Volotea ouvre deux nouvelles lignes depuis Bordeaux en 2018

 |   |  546  mots
Volotea ouvre des lignes vers Cagliari et Minorque au départ de Bordeaux
Volotea ouvre des lignes vers Cagliari et Minorque au départ de Bordeaux (Crédits : Volotea)
La compagnie espagnole low-cost, installée à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac depuis 2012, ne cesse d'y voir son activité croître. Avec ces deux nouvelles lignes en 208, un développement de la flotte et des emplois, Volotea table sur une croissance de plus de 22 % l'an prochain.

En cinq ans de présence à l'aéroport de Bordeaux, Volotea a su se faire une place de choix en tant que "compagnie aérienne des capitales régionales". En croissance constante depuis son arrivée en 2012, Volotea est dorénavant numéro deux des compagnies low-cost en volume à Bordeaux-Mérignac. Elle se place même en tête en termes de nombre de destinations : 26 en 2017 (5 en France et 23 à l'international). Aux 26 lignes déjà présentes, il faudra donc ajouter deux nouvelles liaisons en 2018 :

  • Bordeaux - Minorque (Baléares) : à partir du 30 mai 2017, deux vols par semaine. Soit une capacité de 9.000 sièges.
  • Bordeaux - Cagliari (Sardaigne) : à partir du 31 mai 2017, un vol par semaine. Soit une capacité de 6.000 sièges.

Un développement qui ravit Pascal Personne, le président du directoire de la SA Aéroport de Bordeaux-Mérignac :

"Volotea est devenu un acteur important en termes de réseau. Elle a réussi à développer des marchés existants mais qui étaient de petits marchés. Même si aujourd'hui Volotea rassemble moins de 10 % de la part de marché de l'aéroport de Bordeaux, c'est une dynamique commerciale assez exceptionnelle."

La compagnie low-cost proposera donc 28 des 110 destinations disponibles à l'aéroport de Bordeaux. Pour 2018, la compagnie ne compte pas s'arrêter là et prévoit une croissance de 22 %, avec 5.000 vols et 730.000 passagers.

2017, une année record pour Volotea

45 % de l'activité de Volotea se fait en France. La base de Bordeaux fait partie de celles qui se développent exponentiellement et durablement. L'année 2017 a même dépassé les prévisions de croissance (25 %) en atteignant 30 % pour les 8 premiers mois de l'année. 507.000 passagers de Volotea se sont envolés depuis ou à destination de Bordeaux sur cette période de 2017. 215.000 rien qu'entre le mois de juin et le mois d'août.

"Cet été, certaines destinations effleuraient les 100 % de remplissage, comme ça a été le cas pour Santorin, en Grèce, se satisfait Edo Friard, le directeur du développement international de Volotea. Cela correspond à 34 % de croissance de plus qu'à l'été 2016. C'est du jamais vu et c'est un record de Volotea sur l'aéroport de Bordeaux."

Les nouvelles lignes à destination de Santorin vont d'ailleurs être doublées en 2018. Pour la Corse, la compagnie envisage d'augmenter la fréquence des lignes de 15 % l'an prochain.

Volotea va embaucher à Bordeaux

Avec trois Airbus A319 basés sur l'aéroport de Bordeaux, Volotea peut donc se permettre de proposer des destinations plus lointaines. L'A319 permet des vols de 3.500 km avec 150 places quand le Boeing 717 peut parcourir 2.500 km avec 125 places. Ce qui a des répercussions directes en termes d'emplois. Pour le moment 85 personnes travaillent pour la compagnie espagnole à Bordeaux. D'ici la fin de l'année, une quinzaine de personnel naviguant sera recrutée pour faire face à la croissance et au turn-over du personnel.

De plus, des aéroports d'Europe de l'Est et d'Europe du Nord se rapprochent de Volotea afin de proposer de nouvelles destinations. Toujours sur le même credo : relier des capitales régionales à des tarifs attractifs.

"Il y a beaucoup de destinations à ouvrir depuis Bordeaux. C'est une ville dans une dynamique de croissance aéroportuaire avec des gens qui veulent sans cesse voyager vers de nouvelles destinations, calcule Edo Friard. Volotea a à cœur d'en offrir un maximum."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :