Numérique, le Girondin i2S rebondit au 1er trimestre

 |   |  505  mots
Avec ses scanners ultra sophistiqués (ci-dessus une production de DigiBook) i2S s'est imposé comme une référence dans les bibliothèques
Avec ses scanners ultra sophistiqués (ci-dessus une production de DigiBook) i2S s'est imposé comme une référence dans les bibliothèques (Crédits : DR)
Le groupe girondin i2S, à Pessac, a vu son activité s’éroder légèrement en 2015, en particulier à cause du recul de la numérisation d’archives et documents reliés. Mais l’activité a rebondi de + 3,7 % 1er trimestre 2016.

Spécialisé dans la conception et la production de systèmes de traitements d'images (caméras, logiciels), le groupe i2S (plus de 60 salariés), à Pessac, a réalisé un chiffre d'affaires de 13,8 M€ en 2015, en léger recul de 1,6 % par rapport à l'exercice précédent (14 M€). Le résultat net est de son côté quasiment stable à 212.000 €, contre 218.000 € en 2014. L'activité d'i2S repose sur deux grandes activités : la vision industrielle (i2S-Vision) et la numérisation d'archives et documents reliés (DigiBook).

Alors que le chiffre d'affaires global de l'entreprise s'est érodé, celui du pôle vision industrielle (caméras, éclairages et optiques...) a progressé de + 9,8 %, à 8,4 M€. Le groupe, qui a été fondé par Alain Ricros, qui en est le PDG, explique cette croissance par la bonne orientation du marché de la fabrication de biens d'équipements et par "une visibilité croissante des savoir-faire en capture et traitement d'images auprès de nos clients habituels, mais aussi auprès de nouveaux clients".

DigiBook s'est redressé

i2S, qui fournit avec i2S-Vision des marchés aussi variés que ceux du sport (contrôle de la ligne de but au football par exemple), de la robotique ou du contrôle qualité, est capable d'industrialiser la fabrication de produits de très haute technologie, tout en s'appuyant en particulier sur des moyens logistiques qui ont fait leur preuve à l'échelle internationale. Fin 2015 i2S-Vision a notamment lancé une nouvelle caméra terahertz (TZCAM) et entamé les premières ventes de caméras 70 méga pixels. L'activité DigiBook a perdu 15,4 %, reculant de 6,3 M€ à 5,3 M€ entre 2014 et 2015. Ce pôle dédié à la numérisation des archives et documents reliés a tout d'abord souffert "de l'effondrement des marchés russe et brésilien" relève la direction.

Et puis DigiBook est aussi en pleine phase de transition, avec le renouvellement des matériels informatiques et des logiciels, ainsi qu'une nouvelle approche des canaux de distribution et des usages des scanners. Les perspectives restent cependant positives selon le groupe puisque DigiBook a lancé l'an dernier une nouvelle solution de numérisation (eScan Open System) et que "les performances exceptionnelles de nos scanners et de nos suites logicielles ont permis de positionner i2S-Digibook comme la seule société à offrir 4 étoiles aux tests Metamorfoze et Fadgi" souligne la direction. Autrement-dit i2S est la seule société au monde à avoir obtenu des résultats aussi élevés par rapport à ces deux normes européenne et américaine.

La situation générale s'est nettement améliorée au 1er trimestre 2016 puisque i2S a vu son chiffre d'affaires progresser de 3,7 %, à 3 M€. Tandis que la division i2S-Vision progressait de + 1,7 %, à 2,1 M€, DigiBook a inversé la tendance par rapport à 2015 et enregistré une forte progression de + 8,3 % pendant la même période, à 0,9 M€. Des succès remportés lors d'appels d'offres internationaux auprès d'institutions publiques l'an dernier et des perspectives de production à la hausse et de conquêtes de nouveaux marchés font qu'i2S se montre optimiste pour 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :