Jacques Desclaux, Roxel : "Nous avons très peu de turn-over"

 |   |  234  mots
Jacques Desclaux, PDG de Roxel
Jacques Desclaux, PDG de Roxel (Crédits : DR)
Jacques Desclaux, PDG de Roxel, est l'invité du Club Eco de La Tribune dans le cadre des Talents aquitains de l'aéronautique et de l'espace, organisés avec BAAS (Bordeaux Aquitaine Aéronautique et Spatial).

Groupe franco-britannique créé en 2003, Roxel, ETI de 600 personnes qui réalise 120 M€ de CA, est présent à Saint-Médard-en-Jalles où il emploie 200 personnes. C'est sur ce site que se trouve son cœur de métier, dédié à la fabrication du propergol qui permet la propulsion de moteurs pour les missiles, mélange de matériaux énergétiques.

"C'est un peu ce qui fait La richesse de nos métiers, quand on arrive à croiser la chimie et la mécanique, on arrive à faire de bons produits en combinant les deux formes", explique Jacques Desclaux, PDG de Roxel.

Jacques Desclaux, qui a remis un prix lors des Talents aquitains de l'aéronautique et de l'espace, explique la nécessité d'avoir des gens qualifiés qui appliquant les formations qu'ils ont reçues mais qui sachent également les transmettre.

"On a les instructions écrites bien sûr mais il y a aussi le savoir-faire et c'est fondamental de le transmettre dans des domaines où il y a quand même quelques ajustements. La chimie n'est pas une science à 100 % exacte donc il faut de la rigueur, c'est fondamental de respecter la procédure car on fait un métier dangereux. La pyrotechnie, c'est très sensible."

Jacques Desclaux se félicite enfin dans cette interview du fait que l'entreprise ait "très peu de turn-over, malgré le fait que l'on soit une ETI à proximité des grands groupes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :