Le président de BNP Paribas estime que la zone euro n'explosera pas

 |   |  549  mots
Jean Lemierre président de BNP Paribas
Jean Lemierre président de BNP Paribas (Crédits : J. Philippe Déjean)
Jean Lemierre, président de BNP Paribas, est rassuré par le résultat des élections en Allemagne et souligne que la Nouvelle-Aquitaine profite du dynamisme de la zone euro, qu’il trouve plus attractive que jamais.

Jean Lemierre, président de BNP Paribas, a confirmé ce lundi matin 25 septembre à Bordeaux lors d'une rencontre avec les journalistes à la direction régionale Sud-Ouest de la banque sa confiance dans la zone euro : un dividende généré par la perspective d'un quatrième mandat pour Angela Merkel en Allemagne.

"La zone euro est solide, elle n'explosera pas. Il y a un an la question pouvait se poser. L'Europe et la zone euro, et pour moi l'Europe c'est avant tout la zone euro, sortent très renforcés des élections d'hier 24 septembre en Allemagne, juge Jean Lemierre. A Singapour comme à Pékin, poursuit-il, nous sommes une destination d'investissements, de créations d'emplois. Et sur la carte globale du monde cette région de Nouvelle-Aquitaine est visible. Ce qui n'est pas le cas de toutes les régions en France ».

Plus grosse "franchise globale" en zone euro

Le patron de BNP Paribas, issu de l'Inspection générale des finances, met en avant le concept de "franchise globale" pour rendre compte de la puissance de feu mondiale de sa banque, qui passe par sa capacité à servir le client français ou étranger n'importe où sur la planète.

"BNP Paribas est la plus importante franchise globale de la zone euro" cadre ainsi le président. Une autre façon d'indiquer que BNP Paribas fait partie des banques les plus puissantes du monde, de celles qui risqueraient d'emporter le système financier international avec elles si elles s'effondraient et qui sont dites "Too big to fail" (trop grosse pour faire faillite).

De Bordeaux à Toulouse : 4.300 collaborateurs

Dans ce panorama de la zone euro Jean Lemierre a pris soin de ne pas citer une seule fois l'autre banque systémique européenne : la Deutsche Bank. Un géant allemand de la finance passé tout près de la catastrophe et dont la santé continue d'inquiéter de nombreux analystes. Avec 10,9 Md€ de produit net bancaire (équivalent chiffre d'affaires) au deuxième trimestre 2017, pour un résultat net à 2,5 Md€, en hausse de +17,2 % hors éléments exceptionnels, le groupe BNP Paribas affiche une bonne santé presque insolente. Dans le Sud-Ouest, qui englobe Nouvelle-Aquitaine et Midi-Pyrénées, c'est-à-dire Bordeaux et Toulouse, BNP Paribas emploie 4.300 collaborateurs, dont 2.100 hors filiales.

"La direction Sud-Ouest est l'une des huit que le groupe compte en France et elle représente près de 8 % de l'activité nationale. Sur un an, l'encours de prêts nouveaux a augmenté de +35 % et celui de prêts à la consommation de +15 %" éclaire Vincent Thiéry, directeur régional Sud-Ouest.

Pour Jean Lemierre banque régionale signifie décision locale, avec l'appui d'un puissant réseau mondial. Une conjugaison du local et du global que le président estime déterminante. Le développement des Finetchs et l'essor de la digitalisation dans la relation client n'a toujours pas convaincu les dirigeants de BNP Paribas qu'il fallait abandonner les relations humaines, loin s'en faut. Mais le groupe, qui a récemment pris le contrôle du Compte Nickel, qui offre une nouvelle option de gestion des retraits d'argent, a fait de sa capacité à innover un axe stratégique, qui s'est notamment soldé en 2013 par la création d'un pôle innovation.

Le groupe bancaire annonce un investissement de 3 Md€ sur quatre ans dans les nouvelles technologies

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :