Pourquoi Suez s’intéresse à la transition énergétique

 |   |  416  mots
Collecte fluviale des déchets par Suez sur le port, au centre de Bordeaux
Collecte fluviale des déchets par Suez sur le port, au centre de Bordeaux (Crédits : DR)
Le groupe Suez est l’un des acteurs des 18es Assises européennes de la transition énergétique qui referment leurs portes ce jeudi au Palais des congrès de Bordeaux.

Avec Astria, son incinérateur implanté à Bègles (Gironde), le groupe Suez, qui assure par ailleurs notamment l'adduction d'eau et l'assainissement à Bordeaux Métropole, produit 140 millions de kilowatts d'électricité par an. Générée grâce à la chaleur produite par l'incinération des déchets, cette énergie représente la production électrique correspondant aux besoins de 70.000 habitants précise-t-on à Suez. Astria se trouve dans le périmètre du futur quartier Euratlantique, qui va s'étendre sur les communes de Bègles, Bordeaux et Floirac. Un chantier auquel s'intéresse Suez. Astria injectera des calories dans le futur quartier dès que le réseau de chaleur qui doit l'alimenter sera achevé. Astria va ainsi flécher l'énergie correspondant à la consommation de 3.700 habitants en direction d'Euratlantique.

"A Bordeaux Métropole, le groupe Suez assure la distribution d'eau potable, l'assainissement, mais aussi la collecte des déchets des entreprises, le recyclage et la valorisation des déchets ménagers, en particulier avec le site d'Astria à Bègles. Nous assurons également la collecte des déchets dans la Coban (Communauté d'agglomération du bassin d'Arcachon Nord Atlantique, NDLR), nous sommes aussi présents à Bayonne et en Charente, pour ne citer que ces endroits en Nouvelle-Aquitaine", éclaire Philippe Maillard, directeur général Recyclage et valorisation France à Suez.

"Consommer moins"

"Le recyclage et la valorisation des déchets sont des métiers qui évoluent, et nous devons proposer de nouvelles solutions à nos clients, qui sont les collectivités et les entreprises, détaille ensuite Philippe Maillard. Notre but, explique-t-il, est de trouver les meilleures solutions pour valoriser et recycler. Car nous sommes face à une évolution de fond, à un changement de business model, qui transforme le déchet en une ressource. Dans ce nouveau contexte, décortique le directeur général, les innovations technologiques doivent permettre de consommer moins d'énergie fossile et d'exploiter encore mieux le potentiel énergétique des déchets."

La participation et l'intervention de Suez aux 18es Assises européennes de la transition énergétique, à Bordeaux, n'ont rien d'anecdotiques. Pour Philippe Maillard c'est même une évidence. "C'est un rendez-vous qui prend de l'importance car il met en avant les solutions. C'est une manifestation qui s'installe dans le paysage", juge le patron du recyclage et de la valorisation des déchets à Suez, pour qui la fixation d'un prix du carbone s'impose comme la prochaine étape essentielle pour la filière, ne serait-ce que pour donner un coup d'accélérateur au recyclage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :