Bordeaux : Aérocampus planche sur 43 M€ d’investissements

 |   |  715  mots
Avec l'aide de la Région et des acteurs de l'aéronautique, Jérôme Verschave et son équipe ont fait de l'Aérocampus de Latresne, un véritable modèle de développement au service de la formation et des entreprises de l'aéro. Ils espèrent dupliquer ce modèle, mais dans l'univers du numérique et de l'espace, à l'observatoire de Floirac, près de Bordeaux.
Avec l'aide de la Région et des acteurs de l'aéronautique, Jérôme Verschave et son équipe ont fait de l'Aérocampus de Latresne, un véritable modèle de développement au service de la formation et des entreprises de l'aéro. Ils espèrent dupliquer ce modèle, mais dans l'univers du numérique et de l'espace, à l'observatoire de Floirac, près de Bordeaux. (Crédits : Appa)
Directeur général d’Aérocampus (Latresne - Gironde), Jérôme Verschave, interviewé par Jean-Philippe Déjean, était ce matin l’invité du Petit Déjeuner interactif de La Tribune Bordeaux organisé en partenariat avec Crédit Agricole d'Aquitaine. L’initiateur et dirigeant de l’ancien site de la DGA, aujourd’hui campus dédié aux formations en aéronautique et en spatial accueillant les étudiants, des entreprises et leurs salariés, a évoqué d’importants programmes d’investissement. Dans l’enceinte même d’Aérocampus, mais aussi à Floirac, en banlieue bordelaise.

En moins de cinq ans, Jérôme Verschave, ancien directeur de cabinet du président de Région Alain Rousset, et son équipe ont radicalement transformé l'ancien site DGA du CFLE, centre de formation aéronautique de Latresne, près de Bordeaux.
Racheté à l'Etat par la Région, en 2011, le site, sous la houlette de l'association qu'il préside, est devenu un campus initialement dédié à la formation dans les métiers de la maintenance aéronautique, mais qui, au fil du temps, des opportunités et des investissements (26 M€ sur le site de 26 hectares, dont 2 ha de bâtiments), est devenu un campus unique en Europe mêlant formations scolaires initiales ou par apprentissage, 22 organismes capables de proposer des formations sur mesure adaptées aux besoins des entreprises, campus capable d'accueillir dans les meilleures conditions hôtelières (150 chambres d'hôtel 2 et 4 étoiles) et réceptives des entreprises souhaitant former leurs personnels ou leurs clients (Dassault, Airbus, Saft... font par exemple partie des utilisateurs du site).

18 M€ d'investissements programmés à Latresne

"En complétant les trous dans la raquette de la formation et en réunissant autour de nous tous les acteurs qui comptent dans la formation et dans la filière aéronautique et spatiale, nous avons élaboré, avec une équipe de 4 personnes au départ en 2011, mais aujourd'hui à 63 salariés, un outil qui a su trouver sa raison d'être", raconte Jérôme Verschave.

Indiscutable outil de formation, Aérocampus, qui compte 280 élèves, scolaires et apprentis (100 % de réussite au BTS) et accueille 23.000 personnes/an sur site, est un vitrine reconnue de l'aéronautique et du spatial. Aérocampus Aquitaine mobilise 180 salariés quotidiennement. Disposant d'un budget de 6 M€, l'association équilibre ses comptes, voire, c'est le cas cette année, dégage des bénéfices.
En avant-garde en matière de nouvelles technologies appliquées à la formation, comme les salles immersives, la 3D, la réalité virtuelle voire augmentés, l'Aerocampus entend garder son leadership en continuant les investissements.

"Nous programmons 18 M€ d'investissement pour continuer de densifier l'occupation du site, condition sine qua non de notre rentabilité. Nous arrivons à saturation en haut du site, mais nous avons encore 2 hectares de terrains constructibles, nous attaquons la construction du hangar 3, nous voulons faire un bâtiment tertiaire en blanc pour installer des entreprises. Tout cela nous permet de poursuivre notre marche en avant. Notre ADN c'est la formation en maintenance aéronautique, mais nous allons bien au-delà aujourd'hui. Nous nous diversifions vers les leviers de développement de demain vers le nautique, qui a plus de points communs que le spatial avec l'aéronautique d'ailleurs et qui devrait connaître un fort développement avec l'activité refit qui va naître aux Bassins à flot de Bordeaux, mais aussi l'activité drones, avec la formation de pilotes par exemple, et les composites pour lesquels nous avons une vraie compétence de pointe en matière de réparation et d'entretien", précise Jérôme Verschave.

25 M€ pour faire de l'Observatoire de Floirac un "space data center" ?

Au-delà d'Aérocampus, l'association qui essaime un peu partout dans le monde son savoir-faire en matière de formation (elle ouvre un site en Turquie, s'implante à Sion en Suisse dans le cadre d'une franchise et pourrait prendre pied en Inde à Hyderabad) et vient (mercredi 6 janvier) également d'officialiser la formation de 100 mécaniciens qataris (dans le cadre du contrat Rafale de Dassault), l'équipe d'Aérocampus porte un projet de reprise du site de l'Observatoire de Floirac. Ce site, qui produit l'éphéméride repris partout en France, sera bientôt abandonné. Aérocampus veut en faire un campus mêlant numérique et spatial.

"Nous ambitionnons d'en faire un "data space campus, explique Jérôme Verschave. Une grande école d'ingénieur informatique veut s'y installer, ainsi qu'un data center. C'est un projet mêlant public et privé, comme c'est le cas à Latresne, que nous voulons développer. Nous espérons reprendre le site en septembre prochain, les 1ers élèves du campus pourraient faire leur rentrée sur ce site en 2017. Il ne nous reste plus qu'à trouver les 25 M€ nécessaires à la reprise et à l'aménagement du site... Alain Rousset, qui est à l'origine de l'Aérocampus, est emballé par ce nouveau projet..."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2016 à 18:52 :
La Marche en Avant.......l'ADN de cette entrepriseBRAVO....!!!!! Vue la période actuelle qui est très pessimiste il faudrait communiquer à plus grande échelle pour donner envie a toute cette jeunesse un peu négative (car tout ne doit pas être rose tous les jours et tout ne doit pas être facile ) mais à lire cet article on a vraiment envie d'aller de l'avant Encore Bravo a toute l'équipe car ce n'est jamais un seul homme qui réussit mais une équipe menée par un bon chef.Encore bravo et Continuer La Marche en avant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :