Grégoire Maës, Suez : "Utiliser les données qui existent pour générer encore plus d’intelligence"

 |   |  336  mots
Grégoire Maës : Le métier a beaucoup évolué et cela va continuer.
Grégoire Maës : "Le métier a beaucoup évolué et cela va continuer." (Crédits : DR)
Grégoire Maës, directeur régional Bordeaux Guyenne de Suez, est l'invité du Club Eco de La Tribune dans le cadre du Forum Smart City Bordeaux.

Suez Bordeaux Guyenne compte dans la région 1.300 collaborateurs et gère 250 contrats pour des collectivités locales, autour de trois activités : l'apport d'eau potable aux habitants, le traitement des eaux usées et eaux pluviales avant qu'elles soient rejetées dans la nature, enfin la protection contre les risques fluviaux et risques d'inondations.
Dans cette interview au Club Eco, Grégoire Maës donne l'exemple de projets déployés dans le cadre de la smart city notamment un système de télé-relève qui permet d'envoyer de l'information quasiment en temps réel sur la consommation d'eau pour sensibiliser les consommateurs à la surconsommation et les alerter sur d'éventuels problèmes de fuite.

"Au-delà, nous utilisons de plus en plus la donnée pour gérer ce système d'eau et d'assainissement dont nous assurons l'exploitation. Cela peut être de gérer la donnée en temps réel lors de fortes pluies ou de fortes inondations pour prendre les meilleures décisions possibles. La donnée est déjà un outil d'aménagement du territoire. Nous accompagnons par exemple les services de Bordeaux Métropole pour gérer le système de protection contre les inondations. Ce système, en période de forte pluie, génère plus de 120.000 données à l'heure, c'est colossal et le système d'information que nous utilisons actuellement nous permet de gérer ces 120.000 données."

"Le métier a beaucoup évolué et cela va continuer. Maintenant la question se pose : comment va-t-on utiliser toutes ces données qui existent de plus en plus pour générer encore plus d'intelligence. Les territoires des Pyrénées-Atlantiques, des Landes, et une partie du territoire espagnol ont par exemple lancé ensemble une étude en vue d'affiner les plans d'actions liés à l'impact de la houle sur le littoral."

Grégoire Maës évoque également la question de la sécurité et de l'utilité qui se pose dès que l'on parle d'exploitation des données.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :