L'accélérateur de startups 33 Entrepreneurs ouvre une nouvelle page

 |   |  381  mots
Vincent Prêtet, fondateur de 33 Entrepreneurs
Vincent Prêtet, fondateur de 33 Entrepreneurs (Crédits : Agence Appa)
Basé à Bordeaux, l'accélérateur de startups 33 Entrepreneurs "va plutôt bien mieux" selon son fondateur, après un trou d'air fin 2015. La structure entame une nouvelle phase de son existence, celle de la monétisation de son expertise, en proximité avec les industriels. Vincent Prêtet présente sa stratégie.

Son mois de juillet dernier, l'équipe de 33 Entrepreneurs l'a passé sur la route. L'accélérateur bordelais était alors engagé dans un périple de New York à San Francisco, dans un bus floqué à ses couleurs. "Au total 3.200 startups américaines cartographiées, 1.600 sélectionnées, 500 entretiens réalisés par visioconférence, 200 entreprises rencontrées, 10 concours organisés et les 30 meilleures startups envoyées dans deux conférences internationales", égrène Vincent Prêtet. Le fondateur de 33 Entrepreneurs en profite alors pour nouer des liens avec des industriels tels que Metro cash & carry, leader de la fourniture de produits frais aux restaurateurs indépendants, l'hôtelier Accor ou encore Elior. L'opération a un revers :

"A ses débuts, un accélérateur coûte cher et brûle du cash, estime Vincent Prêtet. Il suffit de voir que le Numa a levé 4 M€ fin 2015 et The Family 6 M€ début février. Cette phase, on a tendance à l'oublier. 33 Entrepreneurs a engagé beaucoup de dépenses, sur fonds propres. Plus d'1 M€ en deux ans à Bordeaux, c'est honorable. Mais cette phase d'amorçage est terminée. Nous avons poussé fort le modèle, nous passons à un nouveau stade où des industriels nous rémunèrent pour faire ce que l'on fait."

>> Lire aussi : 33 Entrepreneurs, l'accélérateur cocardier

Virage stratégique

Sur le fond, l'accélérateur garde les axes qu'il développait jusqu'à présent :

"Nous continuons à amener du mentorat aux startups, des premiers clients industriels, de l'apport au capital. Mais nous répondons aussi désormais aux besoins des industriels du secteur vin, spiritueux et agroalimentaire. Ces derniers voient que ça bouge, de nouvelles tendances émergent. Nous les aidons à détecter les bons projets et à les faire grandir."

Au passage, le volet tourisme, qui faisait partie des secteurs ciblés par l'accélérateur à ses débuts, est quelque peu mis de côté. Vincent Prêtet cite Pernod Ricard, Moët Hennessy, Carrefour, Cémoi, Elior, Accor parmi ceux qui ont acheté des prestations de 33 Entrepreneurs. Depuis sa création, l'accélérateur a accompagné 40 startups, investi dans 10 d'entre elles pour des tickets de 15.000 à 20.000 € en moyenne, et dispose d'une cartographie de 10.000 jeunes pousses. Le prochain programme d'accélération aura lieu en septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :