Le photovoltaïque chinois au secours de l’agriculture française ?

 |   |  479  mots
En apparence, ces bâtiments agricoles sont classiques... mais leur toiture photovoltaïque permet à leurs utilisateurs d'éviter de très lourds investissements
En apparence, ces bâtiments agricoles sont classiques... mais leur toiture photovoltaïque permet à leurs utilisateurs d'éviter de très lourds investissements (Crédits : ICD)
Faire construire des bâtiments agricoles pour 0 euro ou presque, c’est possible ! Des agriculteurs bretons qui ont contractualisé avec la société bordelaise Inovia Concept Développement et son partenaire financier, la filiale européenne du géant de l’énergie chinois CGN ont pu le vérifier il y a quelques jours. Explications.

Le 13 décembre dernier, dans le Morbihan, dans le village de le Faouët, plusieurs centaines d'agriculteurs étaient réunis... sous deux bâtiments agricoles tout neufs. En apparence rien ne justifiait cette mobilisation pour deux bâtiments on ne peut plus classiques par rapport à ce que l'on peut trouver dans leur environnement quotidien.
En apparence seulement, car ce rassemblement avait d'abord pour objet de voir, au plus près, à quoi ressemble le concept de livraison de bâtiments agricoles "presque gratuits" mis au point par une société bordelaise, Inovia Concept Développement et son partenaire financier, CGN EE (CGN Europe Energy),  filiale européenne de "l'EDF" chinois : CGN.
Sur place les agriculteurs présents ont pu constater de visu que les deux bâtiments de 800m2 étaient en tout points semblables à ceux qui sont généralement construits sans les exploitations... à une exception près qui a précisément motivé leur curiosité.
Les toitures de ces bâtiments sont recouvertes de panneaux photovoltaïques. Des panneaux qui font tout la différence dans ce programme immobilier et son financement.

Des bâtiments "clés en main" pour presque rien

Ces panneaux et leur production électrique sont la propriété de CGN EE, l'investisseur qui, en échange de la revente de l'énergie, assume seul l'investissement total de la construction du bâtiment.
Pour l'exploitant agricole, ce montage permet, à moindre coût si l'on excepte les frais administratifs : architecte, géomètre, permis de construire... soit environ 8.000 euros par bâtiment, qui sont à sa charge, de disposer d'un outil de production ou de stockage dont il usera à sa convenance avant d'en devenir l'unique propriétaire au bout de 30 années de bail emphytéotique.
Dans un contexte agricole difficile, Inovia Concept Développement et son partenaire chinois n'hésitent pas à présenter leur concept comme une solution idéale pour les agriculteurs en mal de bâtiments... et de trésorerie pour les réaliser.

Objectif : 500 bâtiments photovoltaïques dès 2016

La société girondine basée à Gradignan près de Bordeaux a tout intérêt à faire mouche avec cet argument massue car elle va devoir édifier 500 hangars photovoltaïques en France dès cette année 2016, soit 50 MW d'énergie générée, si elle veut rester dans le cahier des charges de son partenaire CGN EE. Ce dernier, qui s'apprête à renforcer le capital d'Inovia Concept Développement pour lui permettre de recruter massivement pour cela, attend  de la PME qu'elle lui assure à terme, par ses constructions, une production d'énergie de 1 GW dans  l'hexagone.
Dès cette année CGN EE investira 96 M€ dans ce concept présenté dans le Morbihan, mais assure, dans les cinq ans, vouloir investir 1,6 Md€ en France dans des projets et solutions (hangars, ombrières photovoltaïques, gazéification et méthanisation) de production d'énergie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2016 à 10:33 :
Superbe Business-model. Il y a en France 470 km2 de hangars, assez pour produire 60 TWh/an d'électricité solaire PV, soit 12% de la consommation nationale.
a écrit le 25/01/2016 à 18:57 :
Impressionnant de constater l'entêtement des chinois dans le domaine. Surtout après les campagnes de dénigrement menées par le gouvernement Sarkozy.

Au détracteurs ci-dessous: vos informations, on appelle aussi ça des Hoax.

Assez d'accord sur la réflexion de Maitre Capello, c'est tout à fait l'idée qu'on se fait d'un bâtiment pensé pour un usage agricole... n'est-ce pas ?
a écrit le 22/01/2016 à 8:51 :
c'est peut être bien pour l'agriculteur (à voir!) mais en définitif c'est payé par tous les consommateurs d'électricité au travers du surcoût d'achat et tout cela au nom de l'écologie!
a écrit le 22/01/2016 à 3:23 :
"Au bout de 30 ans proprietaire !"
Belle operation en effet, si l'on considere qu'un panneau de silicium perd tres rapidement ses fonctions productives a 100% apres quelques annees d'usage pour a terme ne produire que peanut.
Réponse de le 22/01/2016 à 12:18 :
Un panneau photovoltaïque silicium est garanti 25 ans à 80% de son rendement d'origine! La propagande ne sauvera pas le nucléaire...
a écrit le 22/01/2016 à 0:09 :
Alors, pour ceux qui n'aurait pas capté le voltaïque : un pannal solaire fabriqué à base de charbon, comme en Chine, permet d'économiser la quantité de CO2 faite par la combustion du précédent charbon. Car un pannal A une DUREE de vie. Hé oui... Encore quelqu'un qui pense que la pollution ne fait QUE rester en Chine..?? Hé non...
a écrit le 21/01/2016 à 20:15 :
Donc, du photovoltaïque fabriqué à partir de charbon. Je vous explique pas la pollution... Quand est-ce qu'on exporte nos algues vertes..??
a écrit le 21/01/2016 à 19:27 :
"deux bâtiments en ne peut plus classiques" on ne peut plus

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :