Le bénéfice du Bélier s’essouffle, son activité progresse

 |   |  467  mots
Le Bélier travaille pour de très grands constructeurs automobiles.
Le Bélier travaille pour de très grands constructeurs automobiles. (Crédits : KAI PFAFFENBACH)
A la fin du premier semestre 2017 le résultat net de l’équipementier automobile Le Bélier a enregistré un coup de mou qui ne devrait pas durer. Le chiffre d’affaires est en hausse et devrait le rester.

Comme la direction de l'équipementier automobile girondin Le Bélier, à Vérac, l'avait annoncé fin août : le flux de trésorerie disponible du groupe, généré par l'activité, a été positif à la fin du premier semestre 2017, à 4 M€. Spécialisé dans la fabrication de pièces aluminium (systèmes de freinage, suspensions, etc.) le groupe, qui emploie 3.340 salariés dont 330 au siège, est implanté en Hongrie, en Serbie, en Chine et au Mexique.

La bonne progression de son chiffre d'affaires semestriel, de +10,2 %, à 174,7 M€ (+6 % corrigé des variations de l'aluminium), est toutefois allée de pair avec l'impact financier négatif provoqué par le Plan d'actions de performance (PAP), qui a amputé le résultat opérationnel des activités de 5,8 M€. Ce plan d'action pluriannuel n'avait pesé que pour 1,5 M€ sur le résultat opérationnel des activités au premier semestre 2016. Le groupe, dont Philippe Dizier est le directeur général, précise que le PAP est arrivé à échéance.

Nouvelles constructions en Chine et en Serbie

"Les coûts du PAP 2016 ont été supportés intégralement et n'auront pas d'incidence supplémentaire sur les résultats de second semestre 2017. Aucun nouveau plan n'est en projet à ce jour" relève la direction. Le coût important du PAP au premier semestre 2017 alimente une baisse du résultat opérationnel, qui passe de 18 M€ à 14,2 M€ sur un an, et se répercute sur le résultat net. Si le groupe Le Bélier reste profitable, son bénéfice net est ainsi en recul de 45 %, à 7,1 M€ contre 12,9 M€ au premier semestre 2016.

Fin septembre, lors de ce bilan semestriel, Le Bélier se montrait avec raison optimiste sur l'évolution du chiffre d'affaires, tout en prévenant les investisseurs qu'en tant qu'équipementier le groupe girondin doit désormais fabriquer de nouveaux produits "à fort contenu technologique", ce qui pourrait brider la hausse des performances de l'entreprise, tant que les nouveaux savoir-faire n'auront pas été maîtrisés. Un défi qui a déjà pesé sur le premier semestre 2017 puisque le groupe a dû recruter de la main d'œuvre qualifiée pour assurer la production de la ligne de produit « châssis », en pleine croissance.

Conformément aux prévisions d'activité, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de +16 % au troisième trimestre, à 85,3 M€. Soit une hausse du CA de +12,1 % sur les neuf premiers mois de l'année, à 260 M€. Corrigé des variations du prix de l'aluminium le chiffre d'affaires du troisième trimestre est ramené à +10,7 % et celui de la période à +7,5 % fin septembre. La construction d'un nouveau site d'usinage en Serbie est au programme, tout comme celle d'une usine supplémentaire en Chine. Le Bélier vise un chiffre d'affaires de 400 M€ d'ici 2020 et estime que ce montant pourrait être atteint dès 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :