L'appli Goot, futur "Uber" des cavistes ?

 |   |  489  mots
Goot, l'application née à Paris, lancée à Bordeaux, veut booster l'activité des cavistes
Goot, l'application née à Paris, lancée à Bordeaux, veut booster l'activité des cavistes (Crédits : P.R)
L’application Goot sera présentée et véritablement lancée la semaine prochaine depuis Bordeaux. Créée en juillet 2013, incubée par Paris Sud Telecom, mais désormais accélérée par 33entrepreneurs et hébergée en partie à Bordeaux, l’équipe (6 personnes) qui l’a développée présentera, du 28 au 30 mai, ses avantages au grand public et aux cavistes, ces derniers étant directement mis en avant par les services proposés. Explications.

"Ce que nous voulons avec Goot", explique son fondateur Olivier Thibert, éduqué par un père professionnel de la gastronomie à la culture du vin plaisir, "c'est permettre à la fois aux consommateurs qui ne sont pas experts du vin de trouver le produit qui correspond à leurs goûts, leurs attentes, leur budget tout en leur permettant de les trouver chez un caviste de quartier, au plus près de leur domicile, de leur travail, ou sur le trajet qui conduit au lieu où ils consommeront ou offriront ce vin."

L'application, qui a été pensée et développée depuis 2013, permet, en même temps qu'elle ouvre en grand le champ des possibles pour les amateurs de vin qui l'utilisent, aux cavistes qui sont situés à proximité de l'usager de mettre en avant leurs produits.

"L'application donne accès à des vins qui correspondent aux attentes des consommateurs. Elle permet aussi aux cavistes qui se joignent à Goot, gratuitement je précise, puisque nous nous rémunérons via un pourcentage sur les ventes, de digitaliser leur point de vente en offrant à leurs clients les mêmes services numériques que les grandes chaînes de distribution de vin."

"La connectivité ? Pas réservée qu'à la high-tech !"

Ces services : c'est le paiement en ligne. "Entre le consommateur et le caviste, pas de transaction ! C'est nous qui nous occupons de cela." Ou encore, une fois choisi, payé et géolocalisé chez un caviste de quartier, Goot propose au consommateur de réserver ce vin, qu'il peut récupérer au plus près de sa résidence, de son travail, ou même sur le trajet qui le conduit au lieu des agapes, voire même de se le faire livrer en moins de deux heures.

Goot semble du goût des cavistes qui ne veulent pas perdre une... goutte de ce nouveau relais potentiel de ventes. A Bordeaux, en seulement deux mois de discussions et d'explications, un caviste sur deux aurait déjà adhéré à Goot qui propose, de fait, plus de 5.000 références de vins aux utilisateurs de l'application.

"Goot propose les vins que les cavistes souhaitent mettre en avant. Il s'agit donc toujours de la sélection de professionnels qui s'engagent au nom de Goot et en leur nom, à proposer des valeurs sûres à tous les prix. En facilitant l'acte d'achat, l'application Goot leur permet de les écouler de manière simple. La connectivité n'est pas réservée aux domaines high-tech et Goot va le prouver" assure Olivier Thibert.

Goot, qui est actuellement en discussion avec une franchise qui compte 150 cavistes en France, entend développer un lien de proximité entre les cavistes et les utilisateurs de l'application. Du 28 au 30 mai, c'est donc à Bordeaux que la société et son application vont entamer une campagne de street marketing visant à faire connaître un service nouveau qui tente de concilier digital, mobilité, proximité, connectivité et commerce de proximité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2015 à 19:03 :
C'est pas l'application de Monoprix et du Petit Balon? Pas vraiment les copains des cavistes...

Bernard
a écrit le 21/05/2015 à 16:14 :
Rien de nouveau, le concept d'être livré par un caviste près de chez soi, ça a déjà été fait par entrecavistes et oenojet...
a écrit le 21/05/2015 à 13:52 :
Et encore une fois une manière d'imposer le goût à la Parker, a l'américaine. Les viticulteurs feront des vins en fonction du narcissisme du consommateur et donc dénatureront leur savoir faire. Ne plus faire l'effort de comprendre un vin, son histoire, son style, d'exercer ses papilles, bref un comportement d'une clientèle infantilisée et capricieuse..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :