Le Girondin Péna Métaux va recycler les compteurs électriques d'Enedis

 |   |  574  mots
Le recyclage des déchets d'équipements électriques et électroniques à Péna
Le recyclage des déchets d'équipements électriques et électroniques à Péna (Crédits : DR)
Le groupe Péna vient de conclure avec Enedis un marché qui est une belle vitrine, puisqu’il s’agit de recycler les vieux compteurs électriques. Péna semble profiter d'un taux de valorisation supérieur à la norme officielle.


Le groupe girondin Péna, à Mérignac (Bordeaux Métropole), un leader néo-aquitain du recyclage industriel, annonce qu'il vient d'être retenu par le groupe Enedis (ex-Electricité réseau distribution France -NDLR) pour recycler les anciens compteurs électriques.

"Si Enedis nous a choisi c'est que nous avons consacré une part importante de l'investissement de 4,5 M€ lancé depuis l'an dernier pour créer deux nouvelles lignes de traitements innovantes, qui ont demandé quatre ans de mise au point. Elles nous permettent désormais d'obtenir un taux de recyclage et de valorisation de 95 % au lieu des 75 % prévus par la directive DEEE, ou D3E, pour déchets d'équipements électriques et électroniques !" se réjouit Marc Péna, PDG du groupe Péna.

Selon lui le groupe extrait chaque mois des déchets industriels collectés 2.000 tonnes de métaux non ferreux et près de 1.800 tonnes de produits issus des déchets électriques et électroniques. Le groupe familial Péna, qui est implanté au sud du Brésil (Péna Brasil), mais aussi en Guyane française (Ipes), compte une dizaine de sociétés pour un chiffre d'affaires consolidé de plus de 63 M€ l'an dernier, avec 154 salariés.

Unité de compostage clé en main

"Pour valoriser il faut affiner le recyclage. Si le cuivre extrait des déchets est pur il est mieux valorisé auprès des clients, dont il faut respecter le cahier des charges au plus près, qu'il s'agisse de plasturgistes, de sidérurgistes ou de sociétés d'affinage des métaux" éclaire Marc Péna.

Le marché des compteurs électriques avec Enedis ne va pas changer la face du groupe girondin, puisqu'il devrait générer une centaine de tonnes mensuelles de produits valorisables, mais comme le souligne le PDG, "c'est un beau contrat". En plus de son activité métaux, le groupe Péna fabrique également, sur un autre site, à Saint-Jean-d'Illac (Gironde), du compost à partir du traitement des ordures ménagères.

"Nous avons déposé un brevet sur le traitement des ordures ménagères pour en faire du compost. Nous arrivons à récupérer 80 % de matière organique recyclable. Nous récupérions 2.000 tonnes de matière recyclable par mois" précise le PDG qui a mis au point un modèle d'unité de compostage clé en main baptisé Adonis Evoluteam.

Adonis Evoluteam Péna

Vue de l'unité de compostage Adonis Evoluteam, de l'arrivée des produits à trier et recycler (1) au stockage de chaque lot de produit fini (6) en passant par la fermentation en enceintes closes (3).

Arriver à 4.000 tonnes de combustible par mois


L'ensemble des activités de recyclage est également à l'origine de la production de combustibles de substitution qui alimentent les cimenteries à raison de 2.500 tonnes par mois. Ces combustibles sont fabriqués à partir de matériaux indésirables, qu'il s'agisse de PVC, plastique, bois, tissus...

"Nous commençons à avoir des besoins en maintenance et tri de nouvelles matières. Nous recrutons en permanence des techniciens mais c'est compliqué de trouver des Bac +2 qui acceptent de se salir les mains. En plus du centre en recherche et développement que nous allons construire l'an prochain et dont le financement fait partie de l'enveloppe de 4,5 M€ débloquée l'an dernier, mon objectif est de porter la production de combustible à 4.000 tonnes par mois" déroule Marc Péna.

Son nouveau centre en recherche et développement sera largement consacré aux besoins de fabricants qui viennent tester leurs machines sur place.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2017 à 17:25 :
Je suis très heureux que Mr Pena remporte de beaux marchés, composte des volumes de plus en plus importants, et investisse beaucoup.
Il aurait pu dire un mot sur les investissements engagés pour supprimer les rejets malodorants de ses activités qui perturbent avec régularité son voisinage.
a écrit le 06/06/2017 à 17:07 :
... le "blanc insécable" U+00A0 soit Alt+0160 est indispensable dans les programmes de traitement de textes puisqu'il permet d'empêcher que les caractères ':', ';', '€', '$', '%', '£', '§', '!', et '?' se retrouvent éventuellement en début de ligne suivante s'ils ne sont pas incorrectement accolés au mot qui précède.
a écrit le 06/06/2017 à 16:55 :
... le "blanc insécable" U+00A0 soit Alt+0160 a toujours existé si l'on veut quand même spécifier un blanc tous les 3 chiffres d'un nombre et écrire 2 000. Faites varier la largeur de la fenêtre, vous constaterez que 2 000 même 123 456 789 ABC ne se couperont pas évitant ainsi l'ambiguïté avec le point décimal dans le système anglo-saxon à la place de la virgule décimale dans le système métrique !... à moins que les informaticiens qui ont écrit le programme du forum aient délibérément forcé un blanc insécable en un blanc normal ce qui s'est déjà produit ailleurs. On ne sait pas pourquoi !....
a écrit le 06/06/2017 à 16:16 :
Nous utilisons cette stratégie pour éviter que les nombres que nous écrivons se coupent. Si nous écrivons 2 000, comme il le faudrait et vous avez raisons de le souligner, et que ce nombre se retrouve en zone de césure, en bout de ligne, le 2 va rester en haut et les trois zéros être chassés plus bas.

C'est pour éviter ce risque de coupure que nous écrivons 2.000, qui est pour nous une forme insécable du même nombre. Nous pensons que nos lecteurs ont compris le système même s'il n'est pas conforme à l'écriture mathématique normalisée.

Et nous vous remercions de votre attention.
a écrit le 06/06/2017 à 15:53 :
Bonjour,
Objet : règle d'écriture des nombres
Pour info et dans l'espoir que vous le preniez en compte, il existe une règle d'écriture sur les nombres. Le BIPM Bureau International des Poids et Mesures
http://www.bipm.org/en/publications/si-brochure/
dit au chapitre 5.3.4 (Formatting numbers, and the decimal marker) que l'on n'écrit pas
2.000 mais 2000 ou 2 000 pour dire deux mille
2.000 = 2,000 = 2 ce qui n'est pas pareil !
Il est malheureusement exact que les Etats-Unis qui sont membres de la Convention ne respectent pas toujours cette règle qui s'applique à tous les membres.
cordialement
Thierry Roubeix

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :