La reprise économique régionale se confirme en 2016 mais reste timide

 |   |  676  mots
L'activité industrielle a légèrement progressé en 2016. Les perspectives sont plus favorables pour 2017.
L'activité industrielle a légèrement progressé en 2016. Les perspectives sont plus favorables pour 2017. (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
L’Insee dévoile aujourd’hui le bilan économique de la Nouvelle-Aquitaine en 2016. Bilan : le chômage a légèrement diminué, les créations d’entreprises redémarrent, l’intérim a le vent en poupe. La reprise se confirme mais elle reste timide. Un état des lieux tout en nuance.

Dans un contexte national de reprise continue et progressive de l'activité économique, avec un PIB qui augmente de + 1,2 % en 2016 après + 1,1 % en 2015, la Nouvelle-Aquitaine présente en 2016 des indicateurs économiques régionaux dans le vert. Toutefois, selon une nouvelle étude de l'Insee, l'accélération de la croissance est légère et les entreprises du secteur marchand ne créent pas encore suffisamment d'emplois pour faire baisser fortement le chômage.

Selon les chiffres de l'Insee, au 4e trimestre 2016, le taux de chômage régional s'établit à 9,3 %, soit 0,3 point de moins qu'un an auparavant et reste inférieur à celui de France métropolitaine (9,7 %). Les inscriptions à Pôle emploi en catégories A, B, C progressent très faiblement. La baisse du nombre de jeunes demandeurs d'emploi se confirme, alors que les inscriptions de seniors et de femmes continuent de progresser.

Les créations d'entreprises redémarrent

Bonne nouvelle pour commencer du côté des créations d'entreprises qui, en 2016, repartent à la hausse en Nouvelle-Aquitaine (+ 2,4 %) après la baisse de 2015 (- 4,6 %). Le dynamisme des créations individuelles classiques compense la chute continue des immatriculations de micro-entrepreneurs. Par ailleurs, la dynamique de création de sociétés est plus forte qu'en France métropolitaine. Le recul des défaillances d'entreprises se poursuit.

L'intérim porte l'emploi salarié en Nouvelle-Aquitaine

En 2016, l'emploi salarié marchand de Nouvelle-Aquitaine poursuit également sa hausse (+ 1,4 %) entamée en 2015 (+ 0,8 %). Elle est légèrement supérieure à celle observée en France métropolitaine (+ 1,2 %). Cette croissance s'explique par celle du secteur tertiaire. L'intérim en particulier a le vent en poupe, fortement utilisé en 2016 dans l'industrie et la construction. Hors intérim, la construction et l'industrie continuent de perdre des emplois mais moins que les années précédentes.

Le BTP présente toutefois des signes encourageants. En 2016, le chiffre d'affaires amorce une timide reprise qui s'explique par un effet de rattrapage dans les travaux publics et une activité soutenue dans le bâtiment résidentiel à la faveur de conditions de financement attractives. Selon les chefs d'entreprise, la tendance à la hausse devrait se poursuivre en 2017.

L'aéronautique et le spatial maintiennent l'export

Les exportations régionales progressent, elles, légèrement (+ 1,0 %). Le secteur de l'aéronautique et du spatial augmente de nouveau, mais les autres secteurs phares sont en recul. Les importations continuent leur baisse (- 0,7 %), en grande partie par l'allègement de la facture énergétique. Les États-Unis et l'Espagne restent les deux premiers partenaires commerciaux de la Nouvelle-Aquitaine.

De bonnes perspectives dans l'industrie

En 2016, l'activité industrielle progresse légèrement mais les perspectives pour 2017 sont plus favorables. Les prévisions d'activité anticipent une année de croissance dans tous les secteurs. L'emploi progresserait peu. En revanche, le redémarrage de l'investissement contribuerait au redressement de la compétitivité de l'économie régionale.

A noter également que l'activité dans le secteur des services marchands s'est raffermie de manière significative en 2016, au-delà des prévisions. Les investissements sont en baisse après une année 2015 marquée par des impératifs de mise aux normes dans certaines branches mais ils devraient repartir à la hausse en 2017.

Année mitigée pour les productions végétales et animales

Enfin, sans surprise, l'Insee souligne que dans le domaine des grandes cultures, les résultats sont très décevants. La vigne profite globalement de conditions climatiques favorables, mais localement elle a souffert du gel et de la grêle, notamment dans le Cognaçais. Le marché à l'export reste porteur pour le Cognac.

La filière canards gras est quant à elle durement touchée par la grippe aviaire tandis que la crise du lait de vache est défavorable au marché de la viande bovine. La conjoncture est plus favorable pour les autres productions animales. Ceci d'autant plus que les prix des aliments pour le bétail et de l'énergie diminuent par rapport à 2015.

L'intégralité de l'étude intitulée "Le bilan économique - En 2016, la reprise économique régionale se confirme mais reste timide "est consultable sur le site de l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2017 à 2:41 :
Pardon, mais ça devient lassant. La Zone Euro, c'est 550 millions de personnes qui marchent à l'Euro. Une monnaie forte (trop forte) MAIS qui NE peut PAS être attaquée. (trop grosse). Là, tu as en face le dollar qui se fait VIRER de pas mal de pays, mais petit à petit pour éviter de fâcher les us, qui sont co.. comme des barriques d'eau tiède. Le souci est que cette zone Euro est contrôlée par des truands qui pensent à eux, soit, se font payer par les us pour marcher dans leurs combines. Résultat : quand la Zone Euro sera vraiment indépendante, NOUS serons enfin tranquilles et, j'espère, neutres par rapport au souk mondial. Merci de m'avoir lu, mais fallait que ça sorte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :