Ford revient aux 24 heures du Mans, les "Ford" de Bordeaux y seront

 |   |  464  mots
Les 24 heures, un événement phare pour le monde automobile, une tribune de choix pour les Ford de Bordeaux
Les 24 heures, un événement phare pour le monde automobile, une tribune de choix pour les "Ford" de Bordeaux (Crédits : Reuters)
Des militants CGT de Ford Aquitaine Industries (FAI) préparent une action demain matin à l’entrée du circuit du Mans où la course des 24 heures va démarrer. Le jeudi 18 juillet ils rencontreront le préfet de Région lors du prochain comité de suivi consacré à FAI.

Ce samedi matin, vers 5 heures, une demi-douzaine de voitures vont quitter les usines Ford Aquitaine Industries (FAI) et Getrag Ford Transmissions (GFT), voisines de quelques centaines de mètres, dans la zone industrielle de Blanquefort (Gironde), pour se rendre au Mans.
Comme chaque année à pareille époque, le chef lieu de la Sarthe s'apprête à vibrer au rythme de la mythique course automobile des "24 heures du Mans", mais en 2016 Ford signe son grand retour sur le circuit, et ça change beaucoup de choses.

"Nous partirons aussi avec des membres de Lutte 33 contre la loi Travail et devrions arriver au circuit du Mans vers 10 heures, où nous serons accueillis par d'autres représentants du mouvement de lutte contre la loi Travail. Il ne s'agit pas de perturber la course. Juste de manifester notre présence à l'entrée, pour rappeler que Ford ce n'est pas que le côté sympa de la course mais aussi des promesses qui ne sont pas tenues et des emplois menacés en Gironde" argumente Philippe Poutou, ouvrier CGT à FAI et candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) à la présidentielle de 2017.

Ford Aquitaine Industries compte 960 salariés mais, pour les syndicalistes, la promesse faite par Ford d'en conserver 1.000 n'avait rien de relatif.

Bill Ford donnera le top départ

 Tee-shirts, autocollants : la panoplie revendicative est profilée pour réussir la meilleure opération de communication possible, d'autant que ce 18 juin va peser lourd. En plus de la célébration de l'Appel du 18 juin du général de Gaulle, ce samedi signe aussi le retour au Mans d'un constructeur américains qui a marqué le circuit en 1966 avec la défaite historique qu'il a infligée, avec ses GT 40, aux ogres Ferrari et Porsche, au terme d'une course dont Henry Ford avait eu le droit de donner le départ. Pour souligner l'importance du retour de la firme américaine sur le circuit sarthois, toujours en GT, c'est William Clay Ford junior, alias Bill Ford, arrière petit-fils d'Henry et président de Ford Motor Company, qui va donner le top départ de cette 86ème édition des "24 heures du Mans" !
Entendra-t-il la complainte des Girondins ?, c'est bien ce que ces derniers espèrent.

Par ailleurs une date a été fixée pour la tenue du prochain comité de suivi de FAI, dont le préfet de Région, Pierre Dartout, est le pilote. Elle aura lieu le 18 juillet. En plus des représentants du personnel de l'usine, les dirigeants du groupe Ford Europe et les élus politiques impliqués dans le dossier devraient être présents. D'ici une dizaine de jours le préfet devrait recevoir une délégation de salariés de Ford Aquitaine Industries pour une réunion préparatoire au prochain comité de suivi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :