Logement social, Aquitanis et Mésolia font maison commune

 |   |  461  mots
Bernard Blanc et Emmanuel Picard près d'une conseillée clientèle de Coo.pairs
Bernard Blanc et Emmanuel Picard près d'une conseillée clientèle de Coo.pairs (Crédits : DR)
Deux gros opérateurs du logement social girondin, Aquitanis et Mésolia, viennent de créer Coo.pairs, une coentreprise qui doit servir à terme à réguler le coût du foncier et à faire des économies d’échelle.


Bernard Blanc, directeur général d'Aquitanis, et Emmanuel Picard, directeur général de Mésolia ont présenté hier jeudi la coentreprise qu'ils viennent de créer : Coo.pairs. Office public de l'habitat de Bordeaux Métropole, Aquitanis (370 salariés et 110,2 M€ de chiffre d'affaires) gère un patrimoine locatif de 18.500 logements. Entreprise sociale de l'habitat Mésolia (245 salariés, 91 M€ de chiffre d'affaires) est une filiale des groupes TG et Arcade et détient un patrimoine de 19.000 logements locatifs. Avec cette filiale commune détenue pour moitié par chaque fondateur, Aquitanis et Mésolia entendent non seulement faire des économies d'échelle mais aussi peser sur le marché du foncier.

"En 2008 la métropole bordelaise comptait quatre opérateur dans le logement social, aujourd'hui il y en a six ou sept... L'attractivité du marché bordelais provoque une forte hausse du prix du foncier qui va finir par bloquer la construction de logements sociaux. Nous étions aussi des acteurs de cette hausse du marché et c'est ce qui nous a poussé à nous rapprocher. Aquitanis et Mésolia représentent près de 40.000 logements et à nous deux nous pouvons commencer à peser pour infléchir cette hausse des prix » analyse Bernard Blanc.

Première opération au Pacha

Ce rapprochement est en fait en discussion depuis un an et demi entre les deux structures qui viennent de signer leur première opération commune avec le rachat du night club Le Pacha, à Pessac (Gironde). Les deux dirigeants n'ont voulu donner aucun détail sur l'opération.

"Nous voulons bousculer l'ordre établi de la concurrence et la prochaine étape sera de présenter notre projet aux élus pour qu'ils comprennent bien l'intérêt de ce rapprochement. Nous louons des logements à près de 80.000 habitants et nous injectons 400 M€ par an dans la construction" souligne Emmanuel Picard.

En plus de la volonté bien affirmée de réguler le marché du foncier, stratégie de fond qui appelle un rapprochement de ces deux grands acteurs avec d'autres, cette coentreprise doit permettre de faire des économies et de gagner en efficacité. C'est ainsi que, depuis le 19 septembre, Coo.pairs s'est doté d'une plateforme d'appel commune qui gère pour l'essentiel (à 80 %) les réclamations et demandes d'information des locataires.

Installée près de la place Ravezies, à Bordeaux, cette plateforme a été créée en interne pour respecter les règles de la responsabilité sociale des entreprises (RSE).
Un modèle pas très en vogue dans le secteur des plateformes d'appel selon les deux hommes. Coopairs a investi 200.000 € dans cette création. La plateforme, divisée en deux plateaux, emploie au total 18 personnes. La création de cette plarteforme d'appel  devrait être rapidement suivie par la mise en commun progressive de fonctions support.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :