La Tribune Women's Awards : les lauréates

 |   |  1691  mots
(Crédits : Pa.D.)
La cérémonie des LTWA, La Tribune Women's Awards, manifestation organisée mardi soir par La Tribune - Objectif Aquitaine, a attiré 250 personnes. 7 lauréates ont été récompensées.

Organisée à l'Hôtel de la Communauté urbaine de Bordeaux, la 2e édition des Trophées La Tribune Women's Awards (LTWA), s'est déroulée en présence de Christine Albanel,
directrice exécutive, responsabilité sociale d'entreprise, partenariats et solidarité du Groupe Orange. Marraine de cet événement, elle était le témoin privilégié de la conférence-débat proposée en ouverture de la soirée sur le thème "Femmes chefs d'entreprise, à quoi rêvez-vous ?". Y participaient également Virginie Calmels, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l'Economie, de l'Emploi et de la Croissance durable ; Alexandra François Cuxac, présidente du groupe AFC Promotion ; Karine Gervaise, responsable de la communication de la Lyonnaise des eaux Bordeaux Guyenne. Elles sont intervenues autour des problématiques des femmes chefs d'entreprises qui se lancent de plus en plus dans l'aventure entrepreneuriale : "Quels sont leurs rêves ?", "Existe-t-il un leadership et un management au féminin", "Les nouvelles règles du jeu des relations hommes/femmes".

La soirée s'est poursuivie par la cérémonie de remise des LTWA. Voici les lauréates dans chacune des catégories :

- Commerce et services

Soumya Tahiri, PDG fondatrice de NoxiDoxi.
En vingt mois d'existence seulement, les produits innovants de la marque bordelaise NoxiDoxi, qui ont pour vocation de combattre les méfaits, sur la peau, du tabac et de la vie citadine, ont su trouver leur place dans l'offre pléthorique de l'immense marché des cosmétiques. Ex-cadre international pour de grandes marques de cosmétiques, Soumya Tahiri a su très vite imposer sa ligne de produits, créée mi-2012, dans pas moins de 400 pharmacies. En 2013, après une deuxième levée de fonds auprès d'investisseurs locaux (350.000 euros à nouveau), la société s'impose dans les parapharmacies et les réseaux de parfumerie. Elle frappe un grand coup lors du salon mondial de la spécialité. Monoprix, via son enseigne Monop'Beauty, puis les parapharmacies, décident de distribuer NoxiDoxi. En ce mois de septembre, une très grande enseigne de parfumerie devait leur emboiter le pas. Des contacts commerciaux avec le Brésil sont très avancés... et la Turquie est également sur les rangs. NoxiDoxi, qui emploie 4 personnes, a réalisé en 2013 un CA de 750.000 € (250.000 en 2012). La rentabilité est assurée dès cette année 2014.
Parrain du prix : Mairie de Bordeaux.

- Responsable et solidaire

Nathalie Lacoste, directrice réseau de boutiques Amos.
Créée à Bordeaux en 1994, l'association Amos collecte environ 150 tonnes de vêtements d'occasion par an grâce à sa trentaine de containers. Vêtements et accessoires y sont déposés, collectés une ou deux fois par semaine, puis triés et distribués. 30 % des articles sont vendus dans ses cinq boutiques et son showroom, le reste recyclé par une autre entreprise d'insertion bordelaise. Outre les 5 permanents, Amos emploie 25 personnes en insertion, affectés à la collecte, au tri et à la vente. A l'issue de leur parcours, 60 % d'entre eux trouvent ensuite un CDD, un CDI ou intègrent une formation qualifiante. Sous la houlette de Nathalie Lacoste, le réseau de magasins Amos fait l'objet, ces dernières années, d'une modernisation des espaces de ventes où les vêtements sont désormais mis en valeur selon des codes qui font le succès des marques de prêt-à-porter classiques. Résultat : entre 2012 et 2013, le CA d'Amos a progressé de 5 % dans un secteur de l'habillement qui, lui, a vu son activité reculer pour la cinquième année consécutive. Aidée financièrement par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) et le Conseil général de la Gironde, Amos a réalisé en 2013 un CA de 530.000 € (+ 5 % par rapport à 2012) avec 30 salariés.
Parrain du prix : Communauté urbaine de Bordeaux.

- Export

Florence Cathiard, propriétaire de Château Smith Haut Lafitte, à Martillac (33).
Florence Cathiard, ancienne championne de ski, est la propriétaire du château Smith Haut Lafitte avec son mari Daniel. Le couple a d'abord hérité d'une entreprise familiale de supermarchés. Parallèlement, les Cathiard ont créé Go Sport, chaîne de magasins de sports en France, Belgique, Espagne et Californie. Florence Cathiard, après avoir travaillé 10 ans avec Daniel à la tête de Genty et de Go Sport, lance sa propre affaire de publicité et rejoint le groupe MC Cann Europe en tant que vice-présidente en 1985. Mais le couple décide de revendre toutes ses affaires en 1990 pour racheter le château Smith Haut Lafitte, leur coup de cœur, contre 250 millions de francs (la valeur aurait doublé aujourd'hui). Situé en AOC Pessac-Léognan, il est classé grand cru dans le classement des vins de graves. D'énormes investissements ont été consentis. Production moyenne: 51.000 bouteilles en rouge, 15.000 en blanc. 85 % est vendue à l'export.
Le couple a aussi acheté les châteaux Cantelys et Le Thil.
Le CA 2013 est de 12 M€ pour 49 salariés.
Parrain du prix : Bpifrance.

- Finance

Isabelle Arnaud Despréaux, présidente de MBA Capital Bordeaux - Entreprise et Patrimoine.
Intervenant dans les opérations de haut de bilan - transmission d'entreprises, cession de filiales et "spin offs" pour les groupes, levée de fonds (capitaux et dettes), croissance externe (France et étranger), stratégie patrimoniale, évaluations - MBA Capital Bordeaux couvre Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Limousin, Languedoc-Roussillon. Le réseau MBA Capital fédère 10 cabinets en France. MBA Capital Bordeaux a créé en 2013 un pôle optimisation - redressement d'entreprises. La société a également piloté le plan de reprise de Rolpin (fabricant de contreplaqué), à Labouheyre (40), par le groupe japonais Nankai Plywood, permettant le maintien de 116 postes de travail sur 143 et la recapitalisation de Rolpin à hauteur de 8 millions d'euros. Diplômée de l'ESADE (Escuela superior de adminsitracion y direcccion de empresas) à Barcelone, Isabelle Arnaud-Despréaux est aussi diplômée de Bordeaux Ecole de management (Kedge aujourd'hui). Après Commercial Union (Barcelone), elle rejoint le cabinet COBA-MID - conseil en stratégie (Londres), la banque d'affaires Banexi (Paris), puis Ernst and Young Corporate Finance (Madrid). Elle s'installe enfin comme consultante free-lance en France, avant d'entrer au cabinet Entreprise et Patrimoine (MBA Capital Bordeaux) comme associée fusions et acquisitions, d'en prendre le contrôle et la présidence.
Elle a enregistré un CA de 579.000 euros en 2013 pour un résultat net de 73.000 €.
Parrain du prix : Banque postale.

- Industrie

Marie-Françoise Catonnet, PDG de Cruanas SA
Fondée en 1920 à Lavardac (47), la société Cruanas a commencé par développer des machines adaptées à l'industrie du liège. Elle s'est ensuite diversifiée avec la création de process spécifiques pour l'industrie du tabac, avant de devenir une référence dans le développement de machines spéciales. Au cours des années 70 et 80, son savoir-faire dans l'industrie du tabac conduit Cruanas en Ouzbékistan, aux Etats-Unis ou en Pologne. Cruanas intervient désormais sur des secteurs aussi variés que l'agroalimentaire, l'automobile, la pharmacie, l'aéronautique ou l'industrie du tabac (mécanique générale, mécanique de précision, réalisation de machines spéciales, etc.). La société, qui travaille pour Messier Dowty, Epsilon Composites ou Villeroy & Boch, dispose en particulier de sept tours à commande numérique, d'un tour vertical ou encore de quatre centres d'usinage.
Marie-Françoise Catonnet est PDG de Cruanas depuis 2006. C'est la petite-fille du fondateur de l'entreprise, Joseph Cruanas. Elle est autodidacte et s'est formée dans l'entreprise. Marie-Françoise Catonnet a ainsi assuré la direction financière de l'entreprise avant d'en devenir la PDG. Avec un CA 2012 de 2,9 millions d'euros, la société emploie 40 salariés.
Parrain du prix : Objectif Aquitaine.

- Managers

Agnès Grangé, déléguée régionale de La Poste.
Agnès Grangé dirige la délégation régionale du groupe La Poste en Aquitaine. Un territoire qui comporte de nombreuses spécificités avec la présence du secrétariat du Père Noël, qui reçoit un million de lettres en provenance du monde entier, à Libourne, mais aussi la direction informatique des services financiers à Gradignan, où travaillent 2.000 salariés, et l'imprimerie des timbres de la Poste à Périgueux. Ingénieur en produits financiers, Agnès Grangé est entrée au groupe La Poste à l'âge de 22 ans. Elle y a notamment travaillé sur la transformation de la comptabilité au moment de l'évolution du statut de La Poste. Fortement impliquée dans le tissu local, geek assumée, elle a coutume de dire qu'elle ne sait pas de quoi sera fait le métier de La Poste dans quelques années, tant les transformations liées au monde numérique sont rapides. Elle fait notamment partie des personnes qui défendent la candidature de Bordeaux au label French Tech.
La Poste emploie 16.000 personnes en Aquitaine.
Parrain du prix : Lyonnaise des eaux.

- Entrepreneurs

Agnès Passault, présidente fondatrice d'Aquitem.
Le groupe basé au Bouscat regroupe deux filiales : Zefid, gestion de programmes de fidélité pour les grandes enseignes et Aliénor.net, développement et hébergement de sites professionnels. Aquitem se positionne de plus en plus sur l'utilisation à but marketing des données renseignées par les consommateurs. Parmi ses nouveaux clients en 2013, le réseau La Trocante. Aquitem assure aujourd'hui la gestion informatique et la logistique des programmes de fidélité d'une trentaine d'enseignes, dont Gamm Vert, la Mie Câline, Styleco. Elle a généré depuis sa création en 1987, 25 millions de cartes de fidélité et elle expédie chaque année plus de 15 millions de lettres, et de 135 millions d'e-mails aux "clients de ses clients". Aquitem s'appuie sur les fichiers confiés par ses clients et déclenche les campagnes marketing appropriées. Agnès Passault vient par ailleurs d'être élue présidente du Syrpin, le Syndicat régional des professionnels de l'informatique et du numérique. Un poste qu'elle a déjà occupé par le passé. L'entreprise a réalisé un CA de 15 M€ en 2013. 130 salariés sont employés entre Aquitem et Alienor.net, quasiment à parité.
Parrain du prix : AFC Promotions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 10:37 :
Des entreprises et entrepreneuses aux activités et profils très différents qui montrent que l'entrepreneuriat au féminin se réalise dans tous les secteurs. Bravo
a écrit le 17/09/2014 à 9:19 :
Félicitations, belle récompense bien méritée.
Didier Hospice
a écrit le 16/09/2014 à 22:54 :
Félicitation ..
a écrit le 16/09/2014 à 11:11 :
décidémment, tout va vite avec internet ! merci pour le supsense...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :