Immobilier, des terrains à prix stratosphériques en Aquitaine

 |   |  564  mots
Saint-Jean-de-Luz est une des points chauds de l'immobilier, y compris dans les terrains à construire
Saint-Jean-de-Luz est une des points chauds de l'immobilier, y compris dans les terrains à construire (Crédits : <i>Photo Wikipedia</i>)
Après la Chambre des notaires de la Gironde, c’est au tour du constructeur IGC, à Beychac-et-Caillau (Gironde), de livrer son analyse sur l’évolution du marché immobilier par le biais du Baromètre de la maison individuelle en Aquitaine en 2015.

Il ne s'agit pas à proprement parler de statistiques, mais de relevés de terrains dont le chiffrage illustre une tendance. IGC identifie ainsi le triangle BAB (Bayonne-Anglet-Biarritz) comme un des foyers du très haut de gamme en matière de prix de terrain à bâtir. Biarritz fait également partie avec Saint-Jean-de-Luz "des communes hors catégorie où les terrains, rares, valent de l'or et où les prix, s'il y a une vue sur la mer, dépassent le million d'euros". Très loin du prix médian des terrains à bâtir en Aquitaine évalué à 79.000 € en 2015 par les notaires...

A Anglet, IGC fait état de parcelles constructibles de 250 m2 vendues à 200.000 € voire plus suivant l'emplacement. Tandis qu'à Bayonne, ville très demandée, souligne le baromètre, "on peut y trouver encore quelques terrains à bâtir de petites surfaces (moins de 500 m2) autour de 220.000 €".

La mer et la montagne en surchauffe

Par contraste, l'afflux de projets immobiliers entraîne une chute des prix dans le Pays basque intérieur, en particulier du côté des communes de Saint-Pée-sur-Nivelle, Ascain ou Cambo, qui attirent les retraités. Un adage boursier veut que les arbres ne montent pas au ciel et, en matière de terrains à bâtir, il semble tout de même que la pente ascensionnelle soit raide en Aquitaine. IGC cite ainsi le sud des communes de Guéthary et Bidard où un terrain constructible de 800 m2, dans une zone géographique accidentée, avec vue sur la montagne à 180°, s'est vendu 450.000 €.

Plus au nord, sur la cote landaise, dans le périmètre des communes d'Hossegor et Capbreton, la température est élevée.

"Aujourd'hui un terrain à bâtir à Hossegor est obligatoirement à plus de 500.000 € et à Capbreton plusieurs programmes de lotissements proposent des parcelles de moins de 500 m2 autour de 200.000 €" souligne l'observatoire.

Quand le cher part plus vite

Après le couple Biarritz et Saint-Jean-de-Luz, sur la cote basque, le Bassin d'Arcachon a également un pied dans la fournaise budgétaire des terrains à construire.

"Lège-Cap-Ferret, Arcachon et Le Pyla sont réservés à une clientèle très haut de gamme, avec des budgets au-delà de 1.000.000 d'euros à proximité des plages", analyse ainsi l'étude d'IGC.

Concernant Bordeaux Métropole, le baromètre observe que les prix des terrains restent stables "même s'il existe une forte demande à Bordeaux et les communes proches comme Le Bouscat, Bruges ou Mérignac centre". Mais à partir de ce constat, l'étude révèle deux tendances divergentes. La première porte sur "des terrains bien exposés de 300 m2, sans trop de vis-à-vis, dans des prix compris entre 250.000 et 300.000 euros et correspond à des budgets de 600 à 700.000 euros. Ces produits rares partent très vite quand ils arrivent sur le marché".

Dans le même périmètre géographique (Bordeaux, Le Bouscat, Bruges, Mérignac centre) on trouve plus facilement des terrains d'environ 160 m2, proposés autour de 100.000 €, et, paradoxalement, ces terrains qui correspondent à des budgets intermédiaires, de l'ordre de 270.000 €, "connaissent beaucoup moins de succès". Explication : sur cette tranche de prix, "les clients préfèrent partir dans les autres communes de Bordeaux Métropole ou proches comme Saint-Loubès, où ils peuvent bénéficier, pour un même prix, de terrains plus grands (de 500 à 600 m2)". Autant de points de repères qui peuvent s'avérer utiles quand on s'intéresse à l'immobilier en Aquitaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2016 à 10:55 :
Bref les travailleurs font de plus en plus de kilomètres pour aller bosser parce que ne pouvant se payer des maisons proches de leur boulot. Notons ces augmentations de morts sur la route chaque année.

Non seulement le travail ne permet plus de gagner sa vie mais en plus il tue.

Quand le secteur immobilier parasite le monde économique au service d'un système injuste et inhumain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :