Emprunt Direct : ami des banques et des emprunteurs

 |   |  769  mots
Alban Lacondemine, fondateur d'Emprunt Direct
Alban Lacondemine, fondateur d'Emprunt Direct (Crédits : Emprunt direct)
Alban Lacondemine, le patron bordelais d’Emprunt Direct, propose à ses clients de décrocher un crédit immobilier au meilleur taux, sans le moindre frais. Sous-traitant des banques, il défend son indépendance et privilégie la qualité du service. Lié aux grilles d’analyse bancaire, il suit des canons de sélection académiques.

C'est en 2009 qu'Alban Lacondemine a créé à Bordeaux La Française du Courtage, dont le cœur de métier est justement le courtage en crédits immobiliers. La Française du Courtage est plus connue par sa marque Emprunt Direct, portée par le baromètre mensuel sur l'évolution des taux fixes emprunt-direct.com. Alban Lacondemine n'a pas échappé au cataclysme financier de 2008.

"De 2002 à 2009 j'ai travaillé dans une maison de courtage physique, Epargne sans frontières. Jusqu'à 2008 les affaires marchaient bien, avec des taux de croissance annuels de 20 à 30 %. Les dirigeants de la société avaient prévu de doubler le nombre de leurs boutiques quand ils ont été rattrapés par la crise financière", se souvient le patron d'Emprunt Direct.

Cette expérience l'a convaincu, si besoin était, de l'intérêt de dématérialiser le métier et d'intervenir sur le marché via Internet. "Mon idée c'était de passer sur Internet tout en proposant un service de qualité. Depuis 2009 nous avons réussi à obtenir un taux de transformation sur Internet de 60 %, qui est aussi bon que ce que l'on obtient via le courtage physique, en boutique. Ce qui fait de nous les meilleurs. En 2016, nous allons ainsi traiter 2.500 dossiers", précise Alban Lacondemine.

"L'avocat du client"

Ce chef d'entreprise, qui emploie une vingtaine de personnes pour un chiffre d'affaires annuel qui devrait atteindre 1 M€, donne sa version du métier.

"Les courtiers qui ont des boutiques demandent une commission qui représente 1 % du montant du prêt principal ce qui, compte tenu des taux d'intérêt actuels, est énorme ! A Emprunt Direct nous ne demandons aucun frais de courtage et aucun frais de dossier bancaire, car nous nous considérons comme l'avocat du client, affiche Alban Lacondemine. La société se rémunère grâce aux commissions des banques pour lesquelles nous sommes des apporteurs d'affaires, explique-t-il. Notre taux de rémunération sur Internet est plus faible qu'en boutique mais nous nous rattrapons avec le volume. Nous négocions les meilleures conditions pour nos clients avec les banques et leur proposons un accompagnement, par exemple pour le conseiller sur la signature du compromis de vente, etc."

Alban Lacondemine souligne que sa société, qui travaille avec toutes les banques, est parfaitement indépendante.

12 collaborateurs dans les grandes villes

En tant qu'intermédiaire en opération de banque et service de paiement, Emprunt Direct est, comme tous les négociants en crédits immobiliers, un sous-traitant des banques. A ce titre la PME bordelaise analyse les dossiers de demandes de crédits avec des grilles purement bancaires. Il n'y a donc aucun miracle à attendre dans ce domaine.

"Aujourd'hui nous avons des progressions de l'ordre de +10 % par an. Sur 20 collaborateurs, 12 travaillent à l'extérieur, dans de grandes villes, pour être au contact des prospects et nous ramener des affaires, et 8 au siège. Nous ne recrutons que des ex-collaborateurs de banques avec au moins quatre ans d'expérience que nous formons ensuite nous-mêmes. Nos collaborateurs les plus performants atteignent un taux de transformation de 80 %", relève le courtier.

Le baromètre emprunt-direct.com propose chaque mois, en plus de l'évolution des taux fixes d'intérêt dans l'immobilier, une analyse du marché de taux.

L'épée de Damoclès des taux

La hausse des taux directeurs de la banque centrale américaine, la Fed, signal probable d'une hausse générale et durable des taux d'intérêt, agite les esprits depuis des mois pour ne pas dire des années. Mais la hausse de la Fed n'a pas encore eu lieu, alors que la BCE (Banque centrale européenne) poursuit sa politique accommodante et n'entend pas hausser ses taux, ce qui éteindrait le peu d'inflation qui survit dans la zone euro. Avec l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis et l'annonce d'une politique de grands travaux, l'inflation étasunienne devrait remonter. Ce qui impacte des pays comme la France où au contraire l'inflation, politique d'austérité oblige, est à deux doigts de s'effondrer pour muter en stagflation, avec une croissance zéro.

Pourtant en France le taux des OAT (obligations assimilables du trésor) à 10 ans, ou TEC 10 (taux de l'échéance constante à 10 ans), qui sert d'assise taux fixes immobiliers, a grimpé. De 0,49 % au 1er novembre il est passé à 0,74 % le 24 novembre. Cette hausse est encore loin de l'explosion de la mi-2015, avec des OAT à 10 ans dont le taux avait en quelques semaines enfoncé la barre des 1,25 % mais elle devrait être durable. C'est sans doute pour ça qu'Alban Lacondemine parie sur une remontée très progressive des taux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2017 à 22:52 :
Quand on voit ce que la Cour de Cassation a retenu contre ce monsieur.
Je cites un site qui en parle "Il faut dire que cet email était à ce point injurieux, grossier et menaçant, qu’il lui était impossible de l’assumer. L’arrêt le cite in extenso, et c’est une curiosité que nous vous invitons à découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous… "

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?idTexte=JURITEXT000028004580
a écrit le 18/12/2016 à 12:24 :
Est-il encore raisonnable à 72ans de projeter une acquisition immobilière avec un apport de 60à70%.
Les banques ordinairement s'arretent avant les 70ans .
Je souhaite une durée de 9 à10 ans pour le remboursement.Cette opération se passerait au printemps 2017.
Est-ce que je réve?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :