GreenTechs : Europlasma va lever 10 M€

 |   |  658  mots
Inertam, toujours le meilleur atout d'Europlasma
Inertam, toujours le meilleur atout d'Europlasma (Crédits : Agence Appa)
Modifié 29/02/2016 - 10 h 11/ Disposer de 10 M€ supplémentaires pour assurer le financement du développement du groupe en 2016, c’est le nouveau pari fait par Jean-Eric Petit, directeur général de ce groupe landais très innovant dans les technologies propres et financièrement fragile.

Le groupe Europlasma, à Morcenx (Landes), dont la direction administrative se trouve à Pessac (Gironde), coté en Bourse et spécialiste des technologies propres, avec une centaine de salariés, vient de dévoiler son chiffre d'affaires pour l'année 2015 et d'annoncer la création d'une ligne de financement en fonds propres.

Le groupe Europlasma s'appuie sur trois activités différentes qui ont en commun l'utilisation de la torche à plasma. Il s'agit d'Inertam, activité historique de destruction des déchets d'amiante, d'Europlasma Industries, centré notamment sur la destruction de gaz ou déchets toxiques, et de Cho Power, centrale électrique alternative utilisant la biomasse et les déchets. Le groupe, dont le fonctionnement ressemble à celui d'une startup, consomme beaucoup de capitaux pour la mise au point de ses innovations et connaît une situation financière tendue, qui a été périlleuse en 2014, jusqu'au début de 2015.

Cho Power toujours central

L'an dernier, le chiffre d'affaires consolidé a progressé de 57 % par rapport à 2014 pour atteindre 14,1 M€.

"La croissance du chiffre d'affaires dans nos trois segments traduit les efforts entrepris depuis maintenant deux ans", juge Jean-Eric Petit, le directeur général.

La centrale électrique Cho Morcenx, dont la mise au point est en voie d'achèvement et qui a failli conduire Europlasma à la catastrophe financière, a réalisé un chiffre d'affaires de 555.000 euros en 2015, en croissance de + 1,2 M€ sur un an (contre - 596.000 en 2014). Comme nous l'avons relaté dans notre dernier article sur le sujet, le DG d'Europlasma mise sur l'obtention de la livraison définitive (final acceptance) de Cho Morcenx en 2016, avec l'arrivée de deux nouveaux moteurs. Plusieurs contrats sont en attente pour cette centrale électrique qui fonctionne grâce à un gaz de synthèse produit par la gazéification de déchets organiques et de biomasse.

D'abord l'amiante

Inertam, spécialité historique du groupe, seule société au monde à pouvoir garantir la neutralisation définitive des déchets d'amiante (leur inertage), reste le moteur d'Europlasma et a vu son activité progresser de 19 % l'an dernier, à 11,3 M€, "conséquence d'une augmentation équivalente des tonnages traités et d'une amélioration de la gestion des capacités de production", observe la direction.

Le chiffre d'affaires d'Europlama Industries fait un grand bond en avant, de 117.000 euros en 2014 à 2,2 M€ l'an dernier, grâce à la signature d'un contrat en Chine. Ce succès confirme pour Jean-Eric Petit la pertinence du redéploiement commercial du groupe. Europlasma reste toutefois financièrement très fragile et Jean-Eric Petit annonce l'ouverture d'une ligne de financement en fonds propres (equity line) d'un montant maximum de 10 M€, avec la société Kepler Cheuvreux. Cette ligne de financement sera levée en deux tranches de 5 M€ chacune. Kepler Cheuvreux s'est engagé à lever ces fonds, moyennant une émission d'actions nouvelles qui pourrait s'élever à 7,1 millions de titres, en fonction des circonstances.

8 % de décote maxi

Comme le précise Europlasma, "le prix d'émission des actions nouvelles correspondra à la moyenne des cours de Bourse précédant chaque émission, diminué d'une décote maximale de 8 %". Autrement-dit, Kepler Cheuvreux se charge de la vente des titres moyennant une rémunération qui ne pourra dépasser 8 % de leur valeur.

"L'equity line a déjà démontré sa pertinence pour accompagner le développement d'autres sociétés industrielles, elle apportera par sa modularité un confort et une visibilité supplémentaire au groupe", éclaire le directeur général.

Le cours d'Europlasma, un des plus hautement spéculatifs du marché boursier en France, s'est redressé pour atteindre 72 centimes le 18 février. Les nouvelles mesures de financement ont été annoncées hier après la clôture du marché et les actionnaires ont bien réagi. Le cours d'Europlasma gagnait ainsi 1,45 % en fin de matinée, à 70 centimes, avec près de 285.000 titres échangés. Les perspectives de dilution supplémentaire du capital du groupe et de perte de valeur sur les actions ne semblent pas avoir effrayé les porteurs de titres Europlasma.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :