Europorte à la relance de Bordeaux - Le Verdon

 |   |  299  mots
Le terminal de Bassens est encore au centre de l'activité portuaire
Le terminal de Bassens est encore au centre de l'activité portuaire (Crédits : DR)
Le Grand Port maritime de Bordeaux (GPMB) vient de choisir Europorte pour relancer le trafic de conteneurs au Verdon, moyennant une première tranche d’investissement de 10 M€.

Le terminal portuaire du Verdon, à la pointe du Médoc, devrait commencer à sortir de sa longue léthargie à partir du troisième trimestre 2015 selon l'annonce faite ce vendredi par le Grand Port maritime de Bordeaux. Le GPMB, dont Christophe Masson est président du directoire, vient en effet de valider la candidature d'Europorte (groupe Eurotunnel) pour remettre à flot l'exploitation du seul terminal portuaire en eaux profondes du port de Bordeaux. Europorte doit ainsi "mettre en place une chaîne logistique complète allant du déchargement des navires jusqu'à la desserte ferroviaire". Europorte va réaliser un premier investissement de 10 M€ et prévoit "la mobilisation d'environ 70 emplois" avec un objectif ambitieux : atteindre "dès 2016 la gestion de 70.000 conteneurs", en jouant sur la réduction du temps de transit et l'accroissement de la capacité d'accueil de navires plus grands.

Les pros de Bassens sur le qui-vive

Le port de Bordeaux, qui s'étend sur 110 km le long de l'estuaire de la Gironde, est constitué de sept terminaux portuaires : Bordeaux, Bassens, Grattequina, Blaye, Pauillac et Le Verdon, sur l'océan Atlantique. Le Verdon étant depuis des mois hors service, le trafic actuel se concentre dans le terminal de Bassens (banlieue de Bordeaux), loin de l'océan. L'ouverture du passage du nord-ouest, l'acquisition d'une nouvelle drague et la création de nouveaux pontons ont permis l'accueil de bateaux de plus fort tonnage dans la banlieue bordelaise. Le GPMB rappelle de son côté que le port repose sur trois composantes, "l'avant-port de l'agglomération bordelaise, une navette ferroviaire et un terminal portuaire (Le Verdon - NDR)". Si la relance du Verdon est nécessaire, les chargeurs et opérateurs du terminal de Bassens ont déjà eu l'occasion de faire savoir qu'ils n'entendaient pas disparaître des priorités du GPMB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2015 à 0:26 :
Le port du Verdon, c'est le serpent de mer,la saga éternelle duGPAB,traduire Grande Perte Abyssale Bordelaise.CGT s'est tout dire.Pour la réalisation,il faut des travaux sur la voie ferrée,notamment pour la raccorder au terminal et que Eurotunnel se fende de Trains tout neuf. (cher).Il faut un port privé.Tout ça s'est du vent,du vent pour les élections comme toujours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :