Campus Thales Bordeaux : un chantier record, entre Avatar et Lego

 |   |  641  mots
Une partie du Campus Thales Bordeaux qui s'étend sur 13 hectares et a été livré en 18 mois par GA.
Une partie du Campus Thales Bordeaux qui s'étend sur 13 hectares et a été livré en 18 mois par GA. (Crédits : Graphix Images)
Il aura fallu seulement 18 mois au groupe GA pour livrer les 60.000 m2 du Campus Thales Bordeaux qui commence à accueillir une partie des 2.600 salariés que le groupe électronique français va regrouper à Mérignac. Une performance qui s’explique par des méthodes constructives innovantes.

On ne peut pas dire que le chantier ait été épargné par les intempéries (deux bons mois de pluies quasi ininterrompues), ni par l'évolution des besoins du client final, et donc les changements par rapport au projet initial (30 % de modifications environ).
Pourtant, le groupe GA a réussi à tenir les délais promis pour réaliser, en 18 mois, l'ensemble immobilier de 60.000 m2 au total, prêt à accueillir plus de 2.600 collaborateurs des activités "systèmes aéroportés"et de "Thales Avionics". Un ensemble qui s'étend sur 16 hectares, à proximité immédiate d'un des très gros clients de Thales, le groupe aéronautique Dassault, et son usine d'assemblage des Rafale et Falcon de Mérignac.
La bonne maîtrise des délais tient sans doute au fait que le groupe GA a déjà réalisé un campus pour Thales, celui de Gennevilliers (2012) qui accueille, sur 87.500 m2, les activités "Communications et Security" de Thales.

Pas de maquette physique mais un avatar unique

"Mais cette fois le challenge était un peu différent puisque nous avons mis le curseur très haut en matière d'intégration dans un environnement qui est plus valorisant qu'à Gennevilliers, dans les choix des matériaux, et dans les technologies mises en avant", explique Kader Guettou, DG de GA. "Dès le début de ce projet ultra moderne et à haute qualité environnementale, nous avons déployé des technologies que nous maîtrisons et qui font gagner du temps."

"Le projet n'a jamais fait l'objet d'une maquette physique, mais a bénéficié de notre technologie FullBIM (Building Information Model) qui a permis de travailler pendant tout le chantier sur un avatar numérique, une maquette qui évoluait au fur et à mesure de l'avancée du projet. L'environnement BIM et une des clés de notre rapidité d'exécution", estime le DG de GA.

Lego géant dont les "briques" ont été réalisées dans cinq usines en France

"Une des clés" du respect des délais à laquelle s'ajoute sans aucun doute celle des procédés constructifs exclusifs développés par GA.
En effet ceux-ci, ces "Lego" du puzzle géant que représentait le chantier campus Thales, à savoir les façades, les murs, équipements de confort... ont été fabriqués dans les cinq usines de GA, réparties dans toute la France. Toutes ces pièces ont donc été livrées réalisées et ont juste été assemblées sur place.

"Cela confère une vraie précision de réalisation" estime Kader Guettou, "et un rapidité d'exécution tout en diminuant l'investissement humain et matériel sur le chantier lui-même. En plus, cela réduit les risques d'accident, l'impact environnemental et enfin les nuisances aux riverains."

Reste que pour la réalisation du chantier, entre 25 et 30 sous-traitants, principalement des sociétés de Nouvelle-Aquitaine, ont été mobilisées. En période de pointe, pas moins de 500 personnes ont travaillé en même temps sur ce chantier.

Dessiné par l'architecte Jean-Philippe Le Covec, le Campus Thales Bordeaux compte au final sept bâtiments de bureaux, reliés par un boulevard technologique, sorte de rue intérieure sensée favoriser les échanges entres les collaborateurs de Thales. Il compte aussi un vaste bâtiment consacré à toute la partie restauration du site, un business center, une conciergerie, un showroom et un espace dédié au CE.

"Si pour le confort des bâtiments de bureau et les espaces de production, nous avons privilégié l'ambiance lumière naturelle, teintes apaisantes et douces, sur l'immeuble regroupant la restauration et l'accueil, nous nous sommes un peu lâchés question déco. Nous estimons que pour les collaborateurs le restaurant d'entreprise doit proposer une ambiance radicalement différente, un dépaysement le temps du repas," souligne Jean-Philippe Le Covec.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :