La Bataille de Castillon pour l’insertion et l’emploi

 |   |  950  mots
40.000 spectateurs sont attendus entre le 13 juillet et le 20 août.
40.000 spectateurs sont attendus entre le 13 juillet et le 20 août. (Crédits : JBN)
On parle souvent de la Bataille de Castillon comme du plus grand spectacle d’Aquitaine. Ce que l’on sait moins, c’est qu’avec ses 600 membres, l’association rebaptisée "Castillon 1453" en 2016, est un outil novateur d’insertion professionnelle et sociale sur un territoire qui figure parmi les plus pauvres de La Gironde.

A Castillon-la-Bataille, commune rurale située sur l'arc de la pauvreté repéré par l'Insee de la pointe du Médoc à Agen, tous les voyants sont au rouge. Ici le revenu fiscal figure comme le plus bas en Gironde et un habitant sur quatre touche le RSA (25 %). Elle est aussi une des communes qui a la plus forte proportion de demandeurs d'emplois de longue durée (150). Les commerces ferment les uns après les autres et le manque d'activité pèse lourdement sur le dynamisme du territoire. Sur la période 2006 à 2013, elle est la commune qui en Gironde a perdu le plus grand nombre d'emplois (- 13,2 %) pour les 25-54 ans, touchés de plein fouet par le chômage. Conséquence ? Un très fort sentiment d'abandon se propage au sein de la population fragilisée, dont beaucoup sont sortis du système et végètent au cœur de la ville.

Face à ce tableau peu réjouissant, la Bataille de Castillon, célèbre pour ses représentations des derniers combats de la guerre de Cent Ans apporte son souffle salvateur. Depuis sa création en 1977, cet évènement a réuni près de 700.000 spectateurs. Le spectacle, qui s'est très vite imposé comme le plus grand d'Aquitaine, fête son quarantième anniversaire cette année. "Pourquoi ne pas se servir de cette notoriété pour aller plus loin dans l'insertion et la professionnalisation ?", s'interroge Jean-François Ley, directeur marketing la Bataille. Ancré dans un grand projet de territoire depuis 2016, l'association souhaite revitaliser cette commune de presque 3.000 habitants en œuvrant pour l'insertion professionnelle et la formation.

"La bataille de Castillon est un vrai chantier d'insertion"

Sur scène et dans les coulisses de la Bataille, se côtoient des personnes aux compétences très variées : maçons, électriciens, enseignants, dentistes, viticulteurs, informaticiens, comptables, juristes, artisans, commerçants, restaurateurs..., retraités ou actifs. "La bataille de Castillon est un vrai chantier d'insertion !", affirme Daniel Fenelon, maire de Belvès-de-Castillon. Cette année, l'équipe de La Bataille compte dans ses rangs quatre personnes de 33 à 58 ans en Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) ou Contrat unique d'insertion (CUI), et quatre jeunes en service civique. Coordonnés par Carmen Porretti, de chez Unis-Cité, l'association accompagne et forme les jeunes, sans activité depuis parfois plusieurs années. Au contact des membres de La Bataille, les jeunes développent leurs compétences et reprennent confiance en l'avenir.  "J'ai organisé trois entretiens individuels étalés sur la durée du programme pour leur permettre de se fixer des objectifs, ou d'en trouver un", affirme Carmen. Orphé Martin, l'un des jeunes en services civique âgé de 21 ans, raconte : "Au début c'était compliqué de travailler ensemble quand on est quatre jeunes qui ont la vingtaine et ne se connaissent pas. Avec le temps ça allait beaucoup mieux. Je trouve les professionnels qui nous entourent très performants et surtout intéressants." Aujourd'hui, il s'intéresse à la culture biologique et souhaite devenir maraîcher. Au niveau personnel aussi il y a du changement, à l'image de Giovanni Giraud, jeune de 19 ans qui intervient auprès des équipes chargées du terrain : "J'étais quelqu'un de très introverti, et plus on avançait, plus je me suis débloqué, ouvert aux gens. En plus, il y a une super ambiance au bureau ou sur le terrain, tout en étant productifs." Près de 85 % des jeunes ont trouvé un emploi à l'issue de leur contrat d'insertion d'après le maire de Belvès-de-Castillon.

Le spectacle vivant : un secteur prometteur pour l'emploi

En France, le secteur du spectacle vivant représente près de 19.160 employeurs (1) et 150.000 emplois (2). Le secteur détient un fort potentiel de croissance en la matière : à horizon 2022, il serait à l'origine de 4 % des créations nettes d'emplois, alors même qu'il ne représente que 1,65 % de l'ensemble des actifs. (3) La majorité des individus qui ont travaillé dans le secteur n'ont pas reçu de formation spécifique (59 %). Pourtant, les trois quarts des personnes formées au spectacle vivant ont eu au moins un emploi dans le secteur. (4) Aujourd'hui, l'association consacre près de 3 % de son budget global à la formation. Par le biais d'ateliers dirigés par de véritables professionnels, (danse, pratiques équestres, maniement des armes, jeu d'acteurs, couture...) les bénévoles se perfectionnent et deviennent plus performants.

"Dès 2018, nous souhaitons proposer au minimum 2 jours de formation pour l'ensemble des bénévoles", annonce Jean-Claude Bidon, président de l'association."Les formations en matière de spectacle vivant sont quasiment inexistantes en Aquitaine. Nous sommes en pleine réflexion pour créer un pôle de formation aux métiers du spectacle vivant, nous aimerions dans l'idéal, le lancer dès 2019."

Alors que la revitalisation de l'emploi à Castillon est un chantier aussi vaste que la mise en place du spectacle de la Bataille, la formation est un bon moyen de retrouver le chemin de l'emploi. Pour réussir son pari, reste à convaincre les collectivités et institutions territoriales de la suivre dans ce projet. Après une année d'interruption en 2015, suite à un dépôt de bilan, la Bataille de Castillon semble bel et bien repartie. Avec 15 représentations cette année, elle espère améliorer les finances pour pérenniser la bataille et compte attirer jusqu'à 40.000 visiteurs entre le 13 juillet et le 20 août.

----------------------

(1) Emploi, bénévolat et financement des associations culturelles p.8 - Ministère de la Culture et de la Communication - 2014.
(2) Inspection générale des finances / L'apport de la culture à l'économie en France - 2013.
(3) Rapport de France Stratégie sur "Les métiers en 2022".
(4) Etude du Cereq datée de 2012

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :