Marbotic lève 1,45 M€ pour ses jouets éducatifs connectés

 |   |  636  mots
Marie Mérouze, fondatrice de Marbotic, présente ses produits à Tim Cook, CEO d'Apple, à Paris en début d'année
Marie Mérouze, fondatrice de Marbotic, présente ses produits à Tim Cook, CEO d'Apple, à Paris en début d'année (Crédits : Marbotic)
Marbotic, fondée par Marie Mérouze, annonce avoir levé 1,45 M€ pour consolider son expansion internationale et étendre sa gamme de produits. Positionnée sur le secteur de l'EdTech, en pleine émergence, la startup girondine a pu présenter ses produits il y a quelques semaines au patron d'Apple, Tim Cook.

Après un premier tour de table en amorçage puis un second volet de 250.000 €, Marbotic passe cette fois la vitesse supérieure en levant 1,45 M€ auprès d'investisseurs privés et publics. On retrouve parmi les nouveaux financeurs Mirabelle SARL, family office dirigée par Gilles Pierson, fondateur du groupe girondin Acteon, Marguerite Fournié, ex-cadre de haut niveau d'Acteon également, ainsi que Michelin Développement.

"Je vois cette association comme un véritable projet industriel et international. Le fonds Mirabelle, à travers mon expérience industrielle de 35 ans dans la high-tech au niveau mondial, est heureux d'associer ses compétences au dynamisme de Marbotic", indique Gilles Pierson.

Trois financeurs historiques, Arnaud Vinciguerra, qui voit Marbotic comme "un exemple du dynamisme français du secteur de l'EdTech, qui est en pleine expansion et présente de belles opportunités d'investissement", Bpifrance ainsi que la Région Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de son programme de soutien à l'export, participent également à l'opération.

Entre éducation et nouvelles technologies

Née en 2012, Marbotic jongle avec habileté entre éducation et nouvelles technologies. Intéressée par les modes d'enseignement alternatifs comme Montessori, qui laisse une large part à l'éducation sensorielle et à l'affect, Marie Mérouze regrette alors le peu de place qu'offrent ces courants aux nouvelles technologies. Survient l'idée d'un jeu mélangeant les tablettes tactiles, qui agissent comme des aimants sur les enfants, et des objets solides pour ne pas les priver de l'apprentissage de la motricité. Marbotic est ainsi créée. Depuis la startup bordelaise a conçu et produit deux types de jeux destinés aux enfants : Smart numbers, avec 10 chiffres en bois et 3 applications, pour apprendre à compter, et Smart letters, avec 26 lettres en bois et 3 applications également, pour se familiariser avec la lecture. Simple de prime abord, le système est en fait bien plus compliqué qu'il n'y paraît, des brevets protégeant la technologie d'interaction jouets en bois / tablette et le process de production des jouets équipés de capteur conducteur fonctionnant grâce à l'électricité statique du corps humain.

Marbotic réalise déjà plus de 90 % de son chiffre d'affaires (confidentiel) à l'international. Mais la jeune société compte aller plus loin en consolidant et en étendant ses canaux de distribution dans les zones qu'elle juge les plus stratégiques : Etats-Unis, Europe de l'Ouest, Australie et Asie. Elle devrait également aller plus loin dans son développement commercial et souhaite étendre sa gamme de produits. L'entreprise entend notamment s'atteler à la conception et à la réalisation de produits dédiés au milieu scolaire pour l'apprentissage de la lecture dans différentes langues, dans la foulée de son partenariat noué fin 2016 avec Heutink, fournisseur scolaire leader aux Pays-Bas qui a abouti au lancement d'un produit co-brandé.

Lire aussi : Marbotic, l'apprentissage du bout des doigts

Un directeur des opérations recruté

Installée au sein du collectif de startups "Le Château numérique" à Bègles près de Bordeaux, en attendant de rejoindre la future Cité numérique, Marbotic emploie 10 personnes dont un nouveau directeur des opérations (COO) expérimenté, Michaël Turbé.

"L'équipe gagne en maturité et en diversité, mais reste très concentrée sur son double objectif : produire des produits éducatifs de haute qualité et développer les ventes au niveau mondial", précise Marie Mérouze, dont la startup a récemment séduit nul autre que Tim Cook. Le patron d'Apple était de passage à Paris en début d'année et a ainsi pu découvrir les produits de Marbotic, sélectionnée parmi d'autres startups par le géant mondial pour illustrer le dynamisme des jeunes pépites françaises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :