"Le bureau à grande vitesse : Bordeaux-Paris en 2h04", le 20 juin à Bordeaux

 |   |  190  mots
(Crédits : SNCF)
La prochaine Matinale de La Tribune, organisée avec SNCF, portera sur le thème "Le bureau à grande vitesse : Bordeaux-Paris en 2h04", le mardi 20 juin à Bordeaux. Elle accueillera notamment Gwendoline Cazenave, directrice TGV Atlantique.

Avec Paris à 2h04 de Bordeaux dès le 2 juillet, la LGV va proposer une expérience du voyage enrichie et renouvelée. Quelle sera l'offre de la SNCF pour les voyageurs d'affaires et les entreprises ? Quels seront les nouveaux services ? Quelles seront les nouvelles tarifications ? Comment sera-t-il possible d'effectuer un aller-retour sur Paris dans la demie-journée ? Quelles nouvelles prestations seront proposées à bord des rames Océane ? Avec quelle qualité de confort pour travailler ou se reposer dans les meilleures conditions ? Quelles nouvelles opportunités imaginer pour le tissu économique bordelais et celui d'Ile de France ? Comment bénéficier au mieux de la nouvelle LGV qui va révolutionner les transports entre Bordeaux et Paris ? Ces questions seront abordées lors de la prochaine Matinale de La Tribune, organisée avec SNCF, avec :

  • Gwendoline Cazenave, directrice TGV Atlantique
  • Jérôme Laffon, directeur commercial et services TGV Atlantique
  • Eric Redonnet, directeur délégué TGV Atlantique Nouvelle-Aquitaine
  • Maxime Legrand, directeur des ventes entreprises France

Mardi 20 juin de 8h30 à 10 h au restaurant Le Chapon fin, 5 rue Montesquieu à Bordeaux. Inscription préalable obligatoire avant le 16 juin.

>> Je m'inscris

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2017 à 13:52 :
La Matinale consacrée au "bureau à grande vitesse" à laquelle j'ai assisté ce jour a été très intéressante et riche en informations. Il est manifeste que la LGV est très orientée "pro".

Je me fais donc l'avocat du diable: faciliter tous ces allers retours Paris-Bordeaux ne risque t-il pas d'accentuer le monopole économique de la capitale, en accentuant la possibilité (déjà bien existante) pour les grandes entreprises de privilégier les déplacements ponctuels plutôt que de favoriser l'implantation d'établissements secondaires ou de bureaux en région (et par là même la création d'emploi)?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :