Moins de feux pour une ville apaisée : l'expérimentation bordelaise

 |   |  997  mots
Selon des chiffres datant de 2015, la métropole bordelaise est la championne du carrefour à feux, avec un ratio de 1,26 pour 1.000 habitants, devant Lyon (1,21), Paris (0,78) et Nantes (0,57). Mais comme l'explique Sébastien Dabadie, directeur des infrastructures et des déplacements à Bordeaux Métropole, il y a quelques années, une analyse locale nous a permis d'aboutir à ce résultat : sur les 24 carrefours les plus accidentogènes, 23 étaient gérés par des feux.
Selon des chiffres datant de 2015, la métropole bordelaise est la championne du carrefour à feux, avec un ratio de 1,26 pour 1.000 habitants, devant Lyon (1,21), Paris (0,78) et Nantes (0,57). Mais comme l'explique Sébastien Dabadie, directeur des infrastructures et des déplacements à Bordeaux Métropole, "il y a quelques années, une analyse locale nous a permis d'aboutir à ce résultat : sur les 24 carrefours les plus accidentogènes, 23 étaient gérés par des feux". (Crédits : Agence APPA)
Bordeaux Métropole a voté, à la fin de 2015, la suppression de 300 feux tricolores d'ici à 2022. L'expérimentation en cours a pour objectif d'améliorer la sécurité, de fluidifier le trafic et de perfectionner l'usage de l'espace urbain. D'autres cités ont déjà testé et approuvé la démarche dans un souci d'apaiser la ville.

"Nous n'avons pas besoin d'électronique pour faire du smart." Sébastien Dabadie, directeur des infrastructures et des déplacements à Bordeaux Métropole, l'assène aujourd'hui haut et fort, preuve que la conception de la mobilité en ville a changé depuis les années 1980.

cette période, les feux étaient la réponse à tout, à la vitesse, à la sécurité. Ils étaient synonymes de modernité. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. On constate aux feux des prises de vitesse en fin de vert et parfois une trop grande confiance du piéton dans la couleur du feu. Il y a quelques années, une analyse locale nous a permis d'aboutir à ce résultat : sur les 24 carrefours les plus accidentogènes, 23 étaient gérés par des feux."

Lire aussi : Smart City Bordeaux 2017 : le programme dévoilé

Les limites de Gertrude

Après s'être tourné vers les services techniques du centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), à la fin de 2015, l'agglomération bordelaise a donc décidé de supprimer 300 feux tricolores d'ici à 2022.

"Ce serait d'ailleurs bien d'aller plus loin et d'en enlever 500 sur les 960 existants", complète Michel Duchène, vice-président de Bordeaux Métropole chargé des grands projets d'aménagement urbain. À la place : des giratoires, des stops, ou encore des cédez-le-passage.

Selon des chiffres datant de 2015, la métropole bordelaise est la championne du carrefour à feux, avec un ratio de 1,26 pour 1.000 habitants, devant Lyon (1,21), Paris (0,78) et Nantes (0,57). La mise en place de Gertrude l'explique en partie. Gertrude, c'est une société créée en 1981 par la Communauté urbaine de Bordeaux avec l'objectif de développer un système d'avant-garde pour améliorer ou résoudre les problèmes de circulation. Mais c'est surtout un logiciel qui permet d'adapter en temps réel le cycle des feux à la densité du trafic. En 2015, il était utilisé dans neuf pays, 29 villes, pour gérer plus de 3.800 carrefours. "Avec Gertrude, on a tiré le meilleur de ce qu'on pouvait faire avec un carrefour à feux", reconnaît Sébastien Dabadie.

"Nous ne souhaitons pas la fin de Gertrude", insiste toutefois Michel Duchène, même si lui aussi reconnaît que "ce système arrive à ses limites. Il y a peut-être eu un effet pervers à vouloir tout régler par les feux et l'électronique." Depuis la fin de 2015, changement de cap donc. Bordeaux a expérimenté l'extinction d'une quarantaine de carrefours à feux, ce qui va permettre à la métropole de réaliser des économies.

"Un carrefour à feux coûte 5.000 euros par an, dont 1.000 euros dédiés à la consommation, détaille Michel Duchène. Mais ce n'est pas ce qui prime dans la démarche. Le but est d'améliorer la sécurité, la fluidité du trafic et de perfectionner l'usage de l'espace urbain."

Sébastien Dabadie. complète :

"Le carrefour à feux est le seul carrefour où le piéton n'est pas prioritaire. Priorité donc aux mobilités douces, aux piétons et aux vélos."

Lire aussi : "Le modèle actuel de la mobilité est dans une impasse"

Les exemples de Nantes, Abbeville ou Drachten

Certaines villes en France et dans le monde sont très en avance en matière de suppression des feux, et d'autres s'y mettent, à l'instar de Bordeaux mais aussi Paris.

"Nantes n'a pas recréé de feux pendant des années et a plutôt misé sur les giratoires. Cela remonte aux années 1980", commente Christophe Damas, chargé d'études sur les carrefours à feux et la régulation du trafic urbain au Cerema. À Abbeville (23.000 habitants), ce fut plus radical :

"Il ne reste plus qu'un seul feu, qui sera supprimé l'année prochaine. Avec les giratoires, la fluidité est bien meilleure, personne ne veut revenir en arrière", reconnaît Jean-Marie Hémerlé, adjoint chargé de l'urbanisme et initiateur de la démarche en 2009.

Christophe Damas cite également l'exemple de "Drachten, en Hollande, qui a fait le choix de supprimer tous les objets routiers dans une démarche de redesign de la ville, pour une ville plus apaisée. Il n'y a plus de signalisation, plus rien."

"Mais attention de ne pas tomber dans la caricature. Tous les exemples ne sont pas à copier", poursuit-il. "Comme tout équipement, les feux ont leur domaine de pertinence. Lorsqu'on évoque la suppression des feux, il ne s'agit pas de tous les enlever, mais de supprimer ceux qui ne sont plus utiles. Un feu reste utile quand le trafic est élevé, et ne l'est plus quand le trafic est faible. Les villes évoluent, les niveaux de trafic, les vitesses, les usages également. Aussi, des feux qui ont été utiles à une époque peuvent avoir perdu de leur pertinence. C'est à chaque collectivité de faire des choix en fonction du trafic."

Même devant les écoles

Ainsi, Bordeaux Métropole a par exemple choisi de ne pas supprimer les feux sur les boulevards où le trafic est dense. En revanche, devant les écoles, c'est en cours.

"Un seul carrefour à feux a dû être remis en service mais nous n'avions pas été bons sur la signalisation. De manière générale, les résultats sont satisfaisants. Par ailleurs, rien n'est fait au hasard, les riverains peuvent nous faire part de leurs souhaits, mais chaque suppression fait l'objet d'une étude", développe Michel Duchène.

Les feux améliorent-ils la sécurité ? La question n'est pas simple pour le Cerema qui cite notamment le guide de conception des carrefours à feux aux États-Unis : la suppression des feux qui ont perdu leur pertinence aboutit à une réduction de l'accidentalité pour peu qu'elle se fasse dans un cadre réfléchi et conforme aux règles de l'art.

Sur ce sujet enfin, Christophe Damas insiste pour dire que "ce qui a changé, c'est la prise de conscience politique. Elle est d'ailleurs très liée au développement du vélo. En Europe, beaucoup de villes se sont lancées dans l'espace partagé et la ville apaisée."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 15:24 :
Une ânerie de plus, partout où il existe des feux tournants, il n'y a quasiment pas d'embouteillage. A conditions que le rythme de ces feux soient judicieux.
a écrit le 17/05/2017 à 14:31 :
Politique de gribouilles qui après avoir suréquipée la métropole en feux, croient que l'engorgement de celle-ci est du à ces équipements alors que la cause en est la flambée de la population et à des erreurs d'urbanisme. Place à la voiture rapide, retour aux années 60, on sait le résultat
Et malgré tout, leur objectif reste de passer de 700 000 habitants au million, comme si c'était un objectif de qualité de vie
L'agglo continue de bétonner en grandes zones mono-activité (ginko, Bacalan, Bastide, euratlantique, ...) sans réflexion sur les flux de circulations supplémentaires qu'ils vont engendrer dans une agglo enclavée entre la Garonne, la rocade, les voies ferrées
Pire dans la ville où on supprime les feux sur des grands axes sans tenir compte des écoles, traversées, ... et où des giratoires sont difficilement aménageables.
Le vrai problème est la concentration urbaine sur de grandes métropoles qui aspire les investissements et ruinent les villes moyennes et vident les campagnes
a écrit le 17/05/2017 à 13:46 :
Le hic à Abbeville il ne reste plus qu'un feu rouge je n'en vois plus d'autre, et bien dans les ronds points il y a des kamikazes , celui de la gare je vais attention, une dame âgée
à raté son rond point et est venue endommagée tout le coté gauche un peu elle m'envoyait dans la somme, 3 mois après un pépé alors que j'avais terminé mon rond point, n'allant pas vite j'ai freiné pas d'accident, le nombre de personne qui ne respectent plus celui qui est sur le rond point est de + en + important sachant que la responsabilité sera partagée . Au début tout était beau...et puis les mauvaises habitudes surviennent
Réponse de le 18/05/2017 à 15:17 :
Vous touchez là à un autre problème : 2 accidents en 3 mois, tous les deux avec une personne âgée qui fait nimp au volant. Dans un monde idéal et apaisé, on vérifierait les aptitudes à la conduite au delà d'un certain âge, mais dans les faits, pas touche : les vieux sont un électorat qui vote massivement, il ne faut surtout pas les contrarier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :