, serait-on tenté de rajouter. Lancée avec une offre BtoC, avec un portail de musique en ligne (streaming) ouvert à tous, la startup de Pessac finalise aujourd'hui sa bascule vers un modèle BtoB.

De retour du Midem, le salon international du disque et de l'édition musicale, le trio fondateur de BlitzR annonce le lancement de sa plateforme BtoB et le lancement de son API. La jeune pépite est depuis ses débuts spécialisée dans le traitement, l'enrichissement et l'harmonisation des métadonnées musicales, ces informations techniques et descriptives liées aux fichiers sonores. Après avoir lancé son portail d'écoute de musique, qui centralisait en un même point des fichiers venus de tous les horizons du web, "nous allons maintenant recentrer notre activité sur la fourniture de data et d'outils à haute valeur ajoutée aux acteurs de la musique numérique, des développeurs et des médias connectés tels que les radios", indique Pierre Anouilh, cofondateur de l'entreprise avec Bertrand et Johan Sébenne.

"Les métadonnées sont l'ADN de la musique à l'ère numérique : ce sont elles qui rendent la musique audible et sa monétisation possible, poursuit Pierre Anouilh. Elles permettent d'identifier, de rechercher, de gérer, de comprendre, de décrire et de qualifier, d'enrichir ou d'analyser les contenus et les services."

Une véritable mine d'informations qui a pourtant été un brin délaissée ces dernières années :

"L'enjeu des métadonnées s'inscrit dans un contexte de croissance de la consommation de musique en streaming, d'émergence de plateformes internationales et de transformation digitale des médias. Mais alors que la dématérialisation de la musique explosait et que les registres se complexifiaient, la qualité des métadonnées s'est appauvrie au dépend de l'expérience utilisateur."

Une technologie développée en interne

C'est ici que BlitzR intervient. La technologie qu'elle a développée en interne permet de collecter et surtout de normaliser des données issues de différentes sources hétérogènes. La startup propose une véritable interopérabilité qui faisait pour l'heure cruellement défaut.

"Faire grossir encore le service de streaming gratuit aurait demandé des investissements inaccessibles pour nous. Mais nous nous sommes rendu compte que notre technologie conçue pour cette plateforme grand public pouvait résoudre des problèmes BtoB, précise Pierre Anouilh. Avec l'explosion des plateformes et services d'écoute, la multiplication des radios et médias connectés, l'apparition des enceintes connectées, l'usage du streaming se démocratise mais paradoxalement, la qualité des métadonnées empire. Pourtant, elles permettent d'éviter les doublons dans sa bibliothèque, les mauvaises références, la mauvaise pochette..." et fournissent des renseignements précieux sur les habitudes et les goûts de l'auditeur, également.

50 millions de titres

En complément du portail BtoB, BlitzR a également créé un identifiant universel lui permettant de disposer "de la plus grosse base de données au monde dédiée à la musique", accessible via une application (API) destinées aux développeurs et professionnels de l'industrie de la musique. Un joli fonds de commerce constitué de 50 millions de chansons, 7 millions d'albums, 4 millions d'artistes...

Les fondateurs, deux ingénieurs et un chercheur en sciences sociales, tous musiciens, veulent désormais accélérer la monétisation de leur offre. L'équipe, composée de 6 personnes, a signé un premier contrat avec 1D lab, qui propose un service de "streaming équitable". Les retours recueillis au Midem sont bons. Au programme également pour la pépite couvée par Bordeaux Unitec, une levée de fonds est envisagée d'ici la fin de l'année, pour un montant gardé confidentiel. Le service de streaming de BlitzR sera maintenu, parce qu'il draine des auditeurs mais aussi parce que c'est une excellente vitrine des capacités de la startup.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :