Eric Chareyron, Keolis : "La technologie doit être adaptée aux citoyens dans leur diversité"

 |   |  459  mots
Eric Chareyron
Eric Chareyron (Crédits : DR)
Eric Chareyron, directeur de la prospective, modes de vie et mobilité dans les territoires du groupe Keolis, est l'invité du Club Eco de La Tribune dans le cadre du Forum Smart City Bordeaux.

Directeur de la prospective, modes de vie et mobilité dans les territoires du groupe Keolis, Eric Chareyron revient dans cette interview sur l'évolution du modèle de la mobilité axé sur la voiture qui a vécu, notamment dans les grandes agglomérations.

"Les constats, donc les solutions à apporter, ne sont pas les mêmes selon les types de villes. Il est évident que pour les agglomérations comme Bordeaux, donc des métropoles de rang mondial, les efforts doivent être poursuivis pour combiner à la fois ce qui a déjà été fait avec la structuration de la ville autour d'axes forts tels que les tram ou les bus, mais aussi développer un écosystème de mobilité dans lequel la dimension voiture partagée pourra trouver une place complémentaire à côté du développement de modes doux, que ce soit la marche à pied, le vélo ou d'autres solutions de transports publics, intermédiaires entre la voiture particulière et la ligne régulière, tout ce qui est transports souples et dans lesquels la dimension digitale prendra de plus en plus d'importance."

Eric Chareyron évoque également l'Observatoire des mobilités digitales Keolis Netexplo qui permet de comprendre quelles sont les grandes tendances qui se dessinent dans le monde par rapport aux usages, pas seulement sur le plan technique, mais dans la manière dont les gens se l'approprient, s'en servent, les transforment. Il rappelle que "la technologie doit être adaptée aux citoyens, et aux citoyens dans leur diversité", l'autre volet de cet observatoire étant de comprendre quel est l'usage des citoyens, quel est leur rapport au digital.

"On a souvent confondu la possession et l'usage. Parmi les gens qui ont un smartphone (70 % des Français de plus de 12 ans), une grande majorité n'a pas une grande aisance par rapport aux applications utilitaires et s'en sert plutôt pour les jeux, la vidéo, les réseaux sociaux, la musique. Pour des raisons économiques, culturelles, d'appétence, d'aisance, tout le monde n'est pas au même niveau. Donc nous essayons de comprendre cela en nous demandant comment demain les solutions digitales vont permette d'améliorer au quotidien la vie des citoyens, parce que l'on va pouvoir faire de l'hyper-personnalisation, comment on va tenir compte du fait que quelqu'un est fragile physiquement, qu'il a peur le soir, etc. Pour pouvoir fournir ces réponses, le digital va être d'une grande aide mais pour cela il faut que les gens puissent se l'approprier, donc il faudra augmenter notre niveau d'exigence des solutions d'ergonomie que l'on va proposer et aider les gens à se l'approprier en développent l'humanisation pour que, progressivement, ils puissent être autonomes avec les outils digitaux. Mais on sait que tout cela prend du temps."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :