2017, année charnière pour la SNCF en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  438  mots
Une amélioration de la ponctualité des TER est attendue en 2017, et notamment celles des trains desservant l'ex-région Aquitaine.
Une amélioration de la ponctualité des TER est attendue en 2017, et notamment celles des trains desservant l'ex-région Aquitaine. (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
Forcément, les regards se tournent vers la mise en fonction de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Paris, le 2 juillet 2017. Mais cet événement phare qui polarise les attentions ne doit pas faire oublier que d'autres chantiers attendent la SNCF cette année, à commencer par la refonte de 80 % des lignes TER dans la région ou l'amélioration de leur ponctualité.

Imaginez un gigantesque jeu de Mikado à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, et même au-delà. Agissez sur un élément et tout bouge : c'est en résumé ce sur quoi planche la SNCF depuis quelques mois, et encore dans les semaines qui viennent. La ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Tours, qui placera la capitale girondine à 2h04 de Paris via les liaisons directes, sera mise en fonction le 2 juillet 2017 et impactera en conséquence tout le système ferroviaire régional. "Bordeaux est l'enfant gâtée par cette desserte mais l'objectif est de faire en sorte que toute la région en profite", expliquent de concert Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau Nouvelle-Aquitaine, et Philippe Bru, directeur régional de SNCF Mobilités. "80 % des horaires sont à remettre à plat." Le maillage, et particulièrement l'offre péri-urbaine, sont en train d'être repensés, tout comme les tarifications.

Lire aussi : TGV Bordeaux-Paris : "La hausse des prix ne sera pas proportionnelle au gain de temps"

Ce chantier organisationnel fait écho à un autre chantier, complexe lui aussi, celui de la gare Saint-Jean de Bordeaux. Tous ceux qui ont fréquenté l'endroit ces derniers mois ont été impressionnés par l'immense échafaudage qui permet aux ouvriers de travailler, et notamment d'opérer la réfection de la verrière géante. Cet échafaudage sera démonté entre février et juin, de nuit, sept jours sur sept.

2017 correspondra également à l'accélération de la régénération des voies ferroviaires régionales, avec l'objectif de "rattraper en 10 ans 20 années de sous-entretien". Cette nouvelle année devra aussi rimer avec ponctualité. Avec un taux de trains TER en ex-Aquitaine à l'heure ou avec moins de 5 minutes de retard de 87,2 % en 2016, la dégradation est nette : - 2 points. "Ces résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances et de celles de nos usagers", convient Philippe Bru, qui met en avant la pénurie de conducteurs au 1er semestre 2016, et explique que la situation s'est améliorée au 2e semestre.

Lire aussi : Bordeaux-Paris : ce que la LGV va changer

Dernier point soulevée par l'état-major régional de la SNCF lors de son point presse de rentrée : la démarche Open Gare, qui vise à donner une nouvelle destination à des locaux inoccupés, notamment en les transformant en tiers-lieux. Cet appel à projet concernant 34 gares a permis de réceptionner une vingtaine de dossiers pertinents. Une quinzaine seront sélectionnés dans les prochains jours et feront l'objet de travaux complémentaires avant leur concrétisation cette année ou l'an prochain pour les dossiers les plus complexes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :