Startups et numérique au sommaire de la nouvelle Edition Bordeaux

 |   |  1022  mots
L'Edition Bordeaux est diffusée dans toute la France, accompagnée de l'Edition nationale de La Tribune
L'Edition Bordeaux est diffusée dans toute la France, accompagnée de l'Edition nationale de La Tribune (Crédits : LTB)
La nouvelle Edition Bordeaux de La Tribune est disponible à partir d'aujourd'hui chez les marchands de journaux dans toute la France. Découvrez son sommaire et son édito.

Au sommaire de l'Edition Bordeaux

Enquête
Numérique et startups : que vaut vraiment Bordeaux ?
Au-delà du discours marketing et de la hype des startups, que vivent vraiment les acteurs de cette économie du numérique et de l'innovation ? Quel est le vrai potentiel de la métropole bordelaise, de ses jeunes pousses et de ses PME, et sur quels points est-il urgent de travailler ?

Enjeux
Le nautisme néo-aquitain encore marqué par la crise de 2008
La filière nautique de Nouvelle-Aquitaine commence seulement à se dégager de l'impact dévastateur de la crise financière des crédits hypothécaires américains. C'est surtout vrai pour les leaders mondiaux du catamaran, que sont CNB et Fountaine Pajot, les chantiers plus petits ayant encore des taux de croissance assez modestes.

Positive people
Libero Mazzone, l'inventeur qui voulait vivre libre
Libero Mazzone, fondateur de la société Valen SAS à Bordeaux, vient d'être double médaillé d'or au Concours Lépine lors de la Foire internationale de Paris pour sa dernière invention, le Laserfix, poignée laser universelle à fixer sur une perceuse qui devrait changer la vie des bricoleurs. Cet inventeur jamais à court d'idées a d'autres objets révolutionnaires en magasin, notamment dans le secteur de l'automobile.

+ les rubriques Immobilier, Smart City, Décideurs...

>> Je m'abonne à l'Edition Bordeaux

Au sommaire de l'édition nationale, qui accompagne l'Edition Bordeaux :

Exclusif
Le face-à-face Tom Enders (Airbus) - Eric Schmidt (Alphabet)
Lors de la quatrième édition du Paris Air Forum organisé vendredi 16 juin par La Tribune et Forum Media, Tom Enders, le patron d'Airbus, s'est entretenu avec Éric Schmidt, le président d'Alphabet (société mère de Google). De la gestion du trafic aérien à la baisse des coûts de production, en passant par les développements en matière de vol autonome, les grands patrons ont examiné, à la veille du Salon du Bourget, comment les nouvelles technologies bouleversent le secteur aérospatial.

Analyse
L'Europe dans la course au leadership spatial
Armée désormais d'une stratégie politique pour le secteur, Bruxelles entend bien jouer dans la cour des grandes puissances de l'espace. La filière spatiale du continent affiche sa confiance en la capacité d'Ariane 6 à tenir son rang dans une compétition mondiale en pleine ébullition.

Innovation
Comment l'intelligence artificielle va révolutionner les télécoms
À travers le monde, des grands opérateurs comme Orange, Softbank ou Telefonica misent sur les dernières avancées en matière d'intelligence artificielle pour mieux gérer leurs relations avec les clients ou déployer de nouveaux services à forte valeur ajoutée.

-------

L'édito de l'Edition Bordeaux

Sus aux fausses licornes !

Plus ça va et plus le discours caricatural prend ses aises. Aujourd'hui, la moindre startup qui recrute une quinzaine de personnes par année se voit affublée du qualificatif de future licorne. L'animal mythique correspond pourtant à quelque chose de bien précis : des entreprises non cotées et dont la valorisation dépasse le milliard de dollars. Autant dire qu'elles ne se baladent pas en troupeaux dans les contrées françaises, malheureusement, et c'est bien dommage. Faut-il alors coller cette lourde étiquette de potentiel fleuron français à toutes les jeunes pousses un tant soit peu innovantes qui pointent le bout de leur nez ?

Les médias ont une part de responsabilité importante dans cet emballement de plus en plus fréquent. Ne nous méprenons pas : l'attractivité des startups est une formidable opportunité. L'attrait pour ces jeunes pousses fragiles mais souvent brillantes, convaincues et convaincantes, met en lumière de nouvelles manières d'imaginer l'économie et l'entrepreneuriat. Elles apportent une véritable bouffée d'air frais, une autre façon de penser la croissance, l'emploi, le monde. Foin d'angélisme : tout n'y est pas rose et de nombreux témoignages le montrent. Comme dans tout pan de l'économie, le grand n'importe quoi côtoie le futé. Ce journal, comme d'autres, fait le choix d'ouvrir largement ses colonnes à cette "génération peur de rien" à l'enthousiasme communicatif, parce qu'elle dit beaucoup des aspirations d'une partie de la société. Mais il faut aussi raison garder et se prémunir d'un "startup washing" à la mode qui a pris la suite du "green washing". Toutes les startups qui recrutent seront-elles des licornes ? Non, bien sûr. Sommes-nous, les uns et les autres, capables de prédire leur destinée ? Certainement pas tant les vents peuvent tourner, les marchés se faire et se défaire à grande vitesse, les stratégies fluctuer. Tout juste peut-on s'y intéresser, chercher à comprendre le chemin qu'elles ont choisi, et par la même occasion soutenir l'entrepreneuriat et la création de valeur.

Plutôt que de les faire pitcher en rangs serrés, mieux vaudrait prendre le temps de comprendre leur proposition de valeur et les aider à trouver leurs premiers clients, qui en appelleront d'autres. Et mieux vaudrait leur donner quelques armes pour grossir vite et s'internationaliser. L'enjeu n'est plus forcément d'avoir la meilleure technologie mais de se positionner très vite sur son marché. Gardons-nous également du prisme du tout-numérique. C'est d'ailleurs pour cela que le courant des deep techs est intéressant : derrière se cache un large éventail de startups à la croisée de plusieurs filières. De la cross-fertilisation, pour reprendre la terminologie américaine, qui a pour objectif d'apporter des innovations de rupture mais aussi de l'emploi. Car l'enjeu est bien là : réussir à faire émerger de l'emploi durable, non délocalisable et pourquoi pas industriel, dans les territoires français.

Et si l'on chérit les licornes, n'oublions pas les cafards et les tardigrades, ou oursons d'eau. Car oui, la profondeur du bestiaire est sans limite. Ces deux animaux sont connus pour leur capacité de résistance hors du commun à tous les aléas. Solidité et résilience, deux compétences-clés dont ont fait preuve nombre de PME aujourd'hui fermement installées et qu'il faut aussi remettre à l'avant-scène. Un peu de rêve n'a jamais fait de mal. Un peu de modération non plus.

Mikaël Lozano, rédacteur en chef / La Tribune Bordeaux
@MikaelLozano

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :