Immersion innove malgré les difficultés

 |   |  982  mots
Christophe Chartier, fondateur et président d'Immersion
Christophe Chartier, fondateur et président d'Immersion (Crédits : Agence Appa)
Pionnière internationale de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, Immersion, à Bordeaux, vient de remporter un appel d’offres important et annonce plusieurs nouvelles innovations. Ce qui n’empêche pas l’entreprise de connaitre de sérieuses difficultés qui pèsent sur son avenir.

Immersion annonce avoir décroché l'appel d'offres public lancé par Renault Technologie Roumanie pour la réalisation d'un système de réalité virtuelle Cave à 5 faces. Ce système de réalité virtuelle se déploie dans un espace cubique où sont projetées des vidéos à très haute résolution. Les utilisateurs, équipés de casques de vision virtuelle 3D également à très haute résolution, peuvent ainsi voir des objets en trois dimensions très finement représentés flotter dans le vide. Ils peuvent en faire le tour et les examiner avec attention sous toutes leurs faces.

Comme le souligne Immersion, "ce système de réalité virtuelle sera utilisé par le département ingénierie pour l'aide à la conception des nouveaux véhicules". Contactée par téléphone, la direction de l'entreprise n'a pas pu donner plus de détails. "L'appel d'offres était international donc nous en avons parlé mais Renault Technologie Roumanie ne veut pas en dire plus pour le moment", résume Laetitia Richez, directrice de la communication d'Immersion, en l'absence de Christophe Chartier.

Plus de réalité virtuelle avec vr-bnb

Cette entreprise très innovante accélère le développement de Shariiing, nouvelle approche pour l'entreprise 4.0, qui se décline en "un ensemble de solutions logicielles de partage, collaboration et présentation pensé pour apporter une dimension nouvelle, simple et intuitive, aux échanges entre collaborateurs, partenaires et clients". Depuis décembre dernier Immersion a développé un site Internet entièrement dédié aux solutions Shariiing, qui propose en particulier une version d'essai de 45 jours de Shariiing Access téléchargeable.

Immersion, qui a organisé en décembre à Bordeaux l'it3D Summit, manifestation professionnelle internationale qui a rassemblé 300 participants industriels avec des interventions d'experts d'Alstom, Airbus Safran Launchers, STX, AB Volvo, Sunna Design ou encore du géant américain NVIDIA. A cette occasion Christophe Chartier a annoncé le lancement de vr-bnb, première et unique plateforme de location en ligne de salles de réalité virtuelle à travers le monde signale-t-on à l'entreprise.

Les gros joueurs intéressés

"Notre ambition est de démocratiser les usages de ces technologies pour en faire bénéficier tout l'écosystème, et pas seulement Immersion, éclaire Christophe Chartier dans un communiqué diffusé hier. Nous avons présenté ce concept à quelques industriels et académiques, Alstom a tout de suite adhéré, et beaucoup d'autres suivent, poursuit le dirigeant, tout comme des partenaires de renommée internationale, comme NVIDIA, HP et Barco, qui ont immédiatement souhaité s'associer à ce concept disruptif qui va révolutionner l'usage de la réalité virtuelle."

Christophe Chartier, président-fondateur d'Immersion, est un authentique pionnier de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée en France. Originaire des Deux-Sèvres, cet autodidacte aussi brillant que passionné par son sujet a très activement participé à l'éclosion à Bordeaux -o ù il avait suivi son amie - d'un nouveau pôle d'expertise technologique, dont la société Immersion est devenue la figure de proue internationale. Fournisseur de matériel de pointe aux industriels, il a fini par devenir lui-même un acteur de l'innovation en réalité virtuelle et réalité augmentée. Sans abandonner une activité de négoce qui s'est transformée avec le temps en prestation de service en très haute technologie.

Lire aussi : Immersion dans le futur

IT3D Immersion

Pendant l'it3D Summit à Bordeaux : matériel d'Immersion (Appa)

Chute brutale de l'activité

La PME bordelaise, qui emploie 45 salariés et boucle son exercice annuel en été, a dû faire face à un fort ralentissement d'activité l'an dernier. Son chiffre d'affaires 2015-2016 a ainsi atteint 5,8 M€, contre 9,1 M€ à l'exercice précédent. Un recul de plus de 30 % dû à une conjonction défavorable d'événements extérieurs, soit une baisse des investissements de ses clients, qui a été sérieusement aggravée par le report, à plusieurs reprises, de la livraison de nouvelles technologies très attendues, ce qui "a induit des annulations et des retards en termes de prises de décisions et de commandes", dévoile l'entreprise.

C'est ainsi que d'importants contrats prévus pour cet exercice ont été reportés sur l'autre. Au total, Immersion enregistré un exercice négatif marqué par un déficit de 2,3 M€. Malgré ce contexte défavorable, Christophe Chartier a maintenu le programme d'investissement en recherche et développement, qui représente près de 15 % du chiffre d'affaires et se situe au cœur de l'activité de l'entreprise.

L'actionnariat pourrait-il bouger ?

Rappelons qu'Immersion a levé 2,5 M€ fin 2015, dans le cadre d'un placement privé qui a été suivi d'une introduction en Bourse, sur le marché Alternext, le 5 janvier 2016, qui "a permis de renforcer la trésorerie et de contribuer à la poursuite des développements logiciels de la société", éclaire la direction. Immersion est internationalement reconnue pour son expertise et son savoir-faire. Et l'entreprise n'a pas hésité à communiquer sur l'attrait qu'elle suscite. Le rapport d'activité du dernier exercice observe ainsi notamment qu'Immersion a été sollicitée par "plusieurs partenaires historiques internationaux ou acteurs mondialement reconnus pour initier des rapprochements stratégiques". En clair il ne semble pas impossible qu'Immersion passe bientôt, pour tout ou partie de son capital, sous le contrôle d'un autre groupe. Ce que la direction, que nous avons joint au téléphone, conteste. "Quand nous parlons de partenariats il ne s'agit que de cela, et surtout pas d'échanges d'actions" recadre ainsi Laetitia Richez.

Il est certain que Christophe Chartier, qui a déjà eu l'occasion de faire la démonstration de sa pugnacité, fera le maximum pour garder intacte son entreprise, dont il contrôle la presque totalité du capital. Le rapport indique ainsi que "la période de suspension des décisions d'investissement des clients d'Immersion tend à s'estomper". La direction espère ainsi remonter son chiffre d'affaires dans les prochains mois malgré les incertitudes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :