GM&S Industry : Emmanuel Macron dans les pas d’Alain Rousset ?

 |   |  656  mots
Alain Rousset lors de la dernière édition des Trophées de l'aéronautique, de La Tribune à Bordeaux.
Alain Rousset lors de la dernière édition des Trophées de l'aéronautique, de La Tribune à Bordeaux. (Crédits : Agence Appa)
Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine, a fait un point ce matin sur l’entreprise GM&S Industry, à La Souterraine, que les salariés menacent de faire exploser. La Région a joué un rôle clé pour soutenir l’entreprise, explique Alain Rousset, au nouveau gouvernement de la sauver.


"Le cabinet du président de la République a toute l'information sur la table. Si le gouvernement intervenait sur le dossier de GM&S Industry ce serait un signe fort pour le nouveau quinquennat car la solution de ce dossier est à portée de main" assure Alain Rousset, président (PS) de la Nouvelle-Aquitaine. Depuis plusieurs jours les salariés de  cette entreprise sous-traitante de l'automobile située à La Souterraine, en Creuse (Nouvelle-Aquitaine), défraient la chronique en menaçant de faire sauter leur outil de travail à l'aide de bombonnes de gaz si aucune solution n'est trouvée pour assurer l'avenir de GM&Industry.

Depuis la loi Notre (Nouvelle organisation du territoire de la République), la Région est en charge de l'économie et lors de sa rencontre avec les journalistes, ce lundi matin, Alain Rousset n'a pas manqué de rappeler qu'il s'est rendu dans les locaux de GM&S Industry il y a une dizaine de jours déjà, et que c'est grâce à l'action régionale que GM&S Industry a pu financièrement tenir le coup jusqu'ici.

Réunion de crise à Guéret avec Renault et PSA

"La Région a débloqué une avance remboursable de 580.000 euros au bénéfice de l'entreprise, tout en accordant une garantie de prêt pour un montant également de 580.000 euros à la banque de retournement Thémis. Ce qui a permis à cette dernière d'accorder un prêt de 1.160.000 euros à GM&S Industry. Sans cela l'entreprise était en dépôt de bilan ce qu'il fallait empêcher puisqu'à partir de là, il nous aurait été impossible d'intervenir" décrypte le président de la Région.

Si le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, n'a pas encore de gouvernement les services de l'Etat n'ont pas désarmé et le préfet de Région, Pierre Dartout, qui coordonne à Bordeaux le comité de suivi de Ford Aquitaine Industries, organise cet après-midi une réunion de crise consacrée à GM&S Industry à la préfecture de la Creuse, à Guéret. Comme lors des comités de suivi de Ford Aquitaine Industries, quand les dirigeants de Ford Europe font le déplacement à Bordeaux, au moins deux cadres dirigeants représentant les donneurs d'ordre devaient se rendre au début de cet après-midi à Guéret : Bruno Moustacchi, patron du redéploiement des fournisseurs chez Renault, et Gilles Testu, patron des achats et des relations avec les fournisseurs à PSA.

"Les mots de Macron me donnent confiance"

Participaient aussi à cette réunion les représentants syndicaux de l'entreprise, Francis Wilsius, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine délégué aux restructurations économiques et à la sécurisation des parcours professionnels, Eric Correia, conseiller régional, et sans doute un représentant du repreneur éventuel. Pour Alain Rousset le sujet n'est plus financier mais désormais industriel.

"Il faut lancer un appel à la responsabilité de tous et d'abord aux constructeurs automobiles. PSA a fait un effort je crois, en montant ses commandes de 10 à 13 M€. Renault est à 5 M€ et il faut qu'ils doublent leurs commandes, à 10 M€. Un autre volet d'activité sera dégagé par la diversification que nous avons impulsée dans l'activité de l'entreprise, avec la fabrication de cuisines pour les collectivités" déroule le président de Région, avant de boucler le tour de son appel à la responsabilité.

"Les mots de Macron, sur la colère exprimée par le vote lors de l'élection présidentielle, me donnent confiance. Parce que j'entends cette colère mais aussi ses causes. Les salariés ont accroché des bouteilles de gaz mais je ne pense pas qu'ils soient allés aussi loin que ce que certains affirment. Parce qu'ils m'ont montré qu'ils sont attachés à leur outil de travail" démystifie le président de Région qui, malgré les risques, fait confiance au bon sens des salariés.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 16:43 :
moi je suis pret a operer a un rachat de GM&S Industry s' ils fabriquent

des pieces automobiles pour les vehicules anciens

des young timers de peugeot ou renault marche en plein boum compte

tenu que ces vehicules fonctionnent et roulent encore et ceci compte tenu

de la quantite de clubs existants en france , europe et meme etranger

104 104z 104 style 202 203 204 205 304 etc .....

ou bien pour renault r5 etc .........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :