Immobilier : à Bordeaux le résidentiel ancien profite de la hausse

 |   |  661  mots
Avec +17 % depuis 2011, Bordeaux est en tête pour la hausse dans le résidentiel ancien.
Avec +17 % depuis 2011, Bordeaux est en tête pour la hausse dans le résidentiel ancien. (Crédits : Mikaël Lozano / Objectif Aquitaine)
Le baromètre de MeilleursAgents.com pointe une hausse des prix immobiliers dans l'ancien, qui met Bordeaux dans la tête du peloton national en 2016. Tout en érodant le pouvoir d'achat immobilier des Bordelais. Une tendance à la hausse confirmée en janvier dernier.

Selon le courtier parisien MeilleursAgents.com, qui publie un baromètre mensuel sur l'évolution des prix du marché résidentiel ancien à Paris, en Ile-de-France et dans les dix plus grandes villes de France, Bordeaux a enregistré en 2016 la deuxième plus forte hausse nationale. Le prix moyen des logements dans le résidentiel ancien a ainsi progressé de +5 % sur un an (du 1er janvier 2016 au 1er janvier 2017) à Bordeaux intra-muros, derrière Lyon, où la hausse a été de +6,6 %, devant Paris (+4,6 %) et Nantes (+3,6 %). Alors que Rennes connaît une hausse de +2 %, devant Lille (+1,2 %) et Montpellier (+1 %), les autres métropoles sont proches de la stabilité, avec Toulouse, à +0,8 %, Nice (+0,2 %), Marseille (stable) et Strasbourg, en léger recul de -0,9 %. MeilleursAgents.com propose aussi une lecture du marché résidentiel ancien depuis 2011, qui donne une vision plus tranchée. Sur cette durée Bordeaux s'impose, avec une hausse des prix de +17 %, devant Rennes et Toulouse (+10 % chacune) et Nantes (+7 %).

Le pouvoir d'achat immobilier érodé à Bordeaux

Cette montée des prix a aussi son revers puisqu'elle grignote le pouvoir d'achat. Malgré la baisse historique des taux enregistrée tout au long de ces derniers mois, MeilleursAgents.com montre que le pouvoir d'achat immobilier des Bordelais n'a que très médiocrement évolué depuis 2011 Au point qu'il est en recul relatif par rapport à cette date. Classé à la sixième position nationale en 2011, Bordeaux est passé à la neuvième place en 2016. Tout simplement parce qu'entre ces deux dates le pouvoir d'achat immobilier des Bordelais (prix du mètre carré, revenu des ménages, taux d'emprunt) n'a progressé que de + 4 m2, à 43 m2,  contre + 19 m2 à Marseille (58 m2) en première place de ce classement par gain de mètres carrés, devant Rennes (+ 8 m2 à 56 m2), Strasbourg (+ 14 m2 à 56 m2), Nantes (+ 9m2 à 54 m2) et Toulouse (+ 8 m2 à 53 m2).

En janvier le marché de l'ancien à Bordeaux a confirmé sa tendance à la hausse avec un coup d'accélérateur très significatif de +2 % sur un mois! Est-ce le début d'un emballement du marché ? En tout cas le baromètre de MeilleursAgents.com montre un net renforcement de la hausse des prix à Bordeaux sur un mois, devant Strasbourg (+1,5 %), Nantes (+1,3 %), Marseille (+0,9 %), Nice (+0,7 %), Montpellier (+0,6 %) et Toulouse (+0,1 %). Comme la remontée des taux d'intérêt se confirme, avec le mouvement à la hausse des obligations assimilables du trésor (OAT), les ménages en mesure d'acheter seraient en train de prendre les devants.

Les départements maritimes en tête

A Bordeaux intra-muros les prix évoluent au sein de fourchettes de prix assez larges. Le prix moyen du mètre carré en appartement ancien s'y élevait ainsi à 3.230 € en 2016, avec un plus haut à 4.846 € et un plus bas à 2.423 €. Pour une maison ancienne, il fallait compter une moyenne de 3.224 €/m2 à Bordeaux intra-muros, avec un plus haut à 4.836 € et un plus bas à 2.418 €. L'écart avec la moyenne départementale est ainsi significatif puisque le mètre carré de l'appartement ancien s'est négocié à 2.910 € en Gironde l'an dernier, et celui d'une maison à 2.296 €.

Sans surprise beaucoup de zones où les prix des appartements anciens sont les plus élevés se trouvent le long de la bande côtière, avec le nord et le sud du Bassin d'Arcachon, mais aussi au centre et à l'ouest de Bordeaux Métropole. Cette règle joue également à l'échelle de la région Nouvelle-Aquitaine et favorise les départements côtiers. Le prix du mètre carré d'un appartement ancien atteint ainsi 2.718 € en Pyrénées-Atlantiques (Aquitaine), 2.698 € en Charente-Maritime (Poitou-Charentes) et 2.317 € dans les Landes (Aquitaine).

Dans aucun des huit départements de l'intérieur de la région le mètre carré en appartement ancien n'a atteint la barre des 2.000 € l'an dernier. Il fallait ainsi compter 1.432 € dans la Vienne (Poitou-Charentes), 1.354 € en Dordogne (Aquitaine), 1.274 € dans les Deux-Sèvres (Poitou-Charentes), 1.184 €/m2 en Charente (Poitou-Charentes), 1.155 € en Haute-Vienne (Limousin), 1.142 € en Corrèze (Limousin) et Lot-et-Garonne (Aquitaine) et 920 € dans la Creuse (Limousin). De très forts écarts qui signalent à leur façon le degré d'attractivité très variable des territoires de la région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :