RTE a investi 130 millions d’euros en Nouvelle-Aquitaine en 2016

 |   |  898  mots
Les productions d'origine renouvelable représentent 17 % de la production totale de la région.
Les productions d'origine renouvelable représentent 17 % de la production totale de la région. (Crédits : RTE)
RTE, responsable du réseau de transport de l’électricité en France, a présenté hier son bilan pour l’année 2016 en Nouvelle Aquitaine. En 2016, il a investi près de 130 millions d’euros pour renforcer le réseau et s’adapter aux nouveaux enjeux de la transition énergétique. RTE compte déployer des solutions numériques sur son réseau afin d’optimiser les performances de ses structures existantes et répondre à la mutation des usages.

Les filières renouvelables couvrent un peu plus de 19,2 % de la consommation d'électricité en Nouvelle-Aquitaine en 2016, contre 16,3 % en 2015. L'augmentation des parcs de production et les conditions météorologiques favorables participent à cette progression. Les productions d'origine renouvelable représentent 17 % de la production totale de la région, un chiffre en constante augmentation dans toutes les filières depuis cinq ans, excepté pour l'éolien qui reste stable. La production nucléaire représente 82 % de la production annuelle en Nouvelle-Aquitaine. Quant à la production hydraulique, elle représente 8 % de la production régionale (+ 27,8 % par rapport à 2015). Le solaire enregistre également une hausse de 22,2 % par rapport à 2015 et représente 4 % de la production régionale.

La Nouvelle-Aquitaine est la 1re région de France pour sa production d'électricité photovoltaïque. Elle accueille 26 % du parc solaire nationale sur son territoire et héberge le plus grand parc photovoltaïque d'Europe : le parc du Cestas, sur 300 hectares, capable d'alimenter près de 240 000 familles en électricité. Les bioénergies tirent également leur épingle du jeu, la Nouvelle-Aquitaine est le 2e parc de France en la matière, parc en progression de 4,5 % en 2016. La production de l'éolien n'a pas progressé (-0.4%) du fait de la faible ventilométrie durant l'année. Des perspectives de développement sont toutefois envisagées en matière d'éolien Offshore. Un appel d'offre devrait prochainement être lancé pour la création d'un parc éolien offshore en Poitou-Charentes.

La région produit davantage qu'elle ne consomme

A l'image de la consommation française, la consommation d'électricité a été relativement stable en Nouvelle-Aquitaine (+0,9 %) en 2016. De 2006 à 2016, la consommation dans la région a tout de même augmenté de 8,6 % alors qu'elle n'a augmenté que de 3,1 % en France. Ce contraste de croissance entre consommation nationale et régionale reflète la démographie dynamique de la région, dont la population devrait encore augmenter de 9 % d'ici à 2030 d'après l'Insee. Il existe néanmoins de fortes disparités territoriales : la consommation d'électricité continue d'augmenter dans les zones littorales et dans les grandes agglomérations alors qu'elle a plutôt tendance à se stabiliser ou baisser en zones rurales.

"Il y a une corrélation forte entre la consommation d'électricité et l'activité économique, à l'image de la crise de 2009. Mais les variations de consommation sont aussi dues à l'évolution structurelle de la grande industrie vers les services, les services étant moins consommateurs d'électricité que la grande industrie. L'efficacité énergétique change aussi la donne ; les éclairages basse consommation, les appareils électroménagers étiquetés en fonction de leur consommation d'énergie, le chauffage électrique soumis aux réglementations thermiques...", souligne Erik Pharabod, délégué de RTE  Sud-Ouest.

Sur l'année 2016, la production d'électricité en Nouvelle-Aquitaine est supérieure de 18 % à la consommation de la région. Le solde des flux d'électricité de la région est donc globalement exportateur, près de 20 % de sa production d'électricité alimente d'autres régions vers le Nord et l'Espagne. Cette solidarité électrique entre les territoires permet de mutualiser les ressources de production d'électricité en fonction des variations de consommation afin de répondre aux besoins de chaque territoire.

130 M€ d'investissements en 2016

En 2016, 130 M€ d'investissements ont été réalisés par RTE dans la région pour renforcer le réseau et l'adapter aux enjeux de la transition énergétique. D'ici à 2021, 660 M€ d'investissements sont programmés en Nouvelle-Aquitaine. Des investissements aux retombées économiques directes pour la région : sur les 130 millions investis, 15 à 25 % du volume d'investissement a été injecté au profit d'entreprises locales, soit 29 millions d'euros dans l'achat à des entreprises de la région, dont 55 % à des PME régionales. RTE a également contribué à hauteur de 46 millions d'euros aux collectivités via la fiscalité locale en Nouvelle-Aquitaine.

Optimiser la consommation grâce au numérique

A terme, RTE a pour ambition de devenir le premier réseau électrique et numérique d'Europe. Il a d'ailleurs investi près de 260 millions d'euros pour la transformation numérique en Nouvelle-Aquitaine.

"La mise en œuvre de nouvelles techniques numériques est indispensable pour optimiser la gestion du réseau et tirer le meilleur parti des structures existantes. Les automates, par exemple, permettent d'adapter de manière automatique la production d'électricité en fonction du climat", explique Erik Pharabod.

Le développement de solutions numériques dites "intelligentes" se concrétise par des chantiers novateurs sur le territoire, comme dans le Lot-et-Garonne, dans lequel une équipe RTE a installé de nouveaux capteurs conçus par Intesens, startup de Haute-Garonne, afin d'exploiter les données fournies en temps réel et développer l'intelligence du réseau au service des utilisateurs.

Aujourd'hui la précarité énergétique, c'est-à-dire la difficulté ou l'impossibilité pour un ménage de payer ses factures d'énergie, est une réalité vécue par 1 Français sur 5. RTE a mis en place une application - éco2mix - qui œuvre pour davantage de transparence vis-à-vis de l'usager. Ce service dédié aux amateurs et aux professionnels de l'énergie, permet d'observer en temps réel les données du système électrique en France et en région (consommation et production d'électricité, émissions de CO2 en France liées à cette production, échanges aux frontières, prix spot). En cas de coup de froid, les habitants pourront recevoir des conseils sur le bon comportement à adopter et ainsi modérer leur consommation électrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :